POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Prêts pour le Tour de France des INSA ?

INSA

Vous rêvez de faire des études d’ingénieur ? Vous voulez allier connaissances techniques de pointe et humanisme ? Vous avez envie de participer à un monde où innovation rime avec durabilité ? Du Nord à l’Occitanie en passant par la Normandie, l’Alsace, le Centre, l’Auvergne-Rhône-Alpes ou la Bretagne : vous trouverez forcément l’INSA qu’il vous faut pour atteindre votre objectif ! La preuve dans notre enquête qui vous emmène faire le Tour de France des INSA et de leurs 1001 opportunités.

SOMMAIRE

Ingénieur INSA qui es-tu ?

Un Groupe, des ambitions

Le Groupe INSA en France… et au-delà

Le futur se conjugue déjà dans les INSA

Les INSA mènent à tout

Entre études et passion, pourquoi choisir ?

Ingénieur INSA qui es-tu ?

Ecoles d’ingénieures publiques, les INSA ont été créés par le philosophe Gaston Berger et le recteur Jean Capelle dans les années 60 pour accompagner le développement de l’enseignement supérieur et la démocratisation des études. Une démarche qui n’a rien perdu de ses valeurs en 2021 et qui fait des diplômés des INSA des ingénieurs pas tout à fait comme les autres.

Fondés sur un modèle philosophique d’éducation humaniste et de prospective, les INSA ont en effet pour ambition de former des ingénieurs qui pensent et agissent. Des ingénieurs qui engagent leurs actions en se demandant d’abord si c’est humainement souhaitable plutôt qu’en se demandant si c’est techniquement possible. Car les INSA en sont persuadés : l’intelligence a plus de sens si elle est relationnelle et émotionnelle, si son ambition est collective. Savoir ne suffit pas, il faut aussi croire afin d’agir et de contribuer aux changements, penser les futurs et agir avec conscience.

Un mot d’ordre : diversité !

Un ingénieur humaniste ayant deux caractéristiques chevillées au corps. « C’est d’abord un ingénieur qui doit refléter toutes les formes de diversités (profils, talents, origines sociales et culturelles) de notre société. Ce modèle renvoi à notre capacité à former des diplômés qui représentent la société dans toutes ses diversité et donc, de fait, à un modèle de campus intégré » en est convaincu Bertrand Raquet, président du Groupe INSA et Directeur de l’INSA Toulouse.

Un philosophe dans l’action

Diplômé d’un Institut National des Sciences Appliquées, l’ingénieur INSA se doit également, par nature, de mettre la science et la technologie au service de la société et d’un bien commun « et non pas répondre à des formes d’injonctions de projets technologiques avant d’avoir défini ce qui peut, ou pas, constituer un progrès pour la société. Une caractéristique qui renvoi à la responsabilité sociétale de cet ingénieur et à sa formation, dont 25 % sont liés aux humanités. Car être nourri par les humanités c’est être éveillé à l’éthique et au travail en équipe, avoir une exigence certaine sur le sens de son travail » ajoute Bertrand Raquet.

« Lorsqu’une entreprise recrute un ingénieur INSA, elle trouve un très bon socle technique et une grande ouverture sur le monde, nourrie par l’esprit critique » – Bertrand Raquet, Président du Groupe INSA et Directeur de l’INSA Toulouse

Les INSA ont un coup d’avance… et le partagent

Des problématiques éminemment contemporaines qui nourrissent les INSA depuis plus de 60 ans. De quoi leur donner un réel coup d’avance sur le sujet… sans rien leur enlever de l’humilité qui les caractérise. « Aujourd’hui, de nombreuses écoles d’ingénieurs et de commerce travaillent sur ce sujet car elles se rendent compte que, pour faire évoluer la société et les entreprises de l’intérieur, il faut des jeunes diplômés alertes sur ces enjeux. Et nous nous en réjouissons ! ». Car cette démarche engagée, les INSA ont bien vocation à la partager avec leurs pairs. En atteste le partenariat du Groupe INSA avec The Shift Project pour construire, pour la première fois, un référentiel de compétences de tout ingénieur bac +5 afin d’adresser les enjeux climat et énergie. « Nous espérons que la CTI pourra se saisir de ce référentiel que nous souhaitons largement diffusé et mis en œuvre. »

Grâce à cet engagement qui les anime depuis toujours, les INSA n’ont ainsi pas besoin de déstructurer ou de totalement restructurer leur pédagogie pour la mettre en écho avec cet enjeu crucial du 21e siècle. « Nous nous inscrivons dans une démarche d’amélioration continue et sincère qui se construit par l’évolution des maquettes pédagogiques bien sûr, mais également par la vie de campus. Car c’est aussi là que se construit le futur profil du diplômé citoyen, et c’est assez unique » conclut Bertrand Raquet.

>>>> Pour aller plus loin – « En industrie, management, mécanique, physique, digital, et en matériaux bien sûr, nous avons besoin d’ingénieurs motivés par notre stratégie « tout durable » et prêts à s’engager dans un parcours dynamique. Nous recrutons dans des métiers insoupçonnés de prime abord chez Michelin comme en génie des procédés chimiques, en métallurgie ou bien encore en textile technique. Nous construisons des parcours pour accélérer le développement des collaborateurs. Les Graduate Programs permettent aux ingénieurs de vivre en cinq ans plusieurs expériences professionnelles riches et de découvrir notamment l’industrie avec des responsabilités croissantes. » L’aventure vous tente ? Toutes les infos pour rejoindre la team de Maude Portigliatti (INSA Lyon 97), Directeur business Matériaux de haute technologie chez Michelin se trouvent ici !

INSA

INSA : un Groupe, des ambitions

Les sept INSA présents en France maillent le territoire de façon unique. Réunis autour du Groupe INSA (qui traverse même les frontières grâce à l’INSA Euro Méditerranée), emblème de la communauté, garant de ses valeurs et promoteur d’outils de développement communs, ils disposent d’une puissance de frappe impressionnante. La preuve.

Le Groupe INSA se caractérise d’abord par son unité. « Les INSA ont des stratégies d’établissement parfaitement alignées. Nous sommes capables de conjuguer nos forces, sans concurrence ni divergence sur notre modèle et la façon de le déployer. Nous travaillons de manière intégrée et pouvons prétendre à avoir des effets leviers au niveau national » introduit Bertrand Raquet, président du Groupe INSA et directeur de l’INSA Toulouse.

 

Toujours plus d’ouverture sociale

Premier item soudant le groupe : l’ouverture sociale. Car si les INSA ont adopté ce positionnement extrêmement pionnier dès leur création il y a un peu plus de 60 ans, force est de constater que ce dispositif de promotion sociale « à la française » ne produit plus assez d’effets. « Des inégalités de plus en plus criantes se font sentir au niveau social et le simple mérite ne suffit plus. Grâce au Tome 1 de notre Livre Blanc Diversité et Ouverture sociale publié en octobre 2021, nous pouvons aujourd’hui dresser un diagnostic et générer, ensemble, de nouvelles ambitions et proposer des actions transformantes. Un point fondamental pour nous car, si nous réussissons ce pari, nous retrouverons le caractère pleinement inclusif des INSA tels qu’ils ont été créés. »

Le saviez-vous ?

Avec près de 17 000 étudiants et 93 000 alumni, les INSA représentent le premier réseau des grandes écoles d’ingénieurs publiques françaises. Un réseau qui mise sur la diversité et l’inclusion. Les INSA accueillent ainsi : 34 % d’étudiantes, 33 % de boursiers, 200 étudiants en situation de handicap, 1 200 étudiants en filières sportives et artistiques, et 1 100 apprentis.

Objectif sens

Le Groupe INSA permet aussi à ses établissements de se mobiliser pour que leur potentiel scientifique apporte du sens à notre société et réponde à ses grands enjeux. « Nous le faisons notamment grâce aux Alliances. Des triptyques entre : le Groupe INSA et sa Fondation qui portent la capacité technique et scientifique de nos chercheurs et étudiants, une ONG, un comité international ou une association qui cherche à apporter des solutions à une cause, et un mécène qui s’engage financièrement pour y répondre.

>>>> Pour aller plus loin – Pour Olivier Caniou (INSA Rennes 94), Directeur Technique Groupe, Polyexpert a tout pour plaire à un ingénieur INSA ! Selon lui : « Notre métier d’expert est un métier passion qui offre un champ d’investigation très vaste en termes de compétences. Une expertise implique à la fois des compétences techniques, et une forte capacité de synthèse et d’analyse inhérente à la formation INSA : une analyse de la situation pour établir le lien de causes à effets, une analyse chiffrée des dommages et une analyse juridique. C’est donc un métier qui ouvre de multiples perspectives et qui permet à de jeunes dip’ d’apprendre tout au long de leur carrière. »

Deux alliances qui font la différence

Une alliance a ainsi été mise en place avec le Comité International de la Croix Rouge qui œuvre en soutien des populations sur les terrains de guerre, de catastrophes naturelles et les grands chemins migratoires. Dans ce dernier cas, le CICR fait notamment face à une problématique très concrète d’identification des corps des disparus en mer : enregistrement dans de grandes bases de données, traitement d’images pour rendre les photos de ces corps supportables aux familles, moissonnage sur les réseaux sociaux pour retrouver leur identité… Autant de défis technologiques qu’aident à relever les étudiants et chercheurs des INSA qui développent des applications pour le compte du CICR lors de projets et d’une dizaine de stages de trois à six mois chaque année.

Le Groupe INSA a également mis en place une alliance avec Handicap International pour développer des imprimantes 3D sur les terrains de guerre dans le but de réaliser, sur place, des prothèses low tech performantes. Grâce à du mécénat, des enseignants chercheurs, doctorants et élèves ingénieurs des INSA travaillent également sur des technologies embarquées de détection de mines pour le compte de l’association.  

>>>> Pour aller plus loin – Dassault Sytèmes recrute massivement. Pour la zone Europe de l’Ouest dirigée par Philippe Besse (INSA Lyon 86), Managing Director EuroWest (France, Espagne, Portugal, Afrique, Moyen-Orient), ce sont 40 à 50 postes qui sont ouverts en permanence : ingénieurs commerciaux, managers commerciaux, des postes technique en avant-vente, en services ou dans l’industrie, directeurs de projet, chefs de projet, architectes solutions ou techniques. Pour l’entité R&D : de nombreux postes sont proposés dans un contexte où l’IA devient de plus en plus importante. Sans oublier des postes dans le domaine de la santé et les énergies renouvelables. Vous êtes ingénieur INSA et vous voulez rejoindre les équipes de Dassault Systèmes ? Toutes les infos se trouvent ici !

Une force de frappe numérique

Le Groupe INSA permet aussi de mutualiser le meilleur de ce que ses établissements produisent sur leurs campus en termes de transformation numérique. Une transformation incarnée par Open INSA, service commun d’innovation pédagogique à travers le numérique. « Nous essayons d’être toujours en avance de phase sur les innovations pédagogiques car former une diversité d’apprenants telle que la nôtre nécessite une diversité d’approches pédagogiques. » De fait, le Groupe a vu en octobre 2021 son projet INSA 2025 obtenir le label « Démonstrateur numérique de l’enseignement supérieur » (DemoES). Une dynamique qui lui permettra de développer sa transformation de façon toujours plus ambitieuse pour un parcours de l’apprenant repensé et plus pertinent, au regard des nouveaux usages digitaux.

>>>> Pour aller plus loin – Connecter le monde à Internet grâce aux câbles sous-marins. Telle est l’ambitieuse mission du fleuron français Alcatel Submarine Networks au quotidien. Des missions qui nécessitent expertise, curiosité et adaptation et qui bien sûr… matchent avec les diplômés de l’INSA ! Confirmation dans l’interview d’Alain Biston, CEO et président d’Alcatel Submarine Networks, formé à l’INSA Rennes (86).

Le Groupe INSA en France… et au-delà !

L’UEMF et le Groupe INSA ont co-créé et co-développent depuis 2014 l’INSA Euro-Méditerranée, véhicule du modèle et de la marque INSA, de ses valeurs ainsi que de celles de l’UEMF à l’international. Ses piliers ? Excellence académique au service des territoires, diversité et ouverture sociale dans un contexte euro-méditerranéen.

L’école répond ainsi à « une stratégie de formation de cadres scientifiques sur la rive sud de la Méditerranée, fondée sur le modèle INSA, pour des ingénieurs à fortes compétences techniques, en capacité de diriger, s’appuyant sur des valeurs humanistes et nourris de cultures ancestrales. La formation fortement couplée à la recherche, imprégnée par les enjeux socio-économiques de la zone Euro-Africaine et guidée par une responsabilité sociale et environnementale. » Les cadres scientifiques, ingénieurs INSA Euro-Méditerranée sont alors en capacité d’opérer prioritairement en zone sud de la Méditerranée et d’être acteurs de stratégies de développements intégrées Nord-Sud et Sud-Sud. « Ce projet rend visible l’intérêt que nous portons à cette zone géographique à fort potentiel de développement. Nous souhaitons proposer des formations co-construites entre acteurs marocains et français de l’enseignement supérieur, qui irriguent cette partie du continent » selon François Kiefer, directeur de l’INSA Euro-Méditerranée

Les + de l’INSA Euro-Méditerranée

Sa très grande ouverture internationale (12 mois de mobilité internationale)
Sa multiculturalité
Son caractère innovant en matière de pédagogie et du numérique
Son implication dans le développement socio-économique euro-méditerranéen
Ses trois spécialités ingénieur : Génie électrique, Génie mécanique et énergétique, Systèmes d’information et de communication
Sa féminisation : 54 % de jeunes femmes sur 265 étudiants

Du côté de la recherche

Les projets de recherche scientifiques co-développés à l’INSA Euro-Méditerranée visent à répondre à plusieurs grands enjeux sociétaux du Maroc et à soutenir l’industrie de la région euro-méditerranéenne et de l’Afrique dans plusieurs secteurs économiques centraux : mobilité propre, énergies renouvelables, santé, technologies de l’information et de la communication au service de ces domaines.

>>>> Pour aller plus loin – Véronique Hangard (INSA Rouen Normandie 95), VP Channel EMEA North de SAP vous le confirme, les services proposés par le Groupe sont à la pointe de l’innovation ! « Le business model d’un éditeur de logiciels comme le nôtre est basé sur l’innovation, c’est le cœur de notre métier. 39 % de nos effectifs sont d’ailleurs dans des équipes de développement sur les 100 centres de développement que nous avons dans le monde, dont trois en France : à Levallois, à Mougins et à Caen. SAP proposent une expertise métier dans 25 types d’industries différentes et nos partenaires complètent, améliorent encore cette expertise. Exemple, un de nos partenaires toulousains développe un système de traçabilité des grains de maïs pour la production de popcorn, un autre commercialise des capteurs qui produisent des statistiques sur les performances des joueurs de NBA… » Découvrez aussi son témoignage en vidéo.

Le futur se conjugue déjà dans les INSA

Les INSA se sont lancés en 2020 dans la démarche prospective INSA 2040. Un travail collaboratif, inclusif et contributif qui se décline aujourd’hui en cinq transitions (énergétique environnementale et écologique, sociale, numérique, économique et institutionnelle) et 16 ambitions. Une démarche qui s’inscrit dans la culture de l’anticipation qui préexiste dans ces écoles et qui induit une évolution profonde de leur modèle de formation. Le développement durable et la responsabilité sociale en tête.

Cap sur l’avenir pour l’INSA ! Le groupe travaille depuis 2020 sur une démarche prospective « INSA 2040 » afin d’être en adéquation avec les enjeux de société futurs. « L’INSA Lyon a d’abord lancé sa propre démarche prospective et en 2020, le Groupe a décidé de lancer une démarche prospective à l’échelle du groupe et de l’ensemble de ses établissements » explique Nathalie Gartiser, Maitre de conférence et Directeur de la stratégie et de l’amélioration continue à l’INSA Strasbourg, en charge de l’animation de la démarche prospective Groupe.

INSA

Définir des axes stratégiques forts à partir de différents scénarii

L’objectif est de réfléchir à horizon 2040 à l’environnement dans lequel le Groupe INSA souhaite se trouver et se développer, puis en déduire des axes stratégiques forts. « C’est une démarche volontaire du Groupe de se projeter dans différents scénarii : un scenario construit, un espéré et un redouté, décrit Nathalie Gartiser. On réfléchit à chacun de ces scénarii et on s’y projette afin d’identifier, ensuite, des enjeux et des orientations stratégiques à décliner en pistes d’action. » Concrètement, dans les scénarii souhaitables, on trouve une société dans laquelle le sens du collectif est important, où les diplômés intègrent un marché du travail favorable, où les entreprises œuvrent pour la protection de l’environnement, plus de mixité dans la société etc. A l’inverse, les scénarii redoutés s’orienteraient plus vers une logique de recentrage des économies et des activités, davantage d’individualisme, une pression sur les ressources naturelles beaucoup plus importante, etc. D’ailleurs, le comité d’études prospectives composé d’un représentant de chaque INSA, des directeurs d’établissements mais aussi d’alumni et d’étudiants, a dû composer avec un facteur surprise : la crise sanitaire. « La démarche a en effet débuté avant l’apparition du Covid-19 et a changé certaines choses. De nouveaux facteurs ont émergé et des éléments qui n’apparaissaient pas du tout dans la façon dont on se projetait dans l’avenir sont devenues prégnants : crises sanitaires à répétition, confinement, économies bloquées, travail à 100 % en distanciel… Nous avons alors introduit dans nos scénarii des éléments beaucoup plus nuancés avec de nouvelles caractéristiques. »

>>>> Pour aller plus loin – Il n’y a pas que les super-héros qui protègent la vie des citoyens du monde entier ! C’est aussi la mission d’Alexandre Morainville (INSA Centre Val de Loire 01), Directeur Général de Bioxal. Cette filiale de la société allemande Schülke & Mayr formule et conditionne des produits de désinfection indispensables à la santé de tous. Vous rêvez vous aussi de protéger des vies ? Suivez ses conseils !

« Ne pas rester sur nos acquis »

Le Groupe INSA s’est lancé dans cette démarche en 2020 pour questionner un modèle toujours d’actualité mais qui demande à évoluer, à être questionné et décliné. « Aujourd’hui, on parle de transformations humaines, sociales, numériques et climatiques qui prennent écho avec ce que nous sommes, nos valeurs et le positionnement du Groupe INSA, assure Nathalie Gartiser. Les aspirations de nos élèves sont également plus marquées et affirmés : ils veulent donner du sens à leur formation et à leur vie professionnelle. C’est une convergence de questionnements qui nécessitent de prendre le temps de se poser, de ne pas rester sur nos acquis et de s’assurer qu’on est toujours bien conscients de la réponse qu’on apporte à toutes ces sollicitations et de se la poser collectivement au sein du groupe. » La première étape consistant à élaborer des scénarii est aujourd’hui terminée. La deuxième étape sera l’appropriation par des directeurs des INSA et du groupe pour les traduire en positionnements et axes stratégiques.

>>>> Pour aller plus loin – « Diversité, excellence, innovation, ouverture d’esprit sont les maîtres mots résumant mes années à l’INSA Lyon. Cette formation m’a permis de me construire et de devenir l’ingénieur pluri-compétent que je suis aujourd’hui, apte à évoluer en situations et milieux complexes. J’ai appris à prendre du recul et à regarder une situation selon différents angles pour en trouver la meilleure lecture possible. Le positionnement affirmé à l’international de mes études m’a de plus permis d’évoluer avec facilité dans les groupes internationaux pour lesquels j’ai travaillé. Enfin cette formation a fait de moi un DG faisant preuve de leadership, assumant ses responsabilités et apte à gérer des situations délicates en s’engageant à la fois personnellement comme auprès de ses équipes. » Vous aussi suivez l’exemple de Julien Bellet (INSA Lyon 02), le Directeur Général d’Epta France !

Les INSA mènent à tout

Elles font le rayonnement et la valeur ajoutée de l’INSA : les 80 spécialités proposées par les écoles du Groupe permettent de laisser un large choix d’orientation aux étudiants et font des ingénieurs INSA des talents particulièrement recherchés par les recruteurs. Tour d’horizon.

Avec plus de 80 spécialités d’ingénieurs, adossées à des laboratoires de recherche, le Groupe INSA propose des parcours et des métiers dans tous les secteurs d’activité de l’industrie : biotechnologies et santé/énergétique, génie chimique, environnement/génie civil, urbanisme, topographie/génie électrique, électronique, automatique/génie mécanique, génie industriel, mécatronique/génie physique et matériaux/informatique, mathématiques, modélisation. « Cette particularité vient de l’histoire des INSA, sept écoles réparties sur toute la France avec des spécialités propres à chaque établissement eu égard aux différents bassins d’emploi » introduit Claude Maranges, responsable de la commission admission du Groupe INSA.

>>>> Pour aller plus loin – Ce que Vincent Huin (INSA Hauts-de-France 89), Directeur des Systèmes d’information internationaux d’Auchan Retail International apprécie chez les jeunes talents ? « Ils ont une dextérité et une maturité incroyables. Le fait d’être toujours connectés leur confère un regard très différent sur le monde et un haut niveau d’exigence. Ils ont aussi une frontière vie personnelle et vie professionnelle qui est différente. Les entreprises comme Auchan l’ont bien intégré. Mon conseil : formez-vous dans les bonnes entreprises, en raisonnant international, apprenez first, ayez confiance et le reste suivra naturellement. » Vous vous reconnaissez ? Découvrez toutes les opportunités qui vous sont offertes par le groupe dans son interview !

INSA

Construire un parcours réfléchi et mûri

Une spécificité particulièrement intéressante pour des étudiants tout juste sortis du secondaire. « Les étudiants que l’on recrute sont parfois encore mineurs et ont une vision assez floue de ce qu’ils veulent faire », explique Claude Maranges. En fonction des INSA, ils découvrent des spécialités la première ou deuxième année mais toujours de manière progressive pour construire au mieux leur parcours. » Autre atout de la formation INSA, la très grande proximité avec les entreprises. « Nous avons un lien très fort avec le milieu socio-économique, confirme Patrice Leguesdron, animateur de la commission formation pour le groupe et directeur de la formation à l’INSA Rennes. Récemment, nous sommes d’ailleurs entrés dans une logique d’approche par compétence, qui nous permet de réfléchir à la manière dont on transmet les savoirs et à leur évaluation. Cela nous permet aussi de resserrer encore les liens avec les entreprises en termes de contenus de formations ». « Nos spécialités ne sont pas figées dans le marbre, elles évoluent en fonction des besoins du marché et des avancées de la recherche » complète Claude Maranges.

>>>> Pour aller plus loin – Pour Capgemini, le « monde d’avant » c’est bel et bien fini ! Le groupe réalise un grand nombre de transformations. Vincent Moreau (INSA Lyon 92) participe à cette mission en qualité d’Executive VP et Group Leader of the New Normal de Capgemini, une entreprise faite pour les diplômés des INSA. « Leader de la transformation digitale, Capgemini est en mesure de leur offrir des opportunités de formation et d’évolution autour des toutes dernières technologies : cloud, cybersécurité, intégration de logiciel, applications mobiles, IA, robotique, blockchain, intelligent industry… Sans oublier que le groupe est international et permet donc de travailler sur des projets internationaux, avec des équipes multiculturelles et des clients à l’étranger. Enfin, la diversité des métiers de cette entreprise en forte croissance accroît les possibilités de mobilité, de management et d’évolution professionnelle. » Découvrez aussi son interview en vidéo.

Un équilibre entre savoirs techniques et soft skills

Enfin, l’INSA attache de plus en plus d’importance aux soft skills. « A la base scientifique et technique s’ajoutent l’apprentissage du travail en groupe, les langues, la gestion des projet, un peu de finance, etc. Nous faisons un gros travail sur ses aspects pédagogiques », expose Claude Maranges. « Grâce à cela, nos jeunes diplômés s’adaptent très rapidement dans les entreprises, d’un point de vue technique, mais aussi managérial », conclut Patrice Leguesdron.

Zoom sur l’école d’architecture de l’INSA Strasbourg

L’INSA Strasbourg est la seule école en France à former à la fois des architectes et des ingénieurs au sein d’un même établissement qui propose trois spécialités au choix pour les trois premières années d’étude : le génie civil, le génie climatique et énergétique et la topographie. « Une réforme pédagogique a été entamée il y a sept ans pour fabriquer une double acculturation » expose Alexandre Grutter, directeur du département architecture de l’INSA Strasbourg. Concrètement, les étudiants entrent à bac +1 à l’INSA Strasbourg et sont formés à l’architecture et à l’ingénierie (AI) pendant trois ans, avec des cours d’architecture, d’arts plastiques, de mathématiques, de physique appliqué, etc. A l’issue de ces trois ans, ils obtiennent un Bachelor d’établissement qui leur permet ensuite de choisir entre trois orientations : deux années supplémentaires d’ingénierie pour obtenir un diplôme d’ingénieur avec un Bachelor AI, deux années d’architecture et obtenir un diplôme d’architecte avec un Bachelor AI ou trois années supplémentaires pour obtenir un double diplôme ingénieur/architecte. Pour Alexandre Grutter, intégrer l’école d’architecture de l’INSA Strasbourg est un « accélérateur d’apprentissage d’un certain nombre d’éléments qu’un architecte acquerra lui durant sa carrière ».

>>>> Pour aller plus loin – Mylène Caussette (INSA Toulouse 94), Directrice de l’innovation du groupe Lallemand partage ses souvenirs de ses années INSA. « J’y ai acquis les bases pour appréhender tous les problèmes qui peuvent surgir dans une entreprise, les outils pour savoir réagir en toute circonstance. J’y ai également développé mon sens critique et, grâce à mon stage à l’étranger, j’ai gagné en confiance et en autonomie. »

We want you !

Une employabilité au top. Selon la dernière enquête insertion réalisée en 2021 à l’échelle du Groupe INSA, 97 % des diplômés de l’INSA en 2020 ont trouvé un emploi en moins de six mois. « Le Covid-19 a eu un effet relatif : les recrutements ont par exemple été gelés dans l’industrie alors que le bâtiment et l’énergie n’ont pas été impactés, décrit Philippe Leroy, animateur de la commission relations entreprises du Groupe. Aujourd’hui les recrutements ont repris au même rythme, voire encore davantage. » Car les ingénieurs INSA séduisent encore et toujours les employeurs ! « La formation et le savoir-faire poussés des INSA plaisent beaucoup : ce sont des spécialistes et non des généralistes et c’est ce que recherchent les entreprises, analyse Philippe Leroy. De plus notre modèle humaniste qui interroge les questions de société est aussi particulièrement apprécié. »

INSA : Entre études et passion, pourquoi choisir ?

Dans les INSA, on multiplie les talents ! Sportifs ou artistes de haut niveau peuvent ainsi vivre leur passion tout en suivant un cursus ingénieur d’excellence. Ils bénéficient de huit filières uniques en leur genre : Arts plastiques Etudes, Danse Etudes, Image Etudes, Lumières Etudes, Musique Etudes, Sport Etudes, Théâtre Etudes et Cinéma Etudes.

C’est l’une des grandes forces du groupe INSA : s’ouvrir à d’autres compétences et sujets que l’ingénierie. Une ouverture d’esprit qui permet à nombre de ses étudiants de combiner études et passion grâce à des horaires aménagés, des après-midi consacrés aux activités artistiques ou encore des coachings pour accompagner au mieux ces étudiants passionnés par le sport ou les arts. La preuve par 5 avec des jeunes ingénieurs talentueux qui vous diront tous de ne jamais renoncer à votre passion.

Alan Hocquet, 24 ans, étudiant en 7e année du double cursus architecte/ingénieur à l’INSA Strasbourg et pianiste

Crédit : Club photo de l’INSA Strasbourg

Alan se partage entre ses études à l’école d’architecture de l’INSA Strasbourg et sa passion pour le piano.

Comment es-tu entré à l’INSA Strasbourg ?

Je voulais suivre des études d’architecture depuis le collège. J’ai fait un bac S puis j’ai découvert l’école d’architecture de l’INSA Strasbourg lors d’un salon étudiant. Après un an de cursus généraliste à l’INSA, j’ai passé le concours et j’ai été pris parmi les 36 étudiants intégrés au double cursus architecture/ingénieur. J’ai fait trois ans de Bachelor spécialité génie civil puis je suis entré en Master architecture/ingénierie.

Parle-nous de ta passion pour le piano.

J’ai découvert le piano à 13 ans chez ma tante. J’ai ensuite pris des leçons dans l’école de musique de ma ville. Ma professeure m’a poussé et m’a aidé à préparer le concours du Conservatoire de Metz. Quand j’ai débuté ma prépa intégrée à Strasbourg, je n’ai pas eu envie de lâcher le piano. J’ai donc préparé le concours d’entrée au Conservatoire de Strasbourg.

Comment arrives-tu à combiner les deux ?

Aujourd’hui, je suis un atelier avec un groupe de jazz à raison d’1h30 par semaine. On se voit aussi le week-end et on participe à des jazz sessions. Je donne également des cours et des concerts. Le maître mot est d’aimer ce que l’on fait. Si je n’avais pas été aussi passionné, j’aurais vite décroché. Mais combiner une passion et ses études est un vrai atout : le piano est ma bulle, mon exutoire après 10 heures de cours et inversement.

>>>> Pour aller plus loin – Le conseil de Thibaud Robin (INSA Toulouse 05), Directeur Sourcing Serimax–Vallourec Group.  aux jeunes ingénieurs qui voient loin ? « Cochez la case opérationnelle ! J’ai passé quinze ans dans l’opérationnel dont cinq chez Serimax. Travailler dans l’exécution de projets, c’est très dynamique. On touche à plein de sujets et l’on baigne dans un environnement multiculturel. J’ai collaboré avec des personnes d’Afrique, d’Arabie Saoudite, du Kazakhstan, des États-Unis… Superviser un projet c’est coordonner les équipes, l’ingénierie, l’exécution sur site et la sous-traitance. C’est un avantage indéniable car on a la crédibilité pour orienter la stratégie de la manière la plus optimale possible. » Pour rejoindre l’aventure Serimax, ça se passe ici !

INSA
Tous droits réservés par France Paralympique

Ugo Didier, 20 ans, étudiant en 3e année Ingénierie de la construction à l’INSA Toulouse, médaille d’argent en 400 m nage libre et médaille de bronze en 300 m 4 nages aux Jeux Paralympiques de Tokyo.

« J’ai commencé la natation à 8 ans, par défaut. Je voulais pratiquer un sport collectif comme le volley mais ça n’a pas été possible car je ne connaissais pas les adaptations possibles proposées dans le monde du handicap. J’ai nagé avec des personnes valides jusqu’à ce que je découvre la paranatation en 2015. J’ai fait mon premier championnat du monde en 2017. J’ai généralement huit séances de natation par semaine et à l’INSA Toulouse, je suis dans un cursus destiné aux sportifs de haut niveau. Ce qui me permet d’aménager mon emploi du temps en fonction de mes cours, entraînements, stages ou compétitions… Je vais aussi avoir mon diplôme en huit ans au lieu de cinq et je peux être coaché par des professeurs ou reporter des examens si besoin. Pour moi, une journée classique c’est : à l’eau à 6h30 pour 2 heures d’entraînement, puis cours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h et enfin, entraînement de natation de 19h à 21h. Cela demande beaucoup d’organisation ce qui, de base, n’est pas mon point fort ! Chaque entraînement, compétition, examen est planifié mais j’ai besoin de cet équilibre entre études et natation pour être épanoui. »

>>>> Pour aller plus loin – Halte aux a priori ! Rejoindre une entreprise française qui verdit à vue d’œil en éco-concevant et en distribuant en circuit court ses solutions en béton, destinées aux grandes infrastructures de notre pays : c’est possible ! D’autant plus que « le BTP est un secteur qui recrute en masse, où les possibilités d’évolution sont nombreuses et très variées. Ne restez pas sur vos a priori ! Le secteur évolue et sait se remettre en cause, venez nous aider à verdir nos activités, nous avons besoin de vous ! » comme l’affirme Christian Jacob (INSA Lyon 80), Directeur Marketing de Stradal. Envie de répondre à son invitation ? ça se passe ici !

INSA
Crédit Raniero Corbelletti/AFLO

Séréna Giraud, 23 ans, étudiante en 5e année génie physique à l’INSA Toulouse, championne du monde de roller artistique et entrepreneure

Quelle place prend le roller artistique dans ta vie ?

Je patine depuis que j’ai 4 ans. J’ai commencé sur la glace puis j’ai découvert le roller artistique vers 15-16 ans. J’ai tout de suite eu envie de faire de la compétition. J’ai remporté le titre de Championne du monde de roller artistique en 2021 au Paraguay. C’était mon cinquième championnat du monde.

Tu es en plus entrepreneure…

Oui, avec un camarade de promo nous avons fondé l’association Sedna et développé un système de monnaie virtuelle pour les étudiants, Le Seed, qui incite les étudiants à réaliser des écogestes. A chaque fois qu’ils mènent une action ou consomment local à Toulouse, ils reçoivent de la monnaie qu’ils peuvent réutiliser chez nos partenaires.

Comment allies-tu le roller, ton association et tes études à l’INSA Toulouse ?

J’ai généralement un entraînement à 6h30 puis je vais en cours et je profite de mes temps libres pour travailler sur l’association. J’essaye de faire un peu de tout chaque jour et de ne pas perdre de temps tout en en gardant pour moi. J’ai fait l’erreur de négliger mes temps libres mais ce n’est pas rentable sur le long terme.

Quel conseil veux-tu donner aux étudiants qui combinent études et passion comme toi ?

Bien séquencer ses temps. Quand on travaille ses cours, il faut être à 100 %, idem quand on pratique sa passion ou qu’on passe du temps avec ses proches. Sinon, on perd du temps et de l’énergie. Et être bienveillant avec soi-même. Si on n’arrive pas à être très productif un jour, ce n’est pas grave. On est humain.

>>>> Pour aller plus loin – Pour faire face à la crise sanitaire, les équipes de Becton Dickinson se sont mobilisées comme jamais : innovant, optimisant, renforçant leur capacité de production. Portées au quotidien par le sens de leur mission et Ie soin que le groupe prend de chacun. Retrouvez le témoignage de Bérengère Genest (INSA Toulouse 01), sa Directrice Marketing France.

INSA

Julien Gabaud, 21 ans, en 4e année Théâtre Etudes à l’INSA Rennes

« J’ai débuté le théâtre au collège au sein d’une comédie musicale. J’étais assez timide et c’était pour moi le moyen de l’être moins. J’ai pu continuer le théâtre à l’internat au lycée. Ensuite, j’ai découvert l’INSA lors de Portes Ouvertes et leur modèle très humaniste m’a vraiment accroché, tout comme la possibilité de suivre un cursus Arts Etudes. Je n’ai pas de problème d’emploi du temps puisqu’à l’INSA Rennes, le jeudi après-midi est consacré aux activités associatives. Je fais donc 2h30 de théâtre à ce moment-là. C’est vraiment important d’avoir une activité en parallèle lorsque l’on suit des études un peu lourdes. Cela permet de respirer. A titre personnel, le théâtre m’a aussi fait avancer, m’a permis de m’affirmer, de parler en public, de porter la voix. »

Crédit Hugo Sarazin

Irma Brault, 19 ans étudiante danseuse, en 3e année spécialité Maîtrise des risques industriels à l’INSA Centre Val-de-Loire

Pour Irma, pratiquer la danse n’est pas négociable. « Je pratique depuis toute petite, ça a toujours fait partie de ma vie. J’ai même hésité entre des études scientifiques et un métier artistique après le bac. » La jeune femme décide finalement de poursuivre ses études en conservant la danse en parallèle. « Je me suis renseignée sur les différentes écoles et j’ai vu que l’INSA Lyon et Toulouse proposaient un cursus Danse Etudes mais je n’ai pas été retenue. En revanche, j’étais prise à INSA Centre Val de Loire où les études me plaisaient mais où je ne pouvais plus faire de danse. Je suis passée de 12 heures de danse en Terminale à 1 heure par semaine en première année d’études supérieures. Cela me manquait beaucoup. » C’était sans compter l’ouverture d’esprit du groupe INSA. « J’ai fait mes recherches et je suis tombée sur le Conservatoire de Bourges. J’ai alors sollicité le cursus Musique Etudes de l’INSA qui a signé un accord de partenariat avec eux pour que je puisse aménager mes horaires. J’ai eu beaucoup de chance ! » De son expérience, Irma en tire une leçon : « Quand on a une passion, il faut tout faire pour pouvoir la poursuivre quoi que les gens disent. Si je n’avais pas toqué à toutes les portes pour continuer la danse je l’aurais regretté. Il faut connaître ses limites mais ne pas supprimer totalement la pratique de sa passion. »

>>>> Pour aller plus loin – Vous faites partie de la génération d’éco citoyens-consommateurs ? Romain Ascione, (INSA Toulouse 97), Directeur Régional Sud PACA de l’activité Recyclage et Valorisation des Déchets France Veolia, a un message pour vous ! « Quoi de plus motivant que d’agir chaque jour pour l’avenir de la planète dans une entreprise qui pense en termes de raison d’être, d’éthique et de compliance. Nous sommes challengés par les jeunes. Rejoindre Veolia c’est : s’engager en faveur de la transformation écologique car la protection de l’environnement est au cœur de tous les modes de production et de consommation, développer ses compétences pour construire l’avenir et se réaliser professionnellement, évoluer dans un environnement sain et sécurisé, travailler dans le respect des droits et de la diversité est un prérequis car notre mission est de répondre aux besoins essentiels des populations en eau, en énergie et en traitement des déchets et créer de la valeur pour tous dans une entreprise qui partage sa démarche de progrès. Nous avons aussi des programmes à court et long terme pour féminiser davantage nos métiers.

Pour être définitivement incollable sur l’actualité des INSA en 2022, retrouvez les pépites et les interviews des directeurs des écoles du Groupe INSA : INSA Rennes, INSA Rouen Normandie, INSA Centre Val de Loire, INSA Toulouse, INSA Hauts-de-France, INSA Lyon, INSA Strasbourg

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter