Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Tour de France des campus de Sciences Po : les diplômés mouillent le maillot

Les Sciences Po mouillent le maillot !

« Ecole élitiste », « école des élites » ou encore « école de l’entre-soi » : à ces clichés qui lui colle encore à la peau, Sciences Po répond par l’action. Démocratiser son recrutement sans renoncer à la qualité de la formation, déceler des potentiels et des personnalités en élargissant ses viviers de candidats, transformer son concours pour que ses promos ressemblent à la France dans toute sa diversité, multiplier les partenariats avec les plus grandes institutions académiques mondiales : à Sciences Po on ouvre ses chakras ! A Paris bien sûr, mais aussi en régions où les campus de Sciences Po Paris et les écoles du réseau ScPo s’imposent aujourd’hui comme des hub de réussite, au service de leurs territoires… et bien au-delà. Tout cela sans jamais renier la qualité de la formation qui permet aux diplômés de Sciences Po d’endosser les plus hautes responsabilités dans tous les secteurs cœur de la compétitivité française.

SOMMAIRE

Les 7 campus de Sciences Po à Paris… et ailleurs

Le campus de Paris : une mosaïque multiculturelle
Près du campus du Havre, il y a des marins qui chantent
Le campus de Sciences Po à Nancy, le tout premier site délocalisé
Au milieu des vignes, le campus de Reims
Le campus de Sciences Po Poitiers fête ses 20 ans
Le campus de Sciences Po à Menton, sous le soleil de la Méditerranée
Le campus de Dijon : une constellation d’innovations

Les campus de Sciences Po, au plus proche des territoires

Sciences Po Rennes, la plus transformante !
Sciences Po Lille… la trentenaire !
Sciences Po Aix, la plus professionnalisante 
Sciences Po Strasbourg… La plus européenne
Sciences Po Lyon la plus… internationale 
Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye… la plus francilienne
Sciences Po Toulouse, la plus… tournée vers la culture
Sciences Po Bordeaux, la plus… diversifiée
Sciences Po Grenoble… au cœur d’une des 100 meilleures universités mondiales

Sciences Po – Insertion professionnelle : les chiffres qui tuent


Sciences Po Paris : Admission réformée, mode d’emploi

Les 7 campus de Sciences Po Paris, ici et ailleurs

Ne cherchez plus : le campus de vos rêves se trouve dans votre région. Sciences Po Paris est en effet présent aux quatre coins de la France. Enfin, plutôt aux sept coins de l’Hexagone ! L’université propose à ses élèves de suivre leur formation dans la capitale bien sûr, mais aussi sur ses six campus de Dijon, Le Havre, Menton, Nancy, Poitiers et Reims. Interviews de leurs directeurs et directrices.

Le campus de Paris : une mosaïque multiculturelle

L’interview d’Anne-Célia Feutrie, Directrice du campus de Paris

Quels doubles-diplômes proposez-vous ?

Notre campus au centre de la capitale, tourné vers l’avenir et l’international, accueille un double-diplôme international, avec University College London, et cinq doubles-diplômes nationaux avec des partenaires universitaires renommés : Paris I Panthéon-Sorbonne en mathématiques, Sorbonne Université en lettres, philosophie et histoire, L’Institut de Physique du Globe de Paris en géosciences et Université de Paris, avec deux doubles formations en sciences sociales et mathématiques, sciences sociales et sciences du vivant.

Votre campus : la destination de rêve pour les étudiants internationaux.

Le campus de Paris accueille chaque année environ 1 400 étudiants en échange. Issus de nos partenariats internationaux, ils viennent suivre aux côtés de nos étudiants les cours, proposés en français et en anglais, dans les six disciplines piliers de Sciences Po : histoire, science politique, droit, humanités, économie et sociologie.

Vos endroits préférés sur le campus de Sciences Po à Paris ?

J’affectionne particulièrement les endroits habituellement calmes, comme le fond du jardin du 27 rue Saint Guillaume. L’amphithéâtre Boutmy, bruyant puis soudainement silencieux lorsque débutent les cours magistraux de première année, ne cessera de m’impressionner.

Vos meilleurs alliés en temps de crise ?

Universitaires et professionnels, les enseignants ont toutes et tous accepté de relever le défi de l’enseignement à distance ou hybride durant la pandémie pour permettre une continuité pédagogique, pour que le contact avec l’institution et les savoirs ne soit pas rompus par la distance subie. C’est pour que notre maison continue de former des jeunes et accompagne des ambitions que l’équipe pédagogique travaille d’arrache-pied chaque jour.

>>>> Pour en savoir plus : Visitez le campus de Paris

Près du campus du Havre, il y a des marins qui chantent

Campus de Sciences Po Le Havre
Crédit Martin Argyroglo / Sciences Po

L’interview de Vincent Fertey, Directeur du campus du Havre

Le Havre : the place to be ?

Sur un front de mer aménagé, le campus est implanté dans un quartier dynamique, en pleine mutation depuis l’arrivée de plusieurs établissements étudiants et de recherche. De plus, la ville propose des activités nautiques et se trouve à proximité des plages du Débarquement. Intéressant pour les étudiants français et internationaux, sportifs et férus d’Histoire !

L’identité géographique de votre campus ?

Du fait de notre situation maritime, nous regardons au-delà des mers, notamment vers l’Asie et le Pacifique. Nous avons d’ailleurs plusieurs accords de doubles-diplômes avec des universités étrangères partenaires : Columbia, Berkeley, Keio University, University of Hong Kong, Université de SidneyCette ouverture à l’international est une expérience quotidienne : une ambiance familiale et une émulation intellectuelle perpétuelles.

Votre endroit préféré sur le campus de Sciences Po au Havre ?

La salle B5 a une vue panoramique sur les bassins. De celle-ci, nous pouvons observer un bateau amarré, devenu l’emblème du campus.

>>>> Pour en savoir plus : Visitez le campus du Havre

Présentez-nous vos deux programmes pépites.

Le Certificat « Océans et économies bleues », conçu avec des intervenants extérieurs, permet aux étudiants de suivre des cours sur les enjeux maritimes et propose des visites de ports, des conférences et des rencontres avec des acteurs du milieu maritime. Et le second, devenu signature de notre campus : Humanités politiques sur la Route de la Soie. Une lecture historique pour comprendre les concepts du commerce de la Route de la Soie à travers le  prisme de l’art et des humanités. Ce cours a été initié et est aujourd’hui assuré par Sophie Rochefort-Guillouet.

>>>> Pour aller plus loin – En 2020, Danone est devenue la première entreprise à Mission du CAC 40. Envie de rejoindre un groupe dont la raison d’être est d’apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre ? Lisez l’interview de Mathias Vicherat, (Sciences Po Paris 2000), Secrétaire général de Danone

Le campus de Nancy, le tout premier site délocalisé

L’interview de François Laval, Directeur du campus de Nancy

L’histoire du campus de Sciences Po à Nancy ?

C’est le premier campus de Sciences Po Paris qui a ouvert ses portes en région, à l’aube des années 2000. Depuis ses débuts, la spécificité du campus est sa dimension franco-allemande. Proches de l’Allemagne, nous accueillons de nombreux étudiants et professeurs germanophones et nous travaillons régulièrement avec des institutions allemandes.

Vos endroits préférés sur le campus ?

La salle de classe Jean Monnet dans laquelle j’enseigne, le récent amphithéâtre Paris-Berlin et le Forum Europa, où nous pouvons admirer les coupes et victoires des étudiants. Je suis partisan du « Carpe Diem » comme le professeur Keating dans Le Cercle des poètes disparus !

Un diplômé dont vous êtes particulièrement fier ?

J’ai une pensée pour Missak Kéloglanian, ancien président du BDE de notre campus, qui m’appelait en 2017 pour me prévenir de sa participation à la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron pendant son année de césure. Aujourd’hui, il est diplômé et embauché à l’Elysée. Rien que ça !

Nancy : the place to be ?

Nancy est une métropole avec une vie culturelle et étudiante incroyable, ouverte sur le monde et les autres. Ici, on vit quelque chose de fort, avec des amis pour la vie (et parfois son âme sœur !).

>>>> Pour en savoir plus – Visitez le campus de Nancy

Au milieu des vignes, le campus de Reims

L’interview de Tilman Turpin, Directeur du campus de Reims

Prouvez-nous que le campus de Sciences Po à Reims est le plus beau !

Nous sommes installés dans le bâtiment le plus ancien des collèges universitaires. Autrefois lieu jésuite, cet endroit historique et magique mêle ancien et moderne. Les étudiants l’appellent Poudlard !

Vos endroits préférés sur le campus ?

D’abord, l’ancienne bibliothèque, magnifique, qui sent l’encaustique et la cire, avec des livres de recherche passionnants. J’aime y observer le lever du soleil. Puis, la Cour des Pères, un lieu serein où se trouvent les plus anciennes vignes de France. Il m’arrive de cueillir une grappe pour goûter le raisin !

Reims : the place to be ?

Théâtre, cinéma, musée, vie nocturne… Reims est une ville faite pour les étudiants. Elle est idéalement située : à quelques pas de la nature et des vignes, à 45 minutes de Paris en train et à 25 minutes de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en voiture.

>>>> Pour en savoir plus – Visitez le campus de Reims

Un double-diplôme à nous présenter ?

Le double-diplôme avec l’Université de Champagne-Ardenne en sciences du vivant et sciences humaines et sociales, intitulé « Environnement et société durables ». Un programme interdisciplinaire innovant.

Un engagement de vos étudiants qui vous rend fier ?

Je suis très fier de nos étudiants qui s’engagent auprès du foyer Saint-Rémi pour accompagner des jeunes, pris dans des situations compliquées, en leur faisant faire des activités, même à distance pendant la crise. Cet acte humain très fort m’émeut particulièrement.

>>>> Pour aller plus loin – De l’IEP à EDF : la voie serait-elle toute tracée ? Selon Xavier Girre (HEC Paris 90 / Sciences Po Paris 92 / ENA 95), directeur exécutif en charge de la direction financière Groupe d’EDF, « la hauteur de vue et l’ouverture, favorisées par la formation, sont en tout cas des qualités très appréciées chez EDF. Par nos missions et nos enjeux, nous avons besoin de la richesse et de la diversité des compétences des jeunes Sciences Po. De très nombreuses fonctions leurs sont ouvertes, notamment bien sûr les fonctions financières, RH, juridiques, communication, relatives à la stratégie, à l‘analyse économique, ou encore aux affaires européenne ». Découvrez toutes les opportunités de recrutement que vous propose EDF.

Le campus de Poitiers fête ses 20 ans

L’interview de Pascale Leclerc, Directrice du campus de Poitiers

L’identité géographique de votre campus ?

Notre campus est marqué académiquement et linguistiquement par son identité latino-américaine, hispanophone et lusophone. C’est un campus à taille humaine également : tout le monde se connait !

Poitiers : the place to be ?

Il faut venir à Poitiers rien que pour son cœur historique de petite ville médiévale. En plus, c’est une ville universitaire dynamique et moins onéreuse, surtout en termes de logement pour les étudiants (300 € environ).

Votre endroit préféré sur le campus de Sciences Po à Poitiers ?

La bibliothèque, au dernier étage, qui laisse percevoir la charpente du campus : une coque de bateau inversée. Ancien lieu religieux, c’est un bâtiment original qui a traversé l’histoire. Nous avons choisi d’y installer des drapeaux colorés pour symboliser toutes les nationalités de nos étudiants.

Un évènement ?

L’exposition de street art en janvier 2021 dans une aile du campus. Il s’agissait d’un échantillon du relevé photographique de l’un de nos enseignants, qui a arpenté les villes d’Amérique latine pour scruter les messages politiques à travers le street art.

2021 : une année à fêter !

Le campus de Poitiers fête effectivement ses 20 ans d’existence en 2021 ! Nous célébrons cet anniversaire avec les étudiants et les diplômés. Un ancien étudiant brésilien, faisant partie des premières promos, vient par exemple témoigner de son parcours, partager ses conseils et nous présenter la fondation brésilienne pour l’éducation qu’il a créée lors de ses études sur le campus de Poitiers.

>>>> Pour en savoir plus – Visitez le campus de Poitiers !

Le campus de Sciences Po à Menton, sous le soleil de la Méditerranée

Campus de Sciences Po Menton
Crédit Martin Argyroglo / Sciences Po

L’interview de Yasmina Touaibia, Directrice de campus de Menton

L’identité géographique de votre campus ?

Notre orientation vers le Méditerranée et le Moyen-Orient est le socle commun de notre diplôme et un vecteur d’enseignements spécifiques. J’ai notamment créé un cours sur les mondes berbères. Je souhaite faire prendre conscience de la richesse culturelle, religieuse et linguistique, ainsi que des enjeux géopolitiques, économiques et environnementaux de cette région du monde.

Votre endroit préféré sur le campus de Sciences Po à Menton ?

Lorsque j’étais enseignante, j’aimais casser les codes et faire cours dans le jardin, entre les citronniers, les oliviers, les figuiers… Et depuis que je suis directrice, j’apprécie d’être en compagnie de l’équipe sur les coursives, présentes à chaque étage.

Venir à Menton c’est…

… venir dans un lieu rassurant, chaleureux et ensoleillé (353 jours par an !). Les Mentonnais chouchoutent nos étudiants. Ce cocon est appréciable quand on est jeune et qu’on quitte le nid familial. Sa belle situation géographique est en plus propice à plein d’activités sportives : de la plongée et du paddle un jour et du ski le lendemain ! De plus, nos étudiants logent à seulement quelques mètres de la plage. Le rêve non ?

Et vos étudiants sont…

… attachants, brillants, surprenants, solidaires et engagés.

>>>> Pour aller plus loin – Pourquoi les jeunes IEP ont-ils tout pour performer dans le secteur pharmaceutique ? « Parce que la diversité s’exprime en priorité dans les talents que l’on recrute. L’industrie pharmaceutique pour cela est très intéressante car on y rencontre des profils extrêmement variés avec des cultures, des formations et des parcours très différents… Comme à Sciences Po ! L’innovation ne se construit pas dans l’uniformité » en est convaincue Carole Doré (Sciences Po Paris 01, ESSEC BS 01), Vice-Présidente, Directeur des Affaires Publiques et de l’Accès au Marché de GSK.

Un de leurs engagements qui vous rend fière ?

Lors du premier confinement, ils ont créé le service « Menton Livraison » pour négocier les tarifs des denrées alimentaires et les livrer aux personnes âgées. Une habitante nous a écrit une lettre pour nous partager à quel point elle était touchée par leur action, et qu’elle n’avait pas connu ça depuis… la Seconde Guerre Mondiale ! Ils ont été aussi engagés lors des inondations en Italie et l’explosion à Beyrouth, au Liban.

>>>> Pour en savoir plus : Visitez le campus de Menton

Le campus de Dijon : une constellation d’innovations

L’interview de Lukas Macek, Directeur de campus de Dijon

Le + du campus de Sciences Po à Dijon ?

C’est l’endroit idéal pour vivre et comprendre l’Union Européenne d’aujourd’hui, avec la richesse, la complexité et, parfois, la difficulté qui la caractérisent depuis qu’on a réunifié l’Ouest et l’Est de l’Europe.

Dijon : the place to be ?

Dijon bénéficie d’une réputation mondiale en termes de qualité de vie et de savoir-vivre. Une ville au patrimoine et à la vie culturelle de première qualité, mais aussi un lieu dynamique où de nombreux projets innovants se développent, comme par exemple la smart city OnDijon ou la Cité internationale de la gastronomie et du vin.

Votre endroit préféré sur le campus ?

Sans doute l’amphithéâtre : c’est le cœur du campus. Lieu emblématique de notre mission principale, mais aussi celui où j’ai le plaisir, chaque année, de rencontrer pour la première fois la nouvelle promotion d’étudiants. Et son nom – le Danube – illustre bien l’identité centre-européenne du campus !

>>>> Pour en savoir plus – Visitez le campus de Dijon

Un évènement ?

Je suis très heureux que nous ayons pu, après une pause imposée par le premier confinement au printemps 2020, renouer avec la belle tradition dijonnaise des « Ecoles de printemps ». En 1è année, un module construit autour des conférences et d’un exercice de simulation de négociations internationales liées aux questions climatiques. Et en 2è année, un séminaire intensif en politique européenne comparée. Deux modules qui permettent aux étudiants de sortir quelques jours de la routine du semestre et de vivre de nouvelles expériences intellectuelles en groupe.

>>>> Pour aller plus loin – « Ne rêvez plus la ville du futur, façonnez-là ! », vous propose Samuel Linzau (Sciences Po 99), Directeur Général de Lyon Confluence. Suivez ses pas, rejoignez la société publique locale qui supervise le projet urbain de reconversion du sud de la presqu’île de Lyon et découvrez un bouillonnement d’innovations !

Les campus du Réseau ScPo, au plus proche des territoires

Aix, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse : la preuve par 7 de l’effet réseau made in Sciences Po. Une politique d’égalité des chances, d’ouverture sociale, des valeurs partagées  et un concours communs… Mais pas que !  L’objectif pour le Réseau ScPo : allier les traditions de pluridisciplinarité, d’ouverture et d’internationalisation propres aux Sciences Po dans une logique de réponses aux besoins des territoires.

Pour les directeurs de Sciences Po sur leurs campus à travers le France, c’est aussi la possibilité d’échanger sur le présent et le futur du réseau, d’innover ensemble, de faire converger certaines formations… Le tout pour défendre et consolider un modèle de formation reconnu pour sa grande qualité d’enseignement. Avec des particularités inhérentes à chacune bien sûr !

Sans oublier les campus de Sciences Po Grenoble et Bordeaux, qui s’ils ne font pas partie du réseau et du concours commun, sont aussi en étroite relation avec les autres IEP pour faire briller la marque Sciences Po et leurs étudiants. Les neuf directeurs nous en disent plus. (Interviews réalisées en juin 2021)

Sciences Po Rennes, la plus transformante !

L’interview de Pablo Diaz, directeur de Sciences Po Rennes

Le plus de Sciences Po Rennes qu’on ne trouve dans aucun autre IEP ?

On ne se prive pas de challenger le modèle Sciences Po, de le repenser, de le réinventer face aux défis qui attendent nos diplômés au 21e siècle. Pour cela, il faut sortir de sa zone de confort, coopérer avec de nouveaux partenaires, favoriser la multidisciplinarité. Notre campus des transitions à Caen qui fête ses 10 ans cette année en est une illustration, avec une thématique essentielle : celle du développement durable. Autre exemple, nous avons créé une nouvelle filière INSA/Sciences Po Rennes en 2018. Nous sommes ainsi les premiers à proposer une formation commune entre une école d’ingénieurs et un institut d’études politiques. Bref, nous n’hésitons pas à aller au-delà de nos modèles. Les Sciences Po sont d’ailleurs très intéressés par la pluridisciplinarité.

Une actualité à partager pour la rentrée sur le campus de Sciences Po Rennes ?

Après quasiment 18 mois de confinement, nous souhaitons donner la parole à la jeunesse en 2021 et 2022. Pour cela, nous avons déjà expérimenté il y a quelques semaines un hackathon en distanciel avec les premières années, la région Bretagne et le Lycée Professionnel des Métiers de Bouche, sur le thème du bien manger.

Un nouvel hackaton est prévu avec la métropole rennaise sur le thème des « nouvelles solidarités de demain sur le territoire », cette fois-ci avec les 3A et les 4A, l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, l’ENS Rennes et des lycées professionnels. En 2022, nous prévoyons d’aborder le thème de « la relève » avec la structure culturelle rennaise, Les Champs Libres, sous forme d’ateliers et de concerts. L’objectif est à chaque fois d’embarquer les jeunes, de mélanger les cultures, de se confronter à d’autres problématiques et de s’ouvrir aux territoires. Ne pas rester enfermé dans notre bulle est essentiel.

Le candidat idéal pour Sciences Po Rennes ?

Pour moi, le candidat qui y a sa place est celui qui souhaite transformer le monde, avec curiosité, humilité et l’envie de ne jamais cesser d’apprendre.

>>>> Pour aller plus loin – « Chez Econocom, nous recrutons sur tous les types de postes : financiers, commerciaux, ingénieurs, consultants, techniciens… Le profil idéal ? Des candidats qui s’impliquent, polyvalents, qui savent prendre des initiatives et faire preuve d’audace, de bonne foi et de réactivité. Ici, vous aurez de l’espace pour porter des projets passionnants, au sein d’un groupe engagé pour le bien-être, l’inclusion, le développement et l’épanouissement de tous. » Vous vous reconnaissez ? Faites comme Isabelle Chevallier, (Sciences Po Rennes 95) et rejoignez la team Econocom !

Sciences Po Lille… la trentenaire !

L’interview de Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille

Le point fort de Sciences Po Lille ?

Nos locaux ! Ils sont superbes, fonctionnels, très bien situés, à 300 m du centre-ville. A noter, la bibliothèque, ouverte 7j/7 de 9h à 22h.

Les événements de cette année sur le campus de Sciences Po Lille ?

Nous faisons notre 30e rentrée en 2021 et des évènements vont bien sûr ponctuer l’année. L’occasion de constater une transformation extraordinaire : nous sommes passés de 200 étudiants qui partageaient les locaux de l’école de journalisme (ESJ), sans année à l’étranger, avec 80 % d’étudiants recrutés venant du Nord-Pas-de-Calais à 1 950 étudiants, 10 000 m2 de locaux, 235 accords internationaux, plusieurs milliers d’alumni et 120 salariés. Enfin, la qualité de l’insertion professionnelle n’a plus rien à voir avec le petit IEP de Lille créé en 1991. Nous sommes devenus une grande école dans tous les sens du terme.

Une autre actualité concerne notre pédagogie : la réforme du master pour la rentrée prochaine avec la création de nouveaux doubles diplômes. Nous avons déjà un partenariat avec l’ESJ et l’EDHEC et nous ouvrons à la rentrée notre premier double diplôme de niveau master avec l’Ecole Centrale de Lille, intitulé « Sociétés Numériques ». 

Vos étudiants ont du talent ! Montrez-le nous.

Nous sommes une école à taille humaine dans laquelle, depuis 2007, j’ai noué des relations personnelles avec les diplômés. C’est une vraie fierté car je reçois presque tous les jours des nouvelles d’anciens élèves : Jérémie Fontanieu, professeur à Drancy qui a créé  le projet Réconciliations pour lutter contre le décrochage scolaire,  Charles-Eliott Debourdeau qui a monté GlobalExam, une boite de 120 salariés qui propose de la formation aux langues étrangères en ligne, Romain Boyer qui est directeur général adjoint du cycle préparatoire à l’ENA. Ce que je retiens, c’est la diversité des parcours des diplômés, leur attachement à l’école. Je vois l’école progresser grâce à la place que prennent les diplômés dans l’espace publique.

>>>> Pour aller plus loin – « Le CNPA pour un jeune diplômé, c’est LE starter de sa carrière ! Une porte d’entrée extraordinaire après son diplôme en termes d’observation, d’apprentissage et de confrontation à la réalité. Cette expérience qui vaut de l’or est facilement valorisable dans une entreprise plus classique ou même dans le secteur associatif. J’y suis rentré en 2002 et, en moins de six ans, j’ai occupé six fonctions différentes ! Il y a toujours des postes ouverts pour les diplômés : chargés d’études économiques, chargé d’affaires publiques européennes ou nationales, chef de cabinet, chargé d’un métier technique… ». Comme Xavier Horent, (Sciences Po Lille 99), Délégué Général du Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA), rejoignez un secteur bouillonnant qui fait bouger le curseur de la mobilité, de l’énergie et de la ville durable !

Sciences Po Aix, la plus professionnalisante 

Campus Sciences Po Aix
Crédit Sciences Po Aix

L’interview de Rostane Mehdi est directeur de Sciences Po Aix

La spécificité de Sciences Po Aix ?

L’attention portée à la professionnalisation de nos étudiants afin qu’ils aient un niveau d’employabilité le plus haut possible pour s’insérer au plus vite sur le marché de l’emploi. Pour cela, nous  mettons en place plusieurs leviers. La formation par la recherche d’abord, afin qu’ils acquièrent une méthodologie intellectuelle et scientifique rigoureuse et systématique. La professionnalisation passe aussi par une offre de formation couvrant un large spectre avec huit parcours de master.
Notre parcours de professionnalisation Itinéraires ensuite, qui permet d’acquérir des compétences directement connectées aux attentes du monde professionnel, mais également les doubles diplômes, avec notamment l’Ecole de l’Air de Salon-de-Provence, le CNAM et trois écoles de commerce, SKEMA BS, Audencia et KEDGE BS. Enfin, le développement de l’alternance sur trois formations.

>>>> Pour aller plus loin – Chez SFHE, les auditeurs sont rois ! « Nous recrutons en permanence dans différents métiers : promoteur, chef de chantier, responsable marketing, gestionnaire de dette, juriste… Sans oublier le métier d’auditeur interne qui permet de connaître de façon approfondie tous les sujets de l’entreprise : l’informatique, les marchés, les achats, les RH… C’est une plateforme d’envol phénoménale qui permet d’accéder à des postes à responsabilité plus élevés comme la direction financière, la direction d’agence, la direction générale à terme. »Envie d’en savoir plus ? Découvrez l’interview de Marie-Hélène Bonzom, (Sciences Po Aix 80), Directrice Générale de la Société Française d’Habitations Économiques (SFHE), filiale du Groupe ARCADE-VYV.

L’info à retentir en cette rentrée sur le campus de Sciences Po Aix ?

Nos actions en matière de démocratisation auxquelles je suis particulièrement attentif. Nous avons notamment noué un partenariat avec le Lycée Saint-Exupéry situé dans les quartiers nord de Marseille et avec qui nous travaillons en étroite collaboration. Nous avons également répondu à l’appel à manifestation d’intérêts pour la mise en place de classes Prépa Talents. Le but étant de préparer à la haute fonction publique 25 élèves sélectionnés sur conditions de ressources et de mérite.

Le candidat idéal pour Sciences Po Aix ?

Notre motto tient en trois verbes : comprendre, oser, agir. Nous voulons donc des élèves curieux du monde qui les entourent et qui vont au-delà des apparences. Des étudiants audacieux qui n’hésitent pas à se lancer dans des projets parfois atypiques. Je pense par exemple à ces deux jeunes diplômés qui ont construit un projet épatant. Ils remontent le Nil du Soudan à l’Egypte et à chaque étape tournent un documentaire sur les conditions de vie des gens qui vivent pour et par le Nil. Enfin, des étudiants volontaires, courageux qui n’hésitent pas à porter des projets engageants. Je suis particulièrement attentif également à ce qu’ils soient soucieux d’être utiles à la communauté.

>>>> Pour aller plus loin – Le conseil d’Olivier David, (Sciences Po Aix 92), Directeur des Produits Spéciaux chez Atradius, aux ambitieux? « Who dares win !Il faut prendre toutes les opportunités, et ne pas trop réfléchir, car elles ne repassent pas toujours. La courbe de développement hiérarchique n’est pas linéaire de 20 à 65 ans. Au début de votre carrière, vous aurez l’occasion de changer de postes souvent, puis les opportunités vont se raréfier. D’où l’importance d’évoluer assez rapidement dans les dix premières années de votre parcours. Si vous avez de l’ambition, sortez de votre zone de confort, pensez tout de suite à l’étape suivante, préparez la pour bouger tous les trois à cinq ans »

Sciences Po Strasbourg… La plus européenne

L’interview de Jean-Philippe Heurtin, directeur de Sciences Po Strasbourg

La particularité de Sciences Po Strasbourg ?

D’abord, elle est une composante de l’Université de Strasbourg, qui rend compte de l’image assez académique que nous pouvons avoir et nous permet de profiter de l’ensemble des ressources de l‘université. La dimension académique est aussi marquée par l’importance donnée à la recherche : nous sommes adossés à de gros laboratoires de sciences sociales et économiques qui nous donnent une force de frappe en termes de recherche, y compris dans les masters que nous proposons. Nous avons par exemple monté un master commun « Santé, environnement politique » avec la Faculté de Médecine, un master à la fois de recherche et professionnalisant. Notre deuxième spécificité est l’accent mis sur l’Europe, du fait de notre situation géographique à proximité des institutions européennes. Cela se traduit notamment dans l’enseignement par une filière européenne avec un master d’études européennes et internationales qui a très bonne réputation et des événements que nous organisons, notamment lors de la semaine de l’Europe.

Quelles actualités ponctueront la rentrée sur le campus de Sciences Po Strasbourg ?

D’abord, la réforme du cursus de premier cycle qui vise, d’une part à alléger le volume horaire d’enseignements et d’autre part, à mettre l’accent sur les conférences de méthode. Nous voulons un enseignement au plus proche des étudiants, dont les profils évoluent notamment du fait du nouveau bac. Nous devons alors adapter notre pédagogie  et le concours commun à ces néobacheliers. La préparation au concours de la haute fonction publique (celui de l’administration centrale, territoriale et les concours sociaux) est également entièrement réformée en s’appuyant sur le label Classe Talents du service public que nous avons obtenu. Cela va nous permettre de renforcer la préparation au concours et de la démocratiser en l’ouvrant à des étudiants qui n’auraient pas pu sans cela y consacrer une année.

Qu’attendez-vous de vos étudiants ?

Nous souhaitons former des étudiants et diplômés qui soient à l’aise dans leur peau et qui aient de l’imagination. Car dans tous les métiers auxquels ils se destinent, les attentes ne cessent de changer. L’imagination est alors la qualité cardinale.

Sciences Po Lyon la plus… internationale 

L’interview de Renaud Payre, directeur de Sciences Po Lyon jusqu’au 30 juin 2021

Pourquoi un candidat doit-il choisir Sciences Po Lyon ?

D’abord, pour son ancrage dans une région extrêmement dynamique (Auvergne-Rhône-Alpes) et dans deux métropoles : Lyon, extrêmement attractive, et Saint-Etienne. Je sais que la localisation est souvent un élément majeur pour les candidats. Notre deuxième atout : les diplômes d’établissement et l’ouverture à l’international. Nous sommes en effet le seul Sciences Po de province à jouer cette carte. Dès la première année, nous proposons sept Diplômes d’Etablissement. Le but est de donner la possibilité en 1er et 2e année de choisir un Diplôme d’Etablissement qui permet, dès le début du cursus, une grande ouverture à l’international, et de déterminer un choix de mobilité, sans s’engager dès la première année dans un double diplôme. Notre philosophie : laisser le plus longtemps possible la porte ouverte aux étudiants.

Les actualités qui feront le buzz à la rentrée ?

La mise en œuvre concrète des doubles diplômes à l’international avec la Hong Kong Baptist University et la Loughborough University sur le campus de Londres. Mais aussi, la poursuite du déploiement de la Public Factory (une fabrique de projets mobilisant les étudiants de 4e année autour de problématiques concrètes d’action public et d’intérêt général). Et enfin, le déploiement de l’apprentissage à compter de la rentrée sur trois spécialités : management des services publics, transformée en apprentissage effectif à la rentrée, la spécialité Politiques et innovations sociales des territoires créée à la rentrée sur le campus de Saint-Etienne, en partenariat avec l’EN3S et une formation en apprentissage dans le cadre du double diplôme avec le CFJ.

Le candidat idéal pour rejoindre le campus de Sciences Po Lyon ?

Pour moi, c’est évidemment un étudiant qui doit apprendre à ne pas être qu’un bon élève. Le vrai problème de la formation Sciences Po, comme toute formation sélective, est le complexe du bon élève. Les étudiants ont réussi leur concours et doivent désormais faire leur chemin. A Sciences Po Lyon, on leur transmet une culture des sciences humaines et sociales et ils auront ensuite à piloter des projets dans un environnement social extrêmement complexe.

Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye… la plus francilienne

Campus Sciences Po Saint Germain
Crédit Sciences Po Aix

L’interview de Céline Braconnier, directrice de Sciences Po Saint-Germain

La spécificité de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye ?

Notre territoire d’abord. L’école est installée en bordure de forêt, ce qui est unique dans le monde des Sciences Po, et au cœur de la métropole francilienne. Deuxième particularité : le parcours Arts et Humanités proposé à tous les étudiants, quelle que soit leur année de formation, le jeudi après-midi et en soirée, avec des activités culturelles, visites de galeries et de musées, ateliers d’écritures dans différents lieux culturels de la capitale, abonnements au théâtre… Ce parcours est particulièrement plébiscité par nos étudiants.

Vos objectifs pour les prochains mois sur le campus de Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye ?

La poursuite de notre développement. Nous avons 750 étudiants et l’objectif à 5 ans est d’avoir doublé de nombre d’étudiants, en développant nos formations notamment. Nous ouvrons ainsi par exemple à la rentrée un double diplôme « Ingénieur data et humanités digitales » avec l’école d’ingénieurs CY Tech, en 6 ans. L’idée est de former des jeunes aussi à l’aise en sciences sociales qu’en big data et en intelligence artificielle. Des profils hybrides qui puissent identifier les problèmes, les analyser, proposer des solutions techniques mais aussi conduire des projets.

Vos étudiants ont du talent ! La preuve avec un de vos étudiants qui vous a bluffé ?

Je suis très souvent bluffée par mes étudiants ! J’ai deux projets en tête.
D’abord, celui d’Inès Belhous qui a reçu deux prix de la Fondation Deloitte pour son projet Menstru’elles : des ateliers de fabrication de serviettes hygiéniques lavables à destination des femmes migrantes en situation de précarité, afin de lutter contre la précarité menstruelle. C’est une jeune femme très déterminée, humble et qui force le respect.

Le deuxième projet est collectif. Pendant le confinement, une dizaine d’étudiants m’ont fait des propositions pour un plan vert en faveur de la transition écologique. Nous avons travaillé avec eux en constituant un groupe de travail avec la Direction et les enseignants et fait voter par le Conseil d’Administration un certain nombre de grands principes à déployer à la rentrée. Nous allons par exemple ouvrir un cours d’art et écologie, un cycle de conférences sur les enjeux de la transition (obligatoire pour tous les élèves), installer un compost et des ruches sur le campus, etc.

Sciences Po Toulouse, la plus… tournée vers la culture

L’interview de Eric Darras, directeur de Sciences Po Toulouse

La Sciences Po Toulouse’s touch ?

La culture populaire ! Depuis 20 ans, nous menons des travaux sur le rap, le hard rock, le cinéma, la télévision… Nous avons un master d’études culturelles très coté avec un intérêt pour les cultures populaires très large qui donne lieu, notamment, des mémoires très originaux. A côté de cela, nous sommes très impliqués dans la lutte contre la discrimination avec notre parcours politique, discriminations, genre, une spécialisation professionnelle à part entière.

Une actualité pour la rentrée sur le campus de Sciences Po Toulouse ?

Notre déménagement ! Il va se faire progressivement et en janvier 2022 tous les étudiants seront sur le nouveau campus. Des locaux flambant neufs, avec beaucoup de cachet, dans l’ancienne Manufacture des Tabacs, proche de la Garonne. Nous avons été particulièrement attentifs à la question environnementale pour améliorer le plus possible notre bilan carbone. Il y a également une superbe bibliothèque, une cour intérieure, des espaces confortables, mais aussi des équipements numériques de top niveau dans toutes les salles et amphithéâtres. Cela va notamment permettre aux enseignants d’utiliser des ressources pédagogiques supplémentaires pendant le cours, et aux étudiants d’utiliser ce matériel de pointe lors de leurs projets associatifs ou citoyens. Deuxième actualité : dans la lignée de notre politique de démocratisation, nous ouvrons le parcours Communication à l’apprentissage, une première.

Vos étudiants ont du talent ! Parlez-nous d’étudiants qui vous ont marqué ?

Je pense à Charles Wright qui avait fait son mémoire avec moi. Il est entré dans les Ordres et a fait l’actualité récemment pour son livre Le Chemin des estives. Il avait aussi écrit un très bon livre sur Casanova. Je pense également à Sylvain Duthu, chanteur du groupe Boulevard des Airs, ou encore au journaliste Maxime Switek. Nous avons beaucoup d’étudiants devenus journalistes mais aussi artistes et rockeurs !

Sciences Po Bordeaux, la plus… diversifiée

Campus Sciences Po Bordeaux
Crédit Laurent Wangermez Photographe / Sciences Po

L’interview d’Yves Déloye directeur de Sciences Po Bordeaux jusqu’au 31 août 2021

Qu’est-ce qui caractérise Sciences Po Bordeaux ?

Au bout de cinq ans de mandat, je dirais : la question de la diversité au sens de projet de l’établissement. La diversité des débouchés d’abord. Nous proposons 18 parcours de masters, un nombre important pour un établissement de notre taille et qui permet aux élèves de se forger un futur professionnel le plus divers possible en fonction de leurs motivations, compétences, envies et du degré de maturation de leur réflexion. La diversité est aussi sociale. Depuis plus de 15 ans, Sciences Po Bordeaux a pour ambition de s’ouvrir aux profils de boursiers : ils étaient 30 % en début d’année dernière. Diversité territoriale enfin. Si notre recrutement est national, nous sommes sensibles à ce que les étudiants de Nouvelle Aquitaine viennent de l’ensemble des départements, villes et lycées du territoire et non pas seulement de la métropole bordelaise. La diversité est aussi internationale, avec 28 % d’étudiants internationaux.

Sur quoi allez-vous mettre l’accent pour la rentrée 2021 sur le campus de Sciences Po Bordeaux ?

Nous souhaitons associer encore davantage la vie associative à des projets à impact positif. Cette année, Sciences Po a été violement prise à parti sur des questions de violences sexistes et sexuelles. A Bordeaux, nous avons publié un rapport qui met en œuvre 22 mesures concernant la sociabilité étudiante, qui doit devenir de plus en plus responsable, respectueuse et marquée par la volonté de respecter une ambiance sereine.

C’est aussi l’idée d’être de plus en plus en phase avec les attentes de développement durable des étudiants. Nous allons notamment les sensibiliser aux bonnes pratiques dans leur mobilité internationale. Nous souhaitons aussi aller vers des pratiques plus vertueuses (recyclage, utilisation de PDF…) dans la vie quotidienne de l’IEP. C’est une thématique transversale qui associe l’établissement et la vie associative.

Les étudiants qui matchent avec l’IEP ?

Les étudiants avec une vraie personnalité. Des profils que nous avons pu rechercher plus particulièrement grâce à l’oral de sélection cette année. Des élèves qui ont par exemple eu une démarche de solidarité ou un engagement dans la vie de leur lycée, une façon de se projeter dans l’avenir, un engagement politique ou associatif, etc.

Sciences Po Grenoble… au cœur d’une des 100 meilleures universités mondiales

L’interview de Sabine Saurugger, directrice de Sciences Po Grenoble.

La particularité de Sciences Po Grenoble – UGA ?

Tout en faisant partie du réseau des IEP de France, ce qui distingue sans doute Sciences Po Grenoble – UGA est son contexte local. L’établissement est, depuis le 1er janvier 2020, l’un des trois établissements-composantes avec personnalité morale de l’Université Grenoble Alpes (UGA) dont l’initiative d’excellence (IDEX) vient d’être confirmée.

Etre au cœur d’une université placée parmi les 100 meilleures universités mondiales offre à Sciences Po Grenoble – UGA des possibilités de synergies importantes pour former des femmes et des hommes aux défis sociétaux de demain. Des formations sur la transition écologique, le big data, ou encore la vie démocratique s’enrichissent par le potentiel qu’offrent l’interdisciplinarité et la proximité avec l’ensemble des disciplines présentes au sein de l’UGA.

A ceci s’ajoute le haut niveau d’internationalisation. En plus de la création récente d’un premier cycle en anglais pour des étudiants non-francophones, l’Institut propose plus de 180 accords de mobilité avec des universités partenaires.

Que vous souhaiter pour cette rentrée particulière sur le campus de Sciences Po Grenoble – UGA ?

Une rentrée 2021 en présentiel. Après presque 18 mois en enseignement hybride et / ou distanciel, toute la communauté de Sciences Po Grenoble – UGA a besoin de se retrouver dans notre nouveau bâtiment pour enseigner, échanger et débattre. Nous souhaitons également encore et toujours, renforcer notre Programme d’ouverture sociale : former des femmes et des hommes de tous des contextes socio-économiques est une priorité pour nous.

Vos étudiants ont du talent ! La preuve avec un de vos étudiants qui vous a récemment bluffée ?

Tous nos étudiants et étudiantes m’ont bluffée par leur résilience pendant cette année. Des artistes et sportifs de haut niveau ont continué à présenter leurs activités sous d’autres formes. Ainsi nous avons eu l’occasion de voir les réalisations artistiques de Killian Drecq ou Adèle Couvert et Robin Douady (étudiant AHN au sein de l’UGA) pendant la dernière Cérémonie des diplômes du 6 juin. Les associations ont été lauréates de prix prestigieux tels que le prix de la Fondation UGA pour la réactivité et l’adaptation pédagogique de l’Association Alp Europe pendant la crise Covid.

Sciences Po – Insertion professionnelle : les chiffres qui tuent

Les feux sont au vert pour les jeunes diplômés de Sciences Po !  Que ce soit à Paris ou dans le réseau Sciences Po, être diplômé d’un des dix instituts d’études politiques (IEP) est une belle porte d’entrée pour débuter sa carrière professionnelle. Combien sont en poste dès l’obtention de leur diplôme ? Quel est leur terrain de jeu privilégié ? Réponses en 5 chiffres clés !

Insertion professionnelle à Sciences Po

9 diplômés de Sciences Po Paris sur 10 sont en activité (selon une enquête piloté par Sciences Po Carrières et réalisée entre décembre 2019 et avril 2020, auprès des jeunes diplômés de la promotion 2018). Et ce chiffre est en augmentation puisque c’est 5 points de plus qu’en 2014. Des chiffres d’insertion professionnelle également très hauts dans les autres IEP. Même ratio pour la promo 2018 de Sciences Po Aix (90%). A Lille, le taux d’insertion de la promo 2019 était de 91%, 18 mois après l’obtention du diplôme. A Rennes, c’est même 92 % des diplômés en 2017, 2018 et 2019 ayant répondu qui avaient un emploi en 2020.

Un passage sur les campus de Sciences Po = une insertion professionnelle au top

86 % des diplômés de Sciences Po Paris ont trouvé un emploi moins de 6 mois après l’obtention du diplôme. L’accès à l’emploi demeure donc rapide, d’autant plus que 43 % avaient trouvé leur premier emploi avant même l’obtention de leur diplôme. Cela peut notamment s’expliquer par la force de l’apprentissage, proposée pour huit masters de Sciences Po Paris, puisque 55 % des apprentis sont embauchés avant l’obtention de leur diplômé. Autre caractéristique notable : plus d’un étudiant sur trois fait le choix de débuter sa carrière à l’international.

A Rennes, c’est en moyenne 50 % des promos 2017, 2018 et 2019 qui ont trouvé un emploi durant leurs études. A Sciences Po Lyon, 79 % des diplômés 2018 interrogés étaient en activité 18 mois après l’obtention du diplôme. Autre exemple : 94 % des diplômes de Sciences Po Bordeaux en 2017 étaient entrés dans la vie active environ deux ans après leurs études et 80 % de la promo 2019 à Lille avaient un emploi moins de trois mois après la sortie.

Des emplois, oui et stables ! 50 % des diplômés de Sciences Po Paris en 2018 sont en CDI, 70 % pour ceux de Rennes (promos 2017, 2018, 2019), 55,3 % pour la promo 2018 de Sciences Po Lyon et 47 % pour les diplômés de Sciences Po Aix.

>>>> Pour aller plus loin – « L’industrie pharmaceutique ne semble pas dans la logique IEP. Pourtant, c’est une formation exceptionnelle pour occuper un poste orienté business dans ce secteur. Après huit années dans le conseil, la santé a fini par s’imposer à moi par les valeurs, le sens et l’innovation qu’elle véhicule. Mon expérience au sein de la filière Ecofi de Sciences Po m’a permis de mûrir cette réflexion ». Grâce à l’interview de Carol Brucker (IEP Paris 99), directrice de la Business Unit Respiratoire & Immunologie d’AstraZeneca, et membre du Comité de Direction, découvrez comment on passe de Sciences Po à un laboratoire pharmaceutique.

Le secteur privé à la côte 

66 % des diplômés de Sciences Po Paris travaillent dans le secteur privé, 22 % dans le secteur public et 12 % dans des organisations internationales. Les secteurs chouchous ? L’audit et le conseil (19 %), l’administration publique et le secteur public (17 %) puis la banque / finance / assurance (8 %) à égalité avec les organisations internationales (8 %). Nouveauté révélée par l’enquête premier emploi 2020 : la percée du secteur environnement / RSE (3 %).

L’attrait pour le secteur privé est également visible à Sciences Po Aix (64 %), à Sciences Po Lille (57 %). A Sciences Po Lyon aussi, mais de manière moins marquée : 35,2 % de la promo 2018 travaillaient dans une entreprise de droit privé en 2020 et 22,8 % dans une administration publique. Particularité à noter : l’économie sociale est particulièrement appréciée des Sciences Po Lyon puisque 20 % y travaillent, que ce soit pour une coopérative, une association, une mutuelle, un syndicat ou encore une fondation.

Quel salaire après un diplôme reçu sur un campus de Sciences Po ?

39 172 euros : c’est la rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) pour les diplômés de Sciences Po Paris. Un salaire qui augmente avec les années : il était de 37 164 euros pour la promotion 2016 et de 38 634 euros pour celle de 2017.A Lille, la promo 2019 déclare gagner en moyenne 35 000 euros brut par an. A Bordeaux, la promo 2017 gagne en moyenne 33 000 euros brut annuel (hors prime). A Lyon, le salaire annuel brut s’élève à  31 390 euros brut annuel (prime comprises), avec une part importante de salaires égale ou supérieure à 40 000 euros par an (13,4 %).


Sciences Po Paris : Admission réformée, mode d’emploi

La philosophie de la campagne d’admission réformée de Sciences Po Paris pour la rentrée 2021 ? Quatre épreuves d’un poids égal pour identifier tous les meilleurs talents. Teneur des épreuves, candidatures 2021, politique d’ouverture sociale et d’égalité des chances… On vous dit tout !

L'interview de Bénédicte Durand administratrice provisoire de Sciences Po

Coup de neuf pour le processus d’admission de Sciences Po Paris.  La campagne d’admission réformée a débuté à l’automne 2020 pour la rentrée de septembre 2021. Le principe : tous les candidats, français et internationaux, passent les mêmes épreuves d’admission, avec des critères d’évaluation identiques, plus clairs et plus lisibles.

Admission réformée à Sciences Po Paris : mode d’emploi

Concrètement, cette évaluation se fonde sur quatre épreuves indépendantes d’un poids égal. Le but : identifier tous les meilleurs talents.
Les trois premières épreuves sont rassemblées en un dossier qui vise à montrer la diversité des qualités scolaires et extrascolaires, leur solidité et leur complémentarité. Il est constitué de trois notes sur 20 :

– une note pour les résultats du bac ou de son équivalent étranger
– une note pour la performance académique et la trajectoire du candidat à partir des notes obtenues de la Seconde à la Terminale, de la progression de l’élève et des appréciations de ses professeurs
– une note pour trois exercices écrits : un texte où l’élève expose ses activités et centres d’intérêt, un autre où il défend sa motivation et son choix pour Sciences Po et enfin un essai personnel sur l’une des cinq thématiques proposées

Ces deux dernières épreuves sont évaluées par des binômes expérimentés, sans l’appui d’un algorithme.

L’oral, un moment important

La quatrième et dernière épreuve se déroule à l’oral. Pour y accéder, le candidat doit avoir obtenu une note égale ou supérieure à une note minimale définie chaque année par le jury.

Cette dernière épreuve est un véritable moment de rencontre entre l’institution et le candidat. L’entretien permet d’apporter un nouveau regard sur la candidature, sans que le jury ait accès aux éléments du dossier. L’évaluation porte alors sur la capacité à mener un échange, son attitude face aux questions et la solidité de son potentiel de réussite. L’échange de 30 minutes comprend la présentation du candidat, le commentaire et l’analyse d’une image choisie par le candidat et d’un échange libre avec les examinateurs pour mieux comprendre ses motivations.

A l’issue de l’oral, les quatre notes sur 20 points sont additionnées en une note finale d’admission sur 80, qui devra là encore, atteindre ou dépasser une note d’admission minimale, fixée par le jury chaque année.

Plus de 15 000 candidatures sur Parcoursup

Beau succès pour la première campagne 100 % Parcoursup ! Sciences Po Paris enregistre 15 284 candidatures validées à l’issue de la première phase, close le 8 avril 2021 soit une augmentation de 103 % par rapport aux candidatures en 2020 par les procédures françaises d’entrée en première année. Les candidatures augmentent également de 27 % pour les procédures niveau master (française et international).

La politique d’ouverture sociale et d’égalité des chances étendue

Comment cela se passe-t-il pour les candidats issus des lycées ayant conclu avec Sciences Po des Conventions Education Prioritaires (CEP) ? Ils candidatent sur la plateforme Parcoursup et passent les mêmes épreuves que l’ensemble des candidats mais empruntent une voie d’admission spécifique dans laquelle le dossier de candidature prend en compte le parcours spécifique suivi dans le cadre des CEP.

Info ! Le nombre de lycées conventionnés passera de 106 à 200 d’ici 2023, permettant de porter le nombre d’admis CEP de 10 à 15 % d’une nouvelle promotion, pour un objectif de 30 % de boursiers sur l’ensemble de chaque nouvelle promotion. Sciences Po maille ainsi davantage le territoire en travaillant avec de nouveaux lycées situés dans des territoires ruraux, désindustrialisés et d’outre-mer, dont les jeunes sont sous-représentés dans l’enseignement supérieur sélectif. Dès 2021, le programme CEP est étendu à 10 nouvelles académies pour concerner au total 28 académies sur 30. Les frais de candidature sont eux harmonisés : tous les candidats paieront 150 euros pour présenter leur candidature, à l’exception des candidats boursiers qui seront exonérés.

Les Conventions Education Prioritaires, qu’est-ce que c’est ?

Les CEP ont 20 ans cette année ! Ce programme d’ouverture sociale unique en France par son ampleur  et son ambition, est destiné aux élèves méritants, scolarisés dans des lycées relevant de l’éducation prioritaire. Ils ont été créés au début des années 2000 lorsque Sciences Po décide de lutter contre la forte sous-représentation des élèves de milieux sociaux défavorisés au sein de l’enseignement supérieur sélectif.

En chiffres
2 262 étudiants sont entrés à Sciences Po Paris en 20 ans par la voie CEP / 13 000 élèves ont participé aux ateliers de renforcement pédagogique dans les lycées conventionnés.

La démocratisation : un objectif pour le réseau Sciences Po

L’objectif de démocratisation du concours est également très important pour les sept IEP du réseau Sciences Po (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Saint-Germain-en-Laye et Toulouse). Pour cela, le Programme d’Etudes Intégrées (PEI) a vu le jour dès 2007.

L’objectif ? Permettre à des élèves motivés et de condition modeste de préparer le concours commun d’entrée en première année des Sciences Po du réseau et de leur donner le goût de la poursuite des études supérieures. Grâce à une plateforme pédagogique en ligne, des contenus mutualisés sont proposés, ainsi que des compléments méthodologiques, des exercices en ligne et des revues de presse. Des actions sont également menées au sein des sept Sciences Po : stages intensifs, concours blanc, entretiens individuels, soutenances et tutorat par des étudiants des IEP.

Le PEI en chiffres

Et le programme connaît un succès croissant. En 10 ans, le nombre d’élèves bénéficiaires a été multiplié par 5 en 10 ans. Ils étaient 598 pour l’année scolaire 2008-2009 (collèges, premières et terminales confondus) et 3 170 en 2019-2020. A la rentrée 2020, 339 établissements étaient partenaires du programme, dans 22 académies, dont quatre d’outre-mer et un vice-rectorat (Guyane Mayotte, Guadeloupe, Réunion, Polynésie). Pour la rentrée 2021-2022, le programme PEI devrait être décliné dans 382 établissements dans 22 académies dont quatre académies d’outre-mer et un vice-rectorat, avec un développement du programme à partir de la classe de 4e.

Une intégration très satisfaisante

Pour l’année 2019-2020, 78 % des élèves du programme PEI étaient boursiers du secondaire ou futurs boursiers de l’enseignement supérieur. Le succès de ce programme se voit concrètement dans les chiffres d’intégration dans les IEP. Un tiers des boursiers admis dans un IEP ont suivi le PEI alors qu’ils ne représentent qu’1/5e des inscrits. Le taux d’admission des élèves PEI boursiers est de 14,6 % contre 6,8 % chez les boursiers non PEI. Enfin, le programme PEI nourrit près de 20 % des candidatures Parcoursup et permet à 1/3 de ses élèves boursiers d’être admis.

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter