FIGURES MODÈLES, MANAGERS D’ÉQUIPES, LEADERS POUR LES UNS, PÈRE OU MÈRE DE FAMILLE POUR LES AUTRES, LES DIRIGEANTS D’ENTREPRISE INCARNENT COMMUNÉMENT LA RÉUSSITE PROFESSIONNELLE. COMMENT RÉPONDENT-ILS À LA QUESTION DU SENS ? AUPRÈS DES JOURNALISTES DU JOURNAL DES GRANDES ÉCOLES ET UNIVERSITÉS, ILS ONT ACCEPTÉ DE PARTAGER CE QUI LES ANIME PERSONNELLEMENT, LA PLACE DU SENS DANS LEURS ENTREPRISES ET DANS LEUR FONCTION DE DIRIGEANT. DÉCRYPTAGE !

 

© Fotolia

© Fotolia

Indiquer la route à suivre… par l’exemplarité
La première réponse donnée est bien celle de la direction à suivre ! A chaque entreprise sa vision et il importe d’en témoigner en tant que dirigeant. Une responsabilité qu’ils incarnent au quotidien dans les affaires internes et externes de leur entreprise. : « Mon rôle est de donner une vision et son développement. » (Laurent Sireix, président de ISTA France). Il faut parvenir à rassembler les hommes et les femmes de l’entreprise autour de cette vision, condition sine qua non du succès pour cet ancien de l’ENSAM qui se rappelle alors sa première expérience au BDE, bureau de 1992 ! (cf. p.25) Cette vision repose sur les valeurs portées par l’entreprise – le respect, l’humain, l’innovation… et dont chaque président se porte garant. Estelle M. Morin, professeur titulaire à HEC Montréal propose une définition éclairante du leadership comme « la capacité à préserver et à promouvoir les valeurs fondamentales qui rehaussent la valeur du travail ». Une définition que partage pleinement le président d’ERDF pour qu’il importe de faire preuve d’exemplarité au risque de « faillir à son rôle de dirigeant. » (cf. p.34)

 

Permettre à chacun de se dépasser!
Le témoignage des dirigeants nous montre que le sens tient pour beaucoup aux objectifs donnés à l’échelle globale de l’entreprise mais également à l’échelle individuelle. Autrement dit : relever les challenges, c’est se donner les moyens de trouver du sens à son travail. Une évidence pour le président de Lumileds Philips, Pierre-Yves Lesaicherre qui souhaite transmettre aux jeunes cette ambition de toujours chercher plus loin, plus haut « Chacun a en soi quelque chose d’extraordinaire. Il faut juste le découvrir, réfléchir à des objectifs, se donner des challenges et tout faire pour les réaliser. » (cf. p.66) Donner une pareille importance au challenge c’est reconnaître ici le travail comme lieu de réalisation de soi. On répond à la quête de sens en même temps que l’on cherche à se dépasser. En plus de procurer satisfaction et reconnaissance, tout challenge stimule le développement de celui qui y répond.

 

Trouver son équilibre
Bien que plus ténue et délicate, la question du sens au travail ne peut se poser sans convoquer le rapport au privé et l’équilibre des temps de vie. Parfois tabou dans les entreprises, l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle s’avère être une condition indispensable au bien-être des employés bien qu’il se révèle complexe et difficile à atteindre pour une grande partie d’entre eux (1/3 des salariés en souffriraient d’après un sondage mené par TNS Sofres en juin 2014).
Un enjeu qui concerne également les dirigeants comme le président d’ISTA qui n’hésite pas à en témoigner : « À titre personnel, je trouve mon équilibre dans ma famille et mes hobbies. Je suis un grand fan des sports acrobatiques, ski, surf et vtt parce qu’ils m’ont appris à me focaliser sur un objectif, à me dépasser (…) ils m’apportent tout simplement bien-être et équilibre »

 

Tous en quête…
Au fil du magazine, vous pourrez retrouver ces témoignages de dirigeants, à la fois personnels et instructifs, ils éclairent sur l’importance croissante que revêt la question du sens dans les organisations. En acceptant d’y réfléchir et de la poser, chacun contribue à lui faire une place dans les entreprises ouvrant de nouveaux chemins de sens pour les collaborateurs, pour l’entreprise et pour la société toute entière… et confirme que « Le sens est la clé de la réussite, tant aux niveaux personnel que professionnel, car il est le premier facteur de motivation et de bien-être » comme l’affirmait le docteur Philippe Rodet dans une tribune de « Focus RH » (2013) Une question sacrément d’actualité à l’heure où les salariés évaluent à 4,8 sur 10 la qualité de leur vie au travail. (Etude Deloitte/Cadremploi.fr – Et le bonheur au travail ? Neuilly-sur-Seine, jeudi 2 avril 2015).

 

Par Cécile de Basquiat
Chef de projet Companieros