A un an de l’installation à Palaiseau, Yves Poilane, directeur de Télécom ParisTech, évoque un nouvel élan au sein d’un écosystème unique ; levier de choix pour l’école et ses ingénieurs en tant que moteurs et promoteurs de la révolution numérique !

 

L’installation à Palaiseau, c’est déjà dans un an…

Il ne s’agit pas de se déplacer de 25 kms, mais d’occuper un nouveau campus et d’interagir avec notre futur environnement. Ce sera la 3e implantation dans l’histoire de Télécom ParisTech. L’impact est d’abord significatif pour nos personnels. C’est également la découverte d’un nouvel environnement pour nos élèves. A Palaiseau il y aura moins de cafés qu’à la Butte-aux-Cailles, mais plus d’étudiants ! Ils seront près de 10 000. Notre nouveau campus sera évidemment aussi plus vaste et moderne.

Quels sont atouts de cet environnement ?

Notre installation à Palaiseau nous ouvre des opportunités inédites de collaborations industrielles au sein d’un environnement unique. Nous retrouvons nos partenaires  Thales et EDF. Cette proximité va doper nos relations. Nous avons aussi le potentiel à interagir avec les autres entreprises de l’écosystème saclaisien dont le numérique irrigue l’activité comme Danone, Safran, Air Liquide, Nokia ou Renault.

Vis ma vie de prof à Télécom ParisTech

Et avec les acteurs académiques ?

Nous pourrons à la fois nous allier avec d’autres experts des technologies de l’information pour être plus forts ensemble, et miser sur nos complémentarités avec ceux d’autres champs pour monter des projets transdisciplinaires. Nous répondrons ensemble à des appels d’offre européens ou d’entreprises pour la recherche partenariale.

Télécom ParisTech entend être le Collège de l’innovation par le numérique de Paris Saclay ?

Télécom ParisTech est le seul établissement du campus à couvrir l’ensemble des pans du numérique et à les conjuguer ainsi de façon aussi intense. Notre expertise va de l’électronique/physique et des supports de transmission jusqu’à l’économie et l’impact sociétal du numérique, en passant par l’informatique, la sécurité, les mathématiques appliquées, la science des données, l’IA… Alors que les modes de communication et leurs formats explosent, c’est notre approche historique système et pluridisciplinaire qui fait notre atout. Télécom ParisTech fait évoluer en outre son projet pédagogique pour stimuler la capacité d’innovation et l’esprit d’entrepreneuriat de ses étudiants, qui font le succès des économies modernes.

Vis ma vie d’étudiant à Télécom ParisTech

Terrain d’innovations et facilitateur de l’innovation, le numérique et donc Télécom ParisTech, ont une utilité sociale spécifique ?

Cette utilité se concrétise dans l’accompagnement des entreprises et des individus dans la transition numérique. Mais cela va beaucoup plus loin. Car le numérique est clé pour répondre aux défis majeurs du 21e siècle comme le réchauffement climatique ou la préservation des ressources. En ce sens, notre école est mue par une vocation d’universalité.

Le projet NewUni se précise

NewUni est taillé tel que se doit d’être un établissement du 21e siècle de premier plan. Il marie très haut niveau scientifique, accroissement des interactions entre laboratoires et formations, stimulation de l’esprit d’entrepreneuriat et transfert de l’innovation aux entreprises. C’est dans ce mariage que réside la source du succès des établissements qui se distinguent dans la bataille mondiale et apportent le plus de bénéfices à leurs économies. J’ajoute que la taille de NewUni est un atout en termes de gouvernance et d’agilité. Pour autant il n’est pas question de rester « entre nous ». La diversité et l’ouverture seront au menu.

Les ingénieurs Télécom ParisTech, des leaders qui cassent les codes ?

Le numérique transforme le monde. Nos ingénieurs ont vocation à être les acteurs privilégiés de cette révolution et à inventer le futur. C’est un message très ambitieux mais aussi pragmatique et réaliste. Car le numérique est devenu stratégique. Celui qui le maîtrise a/aura la chance d’occuper une position centrale dans l’entreprise.

 

Le + de la rédac’

IDEMIA : quand la science-fiction devient réalité