POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Télécom Paris en action ! L’interview de Nicolas Glady

Interview Nicolas Glady Télécom Paris

Cinq verbes pour résumer la stratégie et les projets 2022 de la 2e meilleure école d’ingénieurs française selon le FT, la 1e école du numérique selon le classement 2021 du Figaro et la 2e grande école d’ingénieurs où il fait bon étudier selon le classement Speak & Act ? C’est le pari que relève Nicolas Glady, directeur général de Télécom Paris ! (interview réalisée en 2022)

Transformer

Télécom Paris est la première école d’ingénieurs à avoir inscrit sa raison d’être en préambule de son règlement intérieur : « former, imaginer et entreprendre pour concevoir des modèles, des technologies et des solutions numériques au service d’une société et d’une économie respectueuses de l’humain et de son environnement ». Cela implique bien sûr des transformations. Numériques d’abord (quoi de plus naturel pour une école comme la nôtre !), mais aussi sociales et environnementales, avec toujours pour objectif de participer à la réindustrialisassions de la France et de l’Europe, un sujet central pour Télécom Paris en tant qu’école sous tutelle du ministère de l’Economie et des finances. Si nous continuons à affirmer notre position d’école leader du numérique dans nos formations, nous avons également mis en place 82h (dont 30h obligatoires) consacrées à la formation sociale et environnementale. A la rentrée cette année, nous avons ainsi par exemple été la première école d’ingénieurs à organiser, en parallèle, la Fresque du Climat et la Fresque de la Diversité.

>>>> Découvrez les diplômés de Télécom Paris ! –Plus qu’une route toute tracée, le numérique est le chemin qu’a décidé d’emprunter Emmanuel Sardet (Télécom Paris 93), Directeur Général de Crédit Agricole Group Infrastructure Platform et CTO du groupe Crédit Agricole pour orienter sa carrière dans la bonne direction. Destination : le pôle technologique de la 10e banque mondiale. Un poste stratégique qui lui a été inspiré par sa formation. Il indique en effet que sans son diplôme de Télécom paris il n’aurait jamais « découvert la large palette de métiers d’une entreprise, de la R&D aux activités plus opérationnelles. C’est une des richesses de l’école : elle nous forme à diverses compétences pour nous permettre de comprendre tous les pans d’une organisation. Nous avons ainsi la liberté de choisir le domaine d’activités qui nous intéresse le plus pour commencer nos premiers pas dans la vie professionnelle, et même au-delà. Au cours de notre carrière, nous sommes plus aptes à occuper différentes fonctions et remplir des missions aussi passionnantes les unes que les autres. »

Interview Nicolas Glady Télécom Paris
crédit Michel Desnoues

Sortir de l’entre soi

L’enjeu de diversité sociale est aussi fondamental. Car si les écoles d’excellence doivent rester excellentes, elles doivent aussi sortir de l’entre soi. C’est même une question de survie : si on ne s’inscrit pas dans logique inclusive, on passe à côté de notre mission républicaine ! Et la première question qui se pose est celle de la sélection. Je pense que les universités vont devenir petit à petit plus sélectives et c’est très bien, car tout en pensant à tout le monde, il faut assumer l’existence de différences de niveaux. Parallèlement, les grandes écoles doivent aller vers plus d’inclusion, en s’inspirant notamment d’autres standards internationaux dans nos recrutements et nos pratiques quotidiennes. Une ouverture qui passe bien sûr par un travail de réflexion sur nos concours (notre « vache sacrée » !) et éventuellement par l’instauration de quotas. HEC Paris, l’ESSEC, l’INSP (ex-ENA) se transforment déjà sur ces sujets, les écoles d’ingénieurs tardent encore à le faire, Télécom Paris y travaille et fait des propositions aux autres écoles du Concours Commun Mines-Ponts.

S’adapter

Les crises récentes ont montré notre besoin de résilience et le besoin des entreprises d’avoir des managers résilients. Ce qui passe de facto par l’ouverture. Lorsqu’on a un système figé où l’on ne pense l’excellence sous une seule forme, le jour où le système change, on se rend compte que nos élites ne sont pas adaptées à ce qui se passe. Mais si on cultive la diversité, on trouve forcément les talents et les nouvelles manières de faire qui peuvent répondre à ces nouveaux enjeux. Une diversité des origines, des pratiques, et des façons de penser, qui passe aussi par l’international, un sujet que nous connaissons bien ! Télécom Paris est en effet très souvent distinguée pour son ouverture internationale et l’Institut Polytechnique de Paris, dont nous sommes membres, est classé 1ère institution française à l’international par le THE.

Entreprendre

100 % de nos élèves sont formés aux nouvelles façons de travailler avec les méthodologies de l’entrepreneuriat. Car au 21e siècle, il n’est pas pensable qu’un ingénieur ne soit pas exposé à la « boite à outils de l’entrepreneuriat » : la logique de réindustrialisation de la France passe par là. Nous sommes d’ailleurs très fiers qu’Exotec, la première licorne industrielle française, soit sortie de notre incubateur et soutenue par un fonds piloté par un de nos anciens.

Apprendre l’humilité

Les dirigeants de demain doivent être capables de s’adapter, d’être à l’écoute des compétences diverses : le boss du 21e siècle n’est plus la personne la plus intelligente de la pièce mais le chef d’orchestre qui embarque ses équipes avec exigence, bienveillance et humilité face aux crises et aux talents qui les composent. C’est pour cela que nous accordons beaucoup d’importance à la vie associative et que nous misons sur la méthodologie par projet. Nos étudiants « très intelligents et très bien sélectionnés » doivent prendre conscience que ceux qui les entourent le sont tout autant, et parfois plus, même s’il s’agit d’une autre forme d’intelligence et d’une autre forme de sélection !

>>>> Pour en savoir plus sur les parcours des diplômés de Télécom Paris – François Nouri(Télécom Paris 93, CentraleSupélec 94) est DRH France de PMI. Mais en quoi sa formation d’ingénieur Télécom Paris fait-elle de lui un DRH différent ? « On peut déjà faire deux constats. Il y a peu d’ingénieurs dans le monde RH et c’est un univers qui n’est pas reconnu historiquement pour son appétence pour les chiffres et sa logique projet. C’est là que l’héritage Télécom Paris a été précieux pour me prédisposer à trois qualités aujourd’hui déterminantes dans la fonction RH : organiser et structurer les sujets en mode projet, avoir une approche analytique pilotée par la donnée et, enfin, être très rigoureux dans l’approche de son métier. »

_________________________________________________

Télécom Paris a déjà un coup d’avance !

Spécialités connectées aux enjeux du 21e siècle, campus ultra-moderne et nouvelle stratégie : Télécom Paris coche toutes les cases pour plaire aux Millennials addicts au numérique. Rencontre avec Nicolas Glady, directeur de l’école d’ingénieurs. (interview réalisée en 2021)

Le numérique, plus que jamais stratégique à l’ère post-Covid ?

En termes de technologies, sans aucun doute. Mais la technologie n’est qu’un moyen, pas une fin en soi. La vraie question c’est : à quoi sert le digital ? En 2020, nous en avons même fait notre raison d’être, votée à l’unanimité en CA et aujourd’hui inscrite en préambule de notre règlement intérieur : « former, imaginer et entreprendre pour concevoir des modèles, des technologies et des solutions numériques au service d’une société et d’une économie respectueuses de l’humain et de son environnement ». Une raison d’être faisant écho à notre culture de l’innovation et à notre approche transdisciplinaire qui nous permettent d’être au service de la société. Télécom Paris est la première école d’ingénieurs à inscrire cette ambition dans son règlement intérieur et c’est très important. Car l’enjeu du 21e siècle n’est pas un enjeu numérique mais bien un enjeu social et environnemental auquel le numérique peut apporter des solutions.

Le digital peut donc être responsable ?

Il peut (et doit) en tout cas, être respectueux de l’humain et de l’environnement. Citons un exemple emblématique : la 5G. Si elle est 10 fois plus performante et donc à même de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, l’augmentation des usages qu’elle va engendrer devrait parallèlement augmenter ces émissions de gaz. Alors comment trancher le débat ? En tant qu’école, notre rôle est de mettre la recherche au service de cette question afin que souveraineté numérique rime bien avec développement respectueux de l’humain et de l’environnement.

>>>> A lire aussi – La décarbonation, ça vous parle ? Contribuer à développer des solutions de mobilité propres qui transforment les usages de l’énergie, ça vous dirait ? Contribuer à résoudre le problème du stockage de l’énergie verte, en développant des systèmes digitaux de recharge intelligente ça vous challenge ? C’est ce que vous propose Ovarith Troeung (Telecom Paris 02), Directeur de l’Accélérateur des Offres & Directeur Mobilité verte chez ENGIE. Découvrez son interview.

Télécom Paris est à la fois une généraliste (au sein disciplinaire) et une spécialiste sur toute la verticale du numérique. C’est ça LA différence Télécom Paris ?

Contrairement au modèle anglo-saxon qui forme des spécialistes, le modèle des écoles d’ingénieurs à la française est un modèle généraliste et interdisciplinaire. Nous sommes très bons en maths, en technologies, capables d’entrer dans le détail des couches matérielles (à Télécom Paris peut être même un peu plus qu’ailleurs !), de parler usages ou aspects économiques et nous faisons même intervenir une poétesse du numérique ! Une formation d’excellence est toujours généraliste, c’est ce qui fait la force de nos écoles.

>>>> A lire aussi – « Faites ce que vous aimez pour exceller avec plaisir. Il est facile de se laisser influencer par le rêve des autres. A mon époque, tous mes amis partaient vers la finance. Construisez et vivez votre  propre rêve ! » Suivez le conseil d’Anouar KIASSI (X05, Télécom Paris 09), VP Digital & Information de GTT et découvrez cette société de technologie maritime qui conjugue innovation et transport durable.

Vos atouts pour être au top des classements ?

Nous sommes en effet classés 1ère école du numérique par le Figaro, 2e ex-aequo des écoles pour « bien gagner sa vie dans les technologies de l’information » par l’Etudiant, ou encore 6e « best small university » mondiale selon le classement du THE. D’abord grâce à notre expertise historique : les télécoms sont sur une très bonne dynamique et nos étudiants, dont beaucoup débutent  à des postes de data scientists, ont de très bons salaires. Mais également grâce à nos partenaires. Membre de l’IP Paris, nous sommes alliés à des champions, qui nous tiennent d’ailleurs très bien compagnie dans les classements !

>>>> A lire aussi – Dans les projets d’Eutelsat cette année ? Le plus gros satellite de télécommunications qui sera lancé en 2022. Envie de participer à l’exploitation en orbite de ce bijou de technologie ? Lisez l’interview de  Pascal Homsy (Télécom Paris 91), Chief Technical Officer chez Eutelsat et rejoignez un des plus grands opérateurs de satellites au monde !

Pourquoi êtes-vous fier d’être à la tête de Télécom Paris ?

J’ai la conviction que notre modèle de formation est un des meilleurs au monde, que notre sujet est le plus sexy du 21e siècle et que nous sommes inscrits dans une dynamique d’alliance avec des partenaires académiques prestigieux qui vont nous permettre d’aller encore plus vite et encore plus fort. Et je n’oublie pas nos étudiants bien sûr, fabuleux dans cette période mouvementée que nous traversons. Voir que la jeunesse que nous accompagnons a cette capacité d’adaptation et cette résilience hors du commun est une vraie source de fierté pour un directeur d’école.

Pourquoi Télécom Paris est-elle prête pour le monde d’après ?

Parce qu’elle est sur le bon sujet, avec la bonne approche et les bons outils !

>>>> A lire aussi – Vincent Munière (Télécom Paris 98) est depuis septembre 2020 CTO et VP R&D chez Ekinops, équipementier télécom français. Son but ? Recréer un champion français des télécoms. Et si vous rejoigniez la team de ce « monsieur innovation » des télécoms ?

>>>> A lire aussi – Envie de relever des défis techniques passionnants dans une entreprise qui double de taille tous les ans ?  C’est ce que vous propose Tristan Michelet (Télécom Paris 12), Director Of Engineering chez Datadog. Alors venez écrire avec lui l’histoire de cette startup qui n’a pas fini de grandir !

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter