Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Burgundy School of Business en action ! L’interview de Stéphan Bourcieu

Burgundy School of Business en action ! L’interview de Stéphan Bourcieu
crédit Sensationweb

Six verbes pour résumer la philosophie de Burgundy School of Business et annoncer les projets qui bouillonnent dans les coulisses de la business school ? Pari relevé pour Stéphan Bourcieu, directeur de BSB, dans son interview !

Burgundy School of Business en action ! L’interview de Stéphan Bourcieu
crédit Sensationweb

Inaugurer

Après huit ans à la Part-Dieu, BSB rejoint aujourd’hui le quartier Monplaisir dans le 8e arrondissement lyonnais. Nous déménageons car nous avons été victimes de notre succès ! Nous avons débuté à Lyon en 2013 avec une quinzaine d’étudiants, ils étaient une centaine en 2018, et 340 en 2020. Après un parcours assez rocambolesque marqué par le changement de majorité à la tête de la ville et par la crise Covid, nous investissons aujourd’hui 10 millions € sur 10 ans pour ce campus de 3 000 m² voué à accueillir, à terme, 1 000 étudiants, tout type de formations confondus : Bachelor, MSc, pre-master et Master PGE en alternance.

Attirer

Un campus qui va changer beaucoup de choses pour BSB. D’abord parce que l’école se développe à Lyon, la plus belle ville du monde (j’en sais quelque chose, je suis lyonnais !). En termes d’attractivité aussi, cette implantation étant mieux connectée à certaines régions (Sud et Ouest notamment avec Toulouse, Bordeaux ou Nantes), nous permettant ainsi d’assoir une vraie cohérence territoriale.

Accompagner

2022 sera l’année d’un nouveau plan stratégique pour BSB. Si de très nombreux projets sont encore bien sûr en discussion, nous savons déjà qu’il reposera sur une notion très forte : l’accompagnement. L’accompagnement c’est l’ADN de BSB et nous voulons le professionnaliser, revoir notre chaine de valeur, lui donner une nouvelle dimension pour faire de notre école la référence en la matière. Notre objectif : maximiser le développement des potentiels pour que les élèves puissent se révéler et aller au-delà de ce qu’ils pouvaient imaginer.

Appréhender la complexité

La crise a généré une forte incertitude et nous devons donc professionnaliser cet accompagnement pour aider à développer ces potentiels dans une logique de compréhension et d’évolution dans un environnement inconnu. On ne sait pas quel sera le futur mais on sait qu’il sera incertain et complexe. Pour l’appréhender, nous devons aider nos élèves à comprendre cette complexité du monde dans quatre dimensions : la mondialisation, le développement durable, le management de la diversité et le digital (IA, big data…). Notre Master Grande Ecole sera d’ailleurs réformé pour y intégrer ces dimensions.

Se remettre en cause

La crise nous a usés, nous avons vécu des périodes d’extrême tension sur des aspects opérationnels et avons donné beaucoup d’énergie aux équipes, qui en ont aussi énormément donné. Cette période nous a surtout amenés à nous remettre en cause. Au niveau de la direction d’abord bien sûr. J’ai par exemple décidé de travailler pendant six mois avec un coach pour revoir nos méthodes de travail et de coopération, afin que nous soyons capables de sortir beaucoup plus de choses collectivement. Zoom et Teams ont montré leurs limites : profitons-en pour nous remettre en question !

Se mobiliser

Durant la crise, nous avons toujours maximisé le présentiel (en fonction des jauges imposées bien sûr) et nous sommes toujours restés ouverts. Nous avons renforcé nos liens avec les élèves, que ce soit en présentiel ou en distanciel, pendant ou hors des cours, afin de ne perdre aucun d’entre eux. Je tiens d’ailleurs à saluer le travail extraordinaire réalisé par les professeurs et les personnels, ainsi que la Fondation et le rôle remarquable qu’ont joué les alumni, en termes de dons notamment. Je suis aussi très fier de la forte mobilisation des élèves, des associations et de la Team Feel Good qui ont rivalisé de créativité débridée pour animer la vie de campus en distanciel. Chapeau également au Bureau des Arts, qui a remporté la dernière édition du Trophée des Arts avec une vidéo remarquable… dans laquelle j’ai eu la joie de jouer un petit rôle !

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter