L’étudiante en Licence Métiers de la Culture des Arts, à la Faculté de Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de l’Université Catholique de Lille, est une illustratrice prometteuse. Elle réalise depuis deux ans des commissions rémunérées via son compte Instagram, mais dessine depuis toujours. Portrait de Mathilde David.

 

« Sensible, folle et créative » : c’est ainsi que Mathilde David se définit.  Si on ne peut pas attester des deux premiers qualificatifs, on ne peut que valider sa créativité ! Cette jeune dessinatrice, originaire d’Alsace, qui a grandi en région parisienne avant de partir faire ses études à Lille, a un talent certain.

Une affaire de famille

Mathilde s’est mise au dessin par mimétisme, inspirée par sa famille. « Mon grand-père peignait de beaux paysages, ma sœur recopiait des dessins et mon frère prenait des cours de dessin. Alors, j’ai commencé à les imiter. D’abord, en recopiant des dessins que je voyais dans mon agenda de cours ou sur Internet, avant de m’imprégner de l’univers manga », raconte l’autodidacte qui s’est formée toute seule.

Portrait Mathilde David

Autoportrait de Mathilde David

Le style manga de Mathilde David

C’est en effet en lisant des mangas que Mathilde se prend de passion pour le dessin dès l’école primaire. « J’ai commencé à reprendre les techniques et les codes visuels de ce genre que j’apprécie particulièrement lire. » Comme dans ces bandes dessinées japonaises, l’étudiante insiste beaucoup sur les yeux par exemple. « Les émotions passent surtout par le regard. C’est pourquoi, dans les mangas, les yeux des personnages sont souvent grands et très expressifs. Un reflet ou un plissement de paupière et le personnage paraît tout de suite enthousiaste ou mystérieux », applique-t-elle.

Chapeau l’artiste !

Particulièrement douée, Mathilde s’est faite remarquée grâce à son compte Instagram qui cumule près de 300 abonnés. Sous le pseudo de Minimochi_draw, elle propose depuis deux ans maintenant des commissions payantes à travers son compte. « Des personnes sur Instagram ont commencé à me passer des commandes pour que je leur fasse des illustrations. C’est la force de ce réseau social : il permet aux créateurs de donner de la visibilité à leur travail », tient-elle à faire savoir aux artistes qui aimeraient se lancer. En parallèle, l’illustratrice a aussi travaillé pour la couverture du tome 1 du livre Nema. « Pour cet ouvrage sur le thème de l’horreur, j’ai dû reprendre des personnes connues du monde de YouTube et les représenter en version manga. Il m’aura fallu 20 heures pour la réaliser ! » En général, il faut 6 heures à Mathilde pour réaliser une illustration.

Note pour plus tard

Son avenir professionnel, Mathilde l’envisage dans le graphisme mais aussi dans le théâtre. « Depuis que je suis toute petite, je fais du théâtre. J’ai fait les Cours Florent et j’aimerais devenir comédienne. Mais je ne veux pas seulement me cantonner à ce domaine. » Car avant d’être passionnée par le théâtre et le dessin, elle est avant tout passionnée par l’art ! D’où son choix de s’orienter dans la Licence Métiers de la Culture des Arts, à la Faculté de Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de l’Université Catholique de Lille. Cette formation plaît aux étudiants par son ouverture au monde de la culture, tous les arts y sont abordés : du théâtre au dessin en passant par le cinéma, la musique ou les arts de la rue. L’université soutient d’ailleurs l’étudiante dans ses activités extrascolaires. « Ça me fait extrêmement plaisir ! »

« Je n’ai pas encore beaucoup de commandes car je reste encore principalement étudiante, mais je sens que je m’affirme de plus en plus. J’en suis encore à mes débuts mais j’ai hâte de continuer l’aventure dans cette activité d’illustratrice ! » conclut celle dont vous pouvez retrouver les productions sur Instagram : minimochi_draw.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Minimochidraw (@minimochi_draw)