Paris 2024 : la Direction de l’ingénierie du Matériel de SNCF Voyageurs, en route vers la médaille d’Or ! – L’interview de Cyril Verdun

Interview Cyril Verdun SNCF Voyageurs
© SNCF Voyageurs / photographe Alain Potignon

A quelques semaines de l’ouverture des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la SNCF est dans les starting-blocks. Alors que la qualité des transports publics sera une des clés de succès de l’évènement, Cyril Verdun (UTT 97), Directeur de l’ingénierie de maintenance au Matériel à SNCF Voyageur, explique comment lui et ses équipes se sont préparés à relever le défi de ces dix semaines hors normes, à l’instar des athlètes de haut niveau ! 

La Direction de l’ingénierie du Matériel de SNCF Voyageurs se dit « sereine et prête à entrer dans l’arène et viser aucun train supprimé et aucune panne durant les Jeux ! » Pour ce faire, toutes ses équipes sont sur le pont depuis de long mois afin d’assister les opérationnels, les exploitants (Transilien, TER, Intercités et TGV) et les opérateurs de maintenance. Un dispositif renforcé couvrant toutes les fonctions des matériels roulants sera déployé 7/7 et 24/24. En cas de besoin, un spécialiste sera immédiatement mobilisé pour assister les technicentres de maintenance et limiter les conséquences pour les voyageurs.

Le rail français s’ouvre à la concurrence

Autre actu brûlante pour les équipes de Cyril Verdun : l’ouverture du rail français à la concurrence. Depuis 2020, SNCF Voyageurs n’est en effet plus en situation de monopole. La transposition de la réglementation européenne a libéralisé les lignes à grande vitesse, désormais ouvertes en accès libre, et le trafic régional conventionné. Résultat, depuis 2023, tout nouveau contrat d’exploitation pour les TER, Intercités ou Transilien doit être soumis à un appel d’offres. Cyril Verdun voit d’ailleurs cette situation d’un très bon œil. « Ça a été un changement profond pour l’Ingénierie du Matériel. Il nous a fallu mener de nombreuses adaptations sur nos processus et outils, afin de travailler par ligne, et non sur tout le territoire. Cela nous a fait grandir et a amélioré nos relations avec nos clients, car nous sommes désormais choisis et non perçus comme imposés. »

Les UT : une préparation optimale aux fonctions de l’ingénierie de maintenance

Autant de défis que Cyril Verdun relève aujourd’hui en partie grâce à sa formation reçue à l’Université Technologique de Troyes (UTT), dont il a intégré la toute première promotion. « J’y ai acquis un socle technique très précieux, mais aussi beaucoup de soft skills : la curiosité, la volonté d’innover, l’empathie et du bon sens ! Tout cela m’a permis d’assurer plus aisément les fonctions qui sont les miennes aujourd’hui et qui nécessitent, non seulement des compétences techniques, mais aussi en management, RH, communication, finance… et, surtout, l’écoute et l’orientation client, clés de voûte de tous projets. »

Les UT, des viviers de talents !

Parce que la décarbonation passera par un usage exponentiel du rail, les métiers de la maintenance vont nécessairement continuer à monter en puissance. Et, là encore, Cyril Verdun est convaincu que les UT préparent efficacement les talents dont il va tant avoir besoin. Il sait qu’il y trouvera « des pépites de la data, de la maintenance prédictive, de l’informatique et l’électronique embarquées, sans oublier la mécanique, la CAO, l’électricité, la maintenance et le Soutien Logistique Intégré, entre autres. »

Chiffres-clé : 670 recrutements étaient programmés à la Direction du Matériel en 2024 :

  • 580 pour le métier industriel (dont 45 ingénieurs)
  • 80 pour l’ingénierie du matériel (dont 55 ingénieurs)
  • 10 cadres dans les Business Unit et métiers transverses

60 % de ces postes ne sont pas encore pourvus à ce jour

Contact : emploi.sncf.com/ 

laure.taille@sncf.fr pour l’Ingénierie du Matériel

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter