De la Bulgarie où il est né, à l’INSEAD dont il est doyen depuis 2013, Ilian Mihov incarne les valeurs de son école : ouverture sur le monde, liberté intellectuelle et leadership. Il se livre sur son histoire, son rôle de directeur, sa passion de l’enseignement et son engagement auprès des leaders de demain. Interview d’Ilian Mihov.

 

Votre parcours ?

Je suis né et j’ai grandi en Bulgarie, alors que ce pays faisait encore partie du bloc communiste d’Europe de l’Est. Après deux ans de service dans l’armée bulgare, j’ai étudié l’économie à l’institut d’économie le plus réputé. Il porte, sans surprise, le nom de Karl Marx. Après la chute du mur de Berlin (j’avais 23 ans), j’ai poursuivi mes études à l’université de Caroline du Sud. J’y ‘ai obtenu une bourse de deux ans. J’ai ensuite préparé mon doctorat à Princeton. J’ai eu la chance de travailler, dès le premier jour, comme assistant de recherche pour Ben Bernanke, un économiste américain réputé. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai décidé d’accepter l’offre d’emploi de l’INSEAD et de m’installer en France. J’ai été nommé doyen de l’école en 2013.

Votre métier de rêve quand vous étiez enfant ?

D’aussi loin que je me souvienne, je voulais être dans le monde universitaire. Sciences naturelles, philosophie, littérature… Je trouve la création et la diffusion des connaissances fascinantes. J’aime aussi la musique et le sport. Je voulais donc intégrer le monde universitaire. Mais je voulais aussi jouer du saxophone, de la guitare, du piano et fréquenter les terrains de volley-ball, de basket-ball et de football !

Votre mission de dean de l’INSEAD ?

Rassembler les personnes, les cultures et les idées pour former des leaders responsables qui transforment les entreprises et la société. Nos étudiants apprennent à reconnaître les risques et les opportunités. Comme le changement climatique, les écarts de richesse ou encore les discriminations entre les sexes. Ils disposeront des outils, des compétences et des relations nécessaires pour relever ces challenges.

La règle à laquelle vous ne dérogez jamais ?

Pour prendre une décision, j’essaie toujours de recueillir les points de vue et les suggestions des autres. Car cela me permet de clarifier mes pensées et les raisons pour lesquelles je prends une décision plutôt qu’une autre.

Votre relation avec les étudiants ?

J’adore enseigner. C’est ma passion ! Lorsque le cours se passe bien, et que je vois littéralement les gens apprendre, c’est tout simplement magique. Après une longue pause sans enseigner, j’ai donné un cours sur l’état actuel de l’économie mondiale et je me suis senti comme un enfant dans un magasin de bonbons. Cela ne devait durer qu’une heure… Je suis resté une heure et demie !

>>> Retrouvez l’interview d’Ilian Mihov (INSEAD) dans notre Grandes Ecoles et Universités Magazine n°94

Et avec les alumni ?

Je suis animé par le désir que nourrit la communauté INSEAD d’être tous acteurs de changement. Aujourd’hui, nous devons relever toutes sortes de défis dans le monde et, grâce à notre réseau de 60 000 anciens élèves dans le monde entier, nous pouvons y parvenir.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus en ce moment ?

En 2021, nous allons créer un nouveau bureau pour l’équité, la diversité et l’inclusion. Nous lancerons par exemple l’Initiative INSEAD Afrique pour développer des partenariats avec les universités et entreprises africaines et nous travaillerons en étroite collaboration avec nos anciens élèves en Afrique pour accroître la diversité des candidatures de nos étudiants et offrir des programmes exécutifs.

Votre nomination au conseil d’administration de Principles for Responsible Management Education (PRME) ?

Je suis très honoré et je me réjouis de travailler avec mes collègues du PRME (universitaires, chefs d’entreprise, représentants des étudiants…) et du Pacte mondial des Nations Unies dans la perspective d’atteindre les Objectifs de Développement Durable. Nous jouerons un rôle essentiel dans la promotion de l’enseignement du management responsable.

Votre conseil à un futur dirigeant du Supérieur ?

Nous avons une responsabilité incroyable dans l’avenir du monde. La manière dont nous façonnons nos écoles, décidons de ce que nous enseignons et de la manière dont nous l’enseignons déterminera la trajectoire de notre monde dans les 20 à 30 prochaines années. Nous devons préparer la prochaine génération au changement.

 

>>> Lire une autre interview d’Ilian Mihov (INSEAD)