[❤ my campus] Mathis Chagneux, étudiant de 2ème année à Télécom ParisTech, en année sabbatique. Mathis a souhaité consacrer un an à sa passion, le piano jazz, avant de finaliser son cursus ingénieur. Possibilité accordée par l’école où il trouve aussi d’autres manières de marier musique et ingénierie… Pour lui, Télécom ParisTech c’est la maison.

 

A Télécom ParisTech, on peut marier passion et études ?

Je suis passionné de piano jazz. Je n’ai pas la prétention de devenir professionnel, je veux juste avoir l’opportunité une fois dans ma vie de me consacrer totalement à ma passion. Je sais que ce sera plus compliqué une fois diplômé, une fois ingénieur. Mon objectif est de me perfectionner techniquement, de jouer dans des clubs de jazz… J’ai aujourd’hui cette chance et c’est grâce au soutien de Télécom ParisTech. J’ai obtenu l’accord de la direction de la formation de me consacrer à un projet personnel durant une année sabbatique.

« Télécom ParisTech devient vite la maison ! »

Qu’est-ce qui vous plait le plus à Télécom ParisTech ?

De vivre une expérience humaine. La taille de la promo reste modeste et c’est très agréable. On se croise tous tout le temps, on se connait tous. Il règne une proximité entre étudiants mais aussi avec les professeurs. Télécom ParisTech devient vite la maison !

Et au plan pédagogique ?

J’ai adoré le PAF (Projet d’Application Final) en 1ère année. Durant 15 jours, nous avons travaillé en groupe sur un projet pluridisciplinaire innovant, jusqu’à la proposition d’un prototype. Notre groupe a imaginé son propre sujet, et cela a été accepté. Durant les projets, l’accompagnement est très formateur. Nous gagnons réellement en autonomie, en initiative.

Toujours ce lien avec la musique ?

Travail collaboratif Télécom ParisTech credits Xavier Granet

Travail collaboratif Télécom ParisTech © Xavier Granet

En effet 🙂 Nous avons travaillé sur un harmoniseur de voix : pour faire des arrangements, former des accords. Cette solution a été développée au MIT, nous l’avons redéveloppée. Le défi était l’implémentation. Nous avons fait un concert lors du week-end d’intégration en utilisant l’harmoniseur, c’était très sympa. Nous étions très fiers que tout fonctionne bien, qu’il n’y ait pas de bug, que la solution soit robuste.

J’ai à nouveau eu la chance de lier musique et ingénierie au cours du projet PACT (Projet d’Apprentissage Collaboratif Thématique). Cette fois, nous avons créé une appli qui donne les notes que vous sifflez ou chantonnez. C’est un outil d’aide à la composition qui met en œuvre des technologies de reconnaissance vocale et de traitement du signal.

Ces projets vous ont donné des idées pour la suite ?

J’ai déjà repéré une double formation en sciences de la musique pour ma 3ème année à Télécom ParisTech, monté en collaboration avec l’Ircam-Centre Georges Pompidou et Sorbonne Université. Il s’agit du M2 ATIAM (Acoustique, Traitement du signal, Informatique Appliqués à la Musique).

Vis ma vie de prof à Télécom ParisTech

Et côté vie associative, toujours la musique en ligne de mire ?

J’ai été président de l’association « La scène ». Elle propose du matériel, une salle pour répéter aux étudiants musiciens, et fait venir des groupes pour se produire lors d’évènements et soirées. Nous avons ainsi fait venir le groupe de jazz fusion hip hop Ultra Light Blazer, ou encore le rappeur Ray Knight pour un set durant une soirée.

Les lieux sympas à l’école ?

Le foyer des élèves et le complexe 13.53 (13 pour Paris 13ème et 53 pour 53 rue Barrault, l’adresse de l’école NDLR) une grande salle où nous organisons nos soirées. J’aime aussi beaucoup la bibliothèque, c’est calme et il y a des fat boy pour se reposer, voire faire la sieste !