La révolution numérique est sur toutes les lèvres : entreprises, médias, institutions… toute la sphère politico-économique est mobilisée pour faire basculer notre économie dans cette ère encore mystérieuse à nombre d’entre nous. Un monde nouveau éclot et à l’aube du 21e siècle subsistent de grandes absentes : les femmes. Or il y a urgence à ce qu’elles prennent part à la construction de notre futur, prometteur et vertigineux à la fois. En savoir plus sur l’auteur, Marie-Anne Magnac, Co-créatrice de « Quelques Femmes du Numérique ! » et Intervenante à l’ISEFAC R.H.

 

Comment dessiner un monde nouveau, égalitaire, durable ? La nouvelle tectonique des plaques « numérique » ne peut s’installer confortablement et sereinement sans l’apport réel des femmes à sa construction. C’est l’enjeu philosophique et politique auquel nous sommes confrontés et qui sous-tend toutes les considérations sociales et économiques.

 

Pour y parvenir les acteurs économiques ont un rôle clé à jouer puisqu’ils sont désormais des agents culturels, ce qui signifie que leurs stratégies ont un impact sur la société dans sa globalité.

Inventer le « Google » du 21e siècle, exercice extrêmement disruptif, exige une vision où la mixité des contributions est présente à tous les niveaux des organisations. Les femmes ayant eu des conditions de vie très différentes de celles des hommes, que ce soit en termes d’accès à l’éducation ou du monde du travail, ont une compréhension et une grille de lecture du monde très différente. Or c’est cette singularité, celle de chaque histoire de vie, de chaque expérience qui peut forger une pensée radicalement nouvelle pour infléchir la course du monde et des busines-models devenus trop désincarnés. Mais il faut que les femmes l’assument, le revendiquent et prennent toute leur place dans une co-construction bienveillante avec les hommes.

Cette co-construction repose sur un principe d’open innovation, principe qui exige des organisations une étroite collaboration avec les parties prenantes de leur écosystème : salariés, consommateurs, clients ; prestataires, associations.  Une innovation basée sur une vision radicalement nouvelle des attentes de son marché : penser à Airbnb et à sa proposition de création de valeur à partir de nouvelles expériences d’hébergements. Il va falloir penser un nouveau contrat avec son salarié/consommateur, qui réponde en même temps aux aspirations de nos vies connectées, aux grands enjeux écologiques, d’éducation et de santé tout en construisant un modèle économique prospère qui bénéficie au plus grand nombre.

Équation complexe…

Aujourd’hui les business models doivent être définis par les usages, L’hyper-personnalisation des contenus et des offres ainsi que l’importance des communautés font émerger de nouvelles attentes en matière de travail, démocratisent l’accès à la connaissance, donnent du pouvoir social aux citoyens et consommateurs, renversent la hiérarchie des pouvoirs… sauf bizarrement celle entre hommes et femmes. Contradiction de notre époque !

Nous devons donc engager une rupture dans nos modes de pensée. Cette rupture est inconcevable sans une mixité plus grande des talents : l’humain dans l’entreprise doit être considéré non plus en fonction de sa seule expertise technique mais dans toutes les dimensions de sa personnalité : citoyen, consommateur, mobinaute, parent, salarié… De nouvelles compétences et aptitudes sont exigées, créativité, goût de l’expérimentation, curiosité, adaptabilité, sens de l’empathie qui dessinent en creux une société plus ouverte, plus inclusive. Point de salut donc pour l’entre-soi, grande spécialité française.

Avec à la clé une nouvelle donne : le pouvoir de la technologie. Or ce pouvoir est aujourd’hui majoritairement aux mains d’une poignée d’hommes aux profils techniques. Et ce pouvoir est en train de décider d’un futur incroyablement vertigineux. Il faut donc se battre pour que les femmes accèdent à ce pouvoir. Avec seulement entre 5 et 10 % de filles dans les filières numériques, l’enjeu est de taille. Les femmes doivent maitriser les codes au sens propre et figuré de ce nouveau monde numérique.

Le progrès n’est pas une question de technologie. Il doit être une question d’égalité entre les femmes et les hommes. Pour explorer savamment notre futur, nous devons comprendre que chacun doit être lui-même le changement qu’il souhaite impulser. Tous concernés, tous responsables.

 

 

Bac+2, Bac+5 : ces diplômes sont-ils rentables ? Où sont les débouchés ?

Adzuna, annonce les résultats de l’édition 2018 de son étude portant sur la valeur des diplômes en France. Adzuna a analysé les 850 000 offres disponibles sur son site en avril 2018, afin d’évaluer la rentabilité des études supérieures en comparant leurs coûts et les salaires proposés à leurs diplômés.

Baromètre de l’économie numérique, 17ème édition : Les français et l’intelligence artificielle

La chaire d’Économie numérique de l’Université Paris-Dauphine publie la 17ème édition de son baromètre trimestriel de l’économie numérique, réalisé avec Médiamétrie, sur l’intelligence artificielle.

L’ANSES, sentinelle des crises sanitaires

De la santé animale aux risques alimentaires en passant par la santé des végétaux, l’ANSES œuvre en cas de crise sanitaire pour nous protéger. Gilles Salvat, promu Directeur Général Délégué à la recherche et à la référence, nous emmène dans les coulisses de l’ANSES.

Le cabinet de conseil ÉVIDENCE se lance et recrute deux directeurs Médias et Contenus

Lancé en janvier, le cabinet de conseil en stratégie et communication ÉVIDENCE vient de recruter Caroline Philips, l’ex-directrice des relations presse du groupe Air Liquide, comme Directrice Médias ; et Thierry Massé, ancien dirigeant de presse chez Emap et Hersant, en tant que Directeur des Contenus.

Compliance et gestion des risques, gardiens du temple

La fonction gestion des risques veille sur une entreprise en proie à toujours plus de menaces. Mais depuis dix ans, une nouvelle fonction émerge : compliance officer, rendue aujourd’hui obligatoire dans les grandes entreprises par la loi Sapin 2. Chantal Cutajar...

Relation client réinventée, nouveaux métiers spécialisés : rencontre avec la banque 2.0

Le secteur bancaire attire toujours autant de jeunes diplômés, notamment grâce à la réinvention de ses métiers et de la relation client. Olivier Levyne, responsable des spécialisations Finance à l’ISC Paris et Michel Piano, DG du CFPB, l’école supérieure de la banque,...

Le big data au service de la direction financière

Entre opportunités et dangers, le big data s’immisce dans des professions jusqu’ici épargnées, impactant aujourd’hui la direction financière. Fanny Rabouille, coresponsable à Grenoble École de Management du Mastère Spécialisé Big Data, nous explique ces mutations.  ...

Au cœur des FinTech : ces acteurs qui challengent les institutions bancaires

L’arrivée du numérique a bousculé les pratiques des particuliers usagers comme celles des professionnels de la banque. De nouveaux acteurs se déploient : les FinTech. Qui sont-elles ? Comment challengent-elles les banques traditionnelles ? Explications de Claire...

Conférence « Manager avec l’IA » décryptée par Cécile Dejoux le 9 avril 2018

Communiqué de presse : Tout le monde parle de l’Intelligence Artificielle, de son impact sur le travail et de la nécessité pour les collaborateurs de s’adapter à cette nouvelle transformation en développant de nouvelles compétences. Mais de quelles compétences,...

Baromètre « Les jeunes et l’industrie » : Arts et Métiers dévoile les résultats de son étude avec OpinionWay

Communiqué de presse : Arts et Métiers renouvelle son engagement dans la Semaine de l’Industrie, qui se déroule du 26 mars au 1er avril prochains, et présente les résultats de la 6e édition du baromètre « Les jeunes et l’industrie », destinée à comprendre et analyser...