Du 22 au 23 mai prochain se tiendra la neuvième édition du Centrale 7, un tournoi universitaire sans équivalent dans l’hexagone. « Ce tournoi est, et restera celui qui se rapproche le plus d’une Coupe du Monde étudiante de rugby à 7 », déclarait l’année dernière Bronson Weir, ancien entraîneur de l’équipe d’Afrique du Sud, et actuel entraîneur-adjoint du Kenya, cinquièmes de la Coupe du Monde de rugby à 7 cette saison.

 

La Nouvelle-Zélande lors de son Haka l'année dernière

La Nouvelle-Zélande lors de son Haka l'année dernière

Le décor est planté : le Centrale 7, organisé par des étudiants pour des étudiants, n’est pas un tournoi comme les autres. Il est parrainé cette année par Pascal Papé, capitaine du XV de France et du Stade français. « Toute l’année, cinquante étudiants centraliens travaillent d’arrache-pied pour offrir aux joueurs et au public le plus beau tournoi possible » explique Benjamin Bizot, Président du Centrale 7, et élève en deuxième année à l’Ecole Centrale de Paris. Pendant un an, les étudiants, répartis en cinq secteurs, recherchent des sponsors, contactent des équipes aux quatre coins du monde… et réalisent les mille autres tâches nécessaires à la tenue d’un tel événement. Le Centrale 7, c’est 20 équipes à faire venir parfois de très loin (Nouvelle- Zélande, Afrique du Sud, Kenya…), à loger et à nourrir pendant une semaine. Le tout sans aucun frais d’inscription. « Nous tenons à ce que notre tournoi reste convivial, dans l’esprit souhaité par ses créateurs il y a près de dix ans déjà » résume Benjamin Bizot. En 2005, six étudiants en deuxième année se lancent un pari fou : faire venir sur le Campus de l’Ecole Centrale les meilleures sélections universitaires du monde. Le succès est immédiatement au rendez-vous : 12 équipes masculines, dont cinq équipes non françaises. Il ne s’est pas démenti depuis. « Nous venons chaque année depuis la création du tournoi », rappelle Tim Stevens, manager général de l’Université d’Oxford, finaliste l’an passé, « et nous revenons tous les ans avec la même envie de gagner ce magnifique tournoi. Nous avons fait des rencontres exceptionnelles ici, et noué des liens durables. C’est très rare dans le rugby moderne de retrouver une telle densité humaine dans un événement de ce niveau ». Depuis, le tournoi s’est enrichi et a accueilli un plateau féminin de plus en plus relevé. Son budget est passé de 20 000€ à plus de 100 000€, grâce à un intérêt croissant du côté des sponsors et des instances du rugby français et international. Nouveauté cette année : le « Petit Centrale 7 », tournoi réunissant des étudiants d’Île-de-France et des équipes d’entreprise. Il s’est tenu le 4 avril sur le campus de l’Ecole et a vu les étudiants et professionnels s’affronter sur les terrains et se rencontrer dans un mini forum et autour d’un buffet. Une occasion originale de décrocher un stage ou de s’informer, appréciée par les DRH comme les étudiants. Dans la foulée de son admission historique aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, le rugby à 7 connaît un succès populaire croissant en France et dans le monde, et le Centrale 7 compte bien profiter cette année encore de cet essor. Buvette, stand de paris, animations, cette année encore toute l’équipe du Centrale 7 se mobilise pour faire passer une excellente journée à tous les spectateurs qui seront présents au bord du terrain. Nous vous attendons donc nombreux cette année pour profiter de ce tournoi de haut vol et de toutes les animations organisées autour du terrain !

 

Henri pour le secteur com’

 

Contact :
www.centrale7.com