Les créations d’entreprises et de micro-entreprises n’ont jamais été aussi nombreuses depuis six ans : 554 000 en tout en 2016, soit 6 % de plus par rapport à 2015 selon l’INSEE. Une tendance principalement portée par la fougue des banques d’investissements, des médias, des entrepreneurs et des écoles, en premier lieu, qui n’ont jamais autant parlé de l’entrepreneuriat. 84 % des Français ont ainsi « une bonne opinion de l’entrepreneuriat » et « le conseillerait même à leur enfant ».

 

Selon une étude d’OpinionWay parue ce mois-ci, 60 % des jeunes ont même envie de créer leur propre entreprise tandis que 79 % d’entre eux estiment que l’école ne les prépare pas à l’entrepreneuriat. Si les grandes écoles font désormais de l’entrepreneuriat la pierre angulaire de leurs formations, comment doivent-elles insuffler le goût d’entreprendre auprès des jeunes générations.

Pierre Kalaijian, Directeur de Moda Domani Institute

Entreprendre : Innover dès les premières années du cursus

Une récente étude interne auprès de nos étudiants dévoilaient que 54,8 % d’entre eux souhaitaient créer leur entreprise dès la fin de leurs études, voire, avant. Si ce taux est à considérer avec modération car il est davantage le signe d’une génération en quête d’épanouissement et de sens qui veux créer son « propre job », nous sommes bien conscients qu’il reflète aussi un changement paradigmatique profond. La société moderne, la mondialisation, le digital sont autant d’opportunités offertes à nos Millennials, qui plus encore que leurs ainées, ont bien l’intention de s’approprier le monde de demain.

 

Le gout d’entreprendre en 5 valeurs

 

  1. La créativité : insuffler le goût d’entreprendre n’est pas un challenge ordinaire. La première étape consiste à « dédramatiser » l’innovation et promouvoir la créativité. Près de 40 % de nos Rencontres Professionnelles hebdomadaires sont consacrées aux –jeunes- entrepreneurs. Souvent des jeunes Y qui un beau matin ont trouvé une idée parfois simple, souvent originale ou disruptive mais presque toujours viable. Cette idée s’est transformée en business model puis en business plan jusqu’à devenir une entreprise. Studio Mazé, Bonne Gueule, Wair, l’Exception ou même Gemmyo sont ainsi venu expliquer à nos étudiants la genèse et la transformation d’une idée créative en business.

 

  1. L’autonomie : Créer son propre emploi et être indépendant, tant sur le plan professionnel que sur le plan financier. Savoir prendre des décisions et trouver ses propres solutions.

 

  1. Le sens de l’engagement : S’engager c’est mettre sa parole et son intégrité en jeu. C’est ce sens de l’engagement qui permettra à l’entrepreneur d’être partenaire de ses collaborateurs et ainsi d’obtenir leur confiance.

 

  1. Le leadership : Le leadership intervient lorsque se confrontent vision et action. Réunis, ces deux éléments fédèrent des personnes qui partagent une même vision, leur donne l’envie de s’impliquer et générer un résultat intuitif et imaginatif.

 

  1. L’ambition : « Un vif désir orienté vers une réussite, sa propre réussite ». Changer le monde c’est d’abord s’en croire capable et entendre que c’est possible. L’ambition, c’est d’avoir l’audace d’agir face à l’incertitude. Petit changement ou grande révolution, l’ambition reste la pierre angulaire de l’entrepreneuriat.

 

Bénéficiant de 40 années d’expertise dans l’enseignement supérieur, celle de IONIS Education group, groupe fondé et dirigé par un entrepreneur peu commun, ISG I Moda Domani Institute est née, au delà de sa singularité, autour de ces 5 valeurs fondamentales.  S’appuyant sur le triptyque Luxe, Mode et Design, les Workshops mensuels, les Rencontres Professionnelles hebdomadaires, les projets comme le Grand Final de l’année 5 sont autant d’occasions de transmettre ces valeurs essentielles : créativité, autonomie, sens de l’engagement, leadership et l’ambition. Notre 5ème et dernière année est totalement consacrée à l’innovation et l’entrepreneuriat puisque notre étudiant devra défendre son concept innovant en fin d’année face à un jury composé de recruteurs, d’entrepreneurs, de financiers, de business angels.

 

http://www.modadomani.fr/pierre-kalaijian

 

Générations en quête de sens, le rôle de l’Ecole