Enseigner à des professionnels en formation continue requiert une posture beaucoup plus exigeante que pour des étudiants en formation initiale. L’usage de ressources variées et la mise en œuvre d’une pédagogie active permettent de réconcilier théorie et pratique. Par Olivier Thual, Julie Albagnac et Ludovic Cassan, Enseignants chercheurs de l’Institut National Polytechnique de Toulouse, en collaboration avec Thomas Expert, Ingénieur formateur de l’Unité de proFessionnalisation pour la Performance Industrielle du Groupe EDF.

 

L’Institut National Polytechnique de Toulouse (Toulouse INP) et l’Unité de proFessionnalisation pour la Performance Industrielle (UFPI) du Groupe EDF sont associés pour animer un stage de formation continue en « Hydraulique Fondamentale ». Le défi qui consiste à aborder des notions théoriques avec des professionnels opérant sur des aménagements hydroélectriques est relevé en faisant cohabiter des ressources pédagogiques sur mesure avec des travaux pratiques et des études de cas en lien direct avec leur métier.

Une collaboration entre l’ENSEEIHT et EDF pour la formation continue

L’École Nationale Supérieures d’Électrotechnique, d’Électronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications (ENSEEIHT) est une composante de Toulouse INP, qui possède une longue histoire en hydraulique, entre autres domaines. L’Unité de proFessionnalisation pour la Performance Industrielle (UFPI) du Groupe EDF forme, depuis plus de 50 ans, les agents intervenant pour l’exploitation, la maintenance et l’ingénierie de ses aménagements hydroélectriques. Ces deux organismes ont décidé d’organiser conjointement une formation en « Hydraulique Fondamentale » pour aborder les notions essentielles de l’hydraulique en charge ou à surface libre. Il est prévu d’organiser deux stages de formation d’une semaine par an, le premier ayant eu lieu en septembre 2018.

Des ressources pédagogiques numériques et expérimentales

Pour garantir le succès de cette formation, de nombreuses ressources pédagogiques ont été mises en place. Dans un premier temps, un ouvrage d’une centaine de pages a été rédigé spécifiquement [1]. Ce livre, que les stagiaires gardent à l’issue de la formation, constitue une trace écrite qui contribue à fixer la mémoire des notions acquises. En amont de la formation, les stagiaires sont invités à visionner une ressource pédagogique numérique de type MOOC [2], composée d’une cinquantaine de courtes vidéos exposant, sous forme de cours magistral, le contenu du livre. En parallèle, plusieurs dispositifs expérimentaux ont été mis en place pour proposer des travaux pratiques illustrant les notions de ce cours d’hydraulique. C’est le cas, par exemple, d’une maquette mobilisant 4 m3 d’eau en circuit fermé pour mesurer le débit à travers des orifices, à l’image des évacuateurs de crue des barrages (figure ci-dessus). Enfin, des études de cas, illustrant des situations concrètes rencontrées dans l’exploitation des aménagements hydroélectriques, ont été soigneusement choisies pour faire le pont entre les notions théoriques abordées dans la formation et la réalité du métier des apprenants.

Des interactions riches et appréciées

 La première instance de la formation a montré que les interactions avec des professionnels en formation continue étaient très différentes de celles que les enseignants ont l’habitude de développer avec les étudiants en formation initiale. Dès les premiers cours, il est apparu que l’enseignement transmissif traditionnel, consistant à décrire les équations mathématiques de la modélisation hydraulique, devait être remplacé par une pédagogie active permettant aux apprenants une plus grande contrôlabilité sur le déroulé du cours. Le programme théorique étant couvert dans le livre et les cours magistraux de la ressource pédagogique, la semaine de formation s’est déroulée sous la forme de cours inversés où les formateurs répondaient à un feu nourri de questions en lien direct avec des applications pratiques. Ces interactions, appréciées par les stagiaires, ont été très enrichissantes pour les enseignants et leur ont permis de faire évoluer leurs pratiques pédagogiques auprès des élèves ingénieurs en formation initiale. Désormais, ils ont toujours le réflexe d’évoquer des applications pratiques en face de chaque nouveau concept, comme si des professionnels expérimentés étaient présents dans l’amphi. Leurs enseignements évoluent vers des « Apprentissages par Problèmes et par Projets » en s’éloignant progressivement des cours magistraux.

Pour en savoir plus, c’est ici :

[1] Livre de référence du cours : O. Thual, Hydraulique pour l’ingénieur généraliste, Cépaduès Éditions, 2018.

[2] Ressource pédagogique numérique de la formation « Hydraulique Fondamentale »

[3] La Pédago’Tech de Toulouse INP et la page professionnelle d’Olivier Thual.

 

[Analyse] Et si le choc des générations tant commenté n’en était pas un ?

La population vieillit (augmentation de l’âge moyen et l’augmentation de la part des 60 à 64 ans). Ce choc des générations est-il lié à ce vieillissement ou est-il tout simplement un problème de contexte ?

[Analyse] Penser différemment, pour répondre aux urgences sociétales et environnementales

Dans les années 90, tandis qu’émergeait dans la Silicon Valley la mode du design thinking, Apple nous interpellait : « Think different ».

[Analyse] « Les générations Y-Z sont-elles des aliens ? »

La génération Y regroupe, en Occident, l’ensemble des personnes nées entre 1980 et 1999. À dater de l’an 2000 la génération Z (pour génération zapping), a temporairement pris le relai

[Analyse] L’innovation se trouve à la croisée des disciplines

« Les hommes construisent trop de murs, et pas assez de ponts ». C’est ainsi qu’Isaac Newton, il y a plus de 300 ans, pointait déjà les faiblesses de l’entre-soi

[Analyse] Coopinnovation : coopérer pour innover ou innover pour coopérer ?

Jusque dans les années 70, les entreprises vivaient dans des mondes d’innovation autarciques et cultivaient le secret de la R & D.

[Analyse] Quel employeur idéal, pour les jeunes générations ?

Attirer, recruter et fidéliser les talents : trois enjeux majeurs pour les entreprises. Les jeunes générations sont ciblées en particulier

[Analyse] Les nouvelles générations sont-elles différentes au travail ? On cherche toujours !

Sens, équilibre vie pro/vie perso, engagement, finalité et intérêt au travail : sur ces points, le fonctionnement des générations converge.

[Analyse] Trop de design thinking tue-t-il le design thinking ?

L’appropriation massive du design conduit à le considérer comme une fonction à valeur ajoutée notamment dans le cadre des pratiques d’innovation

[Analyse] Ce qui distingue un leader d’un suiveur, c’est l’innovation !

« Ce qui distingue un leader d’un suiveur, c’est l’innovation ! » Cette phrase attribuée à Steve Jobs illustre bien l’enjeu de l’innovation dans le monde d’aujourd’hui.

[L’ESSECANALYSE] Changer le monde

des maux qui sont la représentation des défis environnementaux et socio-économiques auxquels nos sociétés doivent désormais faire face.