Accompagner les industriels dans la mise en place de l’usine numérique de demain, ça vous tente ? C’est ce que vous propose Jean-Claude Ercolanelli (INSA Lyon 88, INSEAD 2011), Senior Vice-President Simulation and Test Solutions chez Siemens Digital Industries Software. 

 

L’innovation, un axe stratégique pour Siemens Digital Industries Software ?

Absolument ! Car nous sommes un catalyseur de la transformation digitale pour nos clients. Nous accompagnons les entreprises industrielles de tous secteurs (transports, énergie, chimie, matériaux, pharmaceutique) et de toutes tailles (du grand groupe à la startup) dans la mise en place de l’usine numérique, en s’appuyant sur leurs spécificités. Nous avons bâti une offre baptisée « Xcelerator » composée d’une suite de logiciels, de matériel de tests et de services d’ingénierie Pour qu’elle soit au plus près des besoins de nos clients, nous devons innover et anticiper en permanence afin de mettre à leur disposition des solutions leurs permettant de concevoir les produits de demain. Dès aujourd’hui, la conception passe par la mise au point de jumeaux numériques, leur polyvalence ainsi que leur généralisation sont des  axes forts de notre R&D. Un jumeau numérique permet de représenter virtuellement un produit ou un processus, afin de comprendre et de prédire les caractéristiques de performances de son équivalent « réel ». Un vrai gain de temps et d’efficacité.

Jeunes diplômés et technos digitales : un pari d’avenir ?

Assurément ! Ils sont nés avec le digital dans les mains. Ils arrivent donc avec un bagage, une ouverture et une culture beaucoup plus large que celle que l’on pouvait avoir à notre époque. Leur vision et leur façon d’utiliser les technologies est essentielle. Plus que jamais, ils nous aident à mieux concevoir nos produits et à prendre conscience de l’environnement dans lequel nous sommes, à la nécessité de le respecter et également, à l’importance du lien social.

A quels projets challengeants pourront-ils participer chez Siemens ?

Aujourd’hui, les produits contiennent de plus en plus d’électronique et de logiciels embarqués, ce qui les rends plus donc plus complexes à concevoir. Les interactions et les connexions entre les différentes disciplines d’ingénierie sont nombreuses et nécessitent de garantir la fiabilité et la durée de vie de tous ces produits. Là encore, les jeunes ont un rôle clé à jouer, pour nous aider à être constamment dans l’anticipation des besoins de nos utilisateurs. Pour eux, le concept de jumeau numérique est quasi-inné et ils seront bien entendu amenés à travailler autour de ces sujets. D’autant plus que l’émergence de l’intelligence artificielle permet désormais de réaliser des modèles fiables et pertinents. Ce n’est pas la fin des prototypes et des tests, ils seront simplement plus complexes et poussés, car ils arriveront en toute fin de processus pour valider les conceptions retenues. A titre d’exemple, nous travaillons depuis l’an dernier sur la modélisation moléculaire et la mécanique quantique, avec l’objectif de parvenir à assembler virtuellement des molécules. En étant capables de calculer leurs propriétés physiques, thermiques et électromagnétiques, on pourra simuler leurs comportements. Les applications sont nombreuses, notamment dans le secteur des matériaux ou de la médecine.

Comment matchez-vous avec les jeunes talents ?

Il faut qu’ils aiment travailler en équipe, en mode projet, dans une démarche de co-création. Ils doivent être authentiques, curieux, ouverts et avoir le sens de l’excellence professionnelle au service de nos utilisateurs. Chez Siemens, ils pourront contribuer à quelque chose de grand, à développer l’usine du futur, dans le respect de l’environnement, un travail qui a du sens. Nos équipes de développement sont basées à Lyon, à Paris, mais aussi en Allemagne, aux USA, en Inde, en Russie, en Belgique… La mobilité géographique et professionnelle est un épanouissement, et elle leur tend les bras ! Les stages et l’alternance sont pour nous un bon moyen de repérer les talents et de voir si « ça matche ». Siemens propose également une grande flexibilité d’organisation du travail, avec une politique qui repose sur la confiance et l’autonomie. Pour Siemens, le présentéisme n’est pas synonyme de succès. Nous souhaitons une organisation agile, favorisant l’émergence d’idées et l’innovation, dans un cadre qui permet un équilibre vie professionnelle / vie personnelle optimal.

 

#INSA un jour, INSA toujours ?

Le bagage technologique de l’INSA Lyon est un socle fort sur lequel j’ai pu construire ma carrière et qui reste pertinent. J’utilise encore au quotidien cette capacité à appréhender et à résoudre les problèmes, dans une démarche d’amélioration et d’apprentissage permanent.

>>>> Envie d’en savoir plus sur l’INSA Lyon ? Son directeur Frédéric Fotiadu revient sur les dernières actualités de l’école d’ingénieurs

Mon conseil

Soyez curieux, regardez ce qui se passe autour de vous dans tous les domaines : scientifiques, technologiques mais aussi économiques, environnementaux, sociologiques…

Contact :

jean-claude.ercolanelli@siemens.com

adele.dolique@siemens.com