S’ambiancer pendant ses études, OK. Mais intégrer une association étudiante, c’est surtout un excellent moyen de développer des compétences pour assurer son avenir professionnel. D’autant plus pour ceux qui les dirigent ! Témoignages.

 

   « Non seulement on passe de bons moments au sein de l’équipe, mais en plus on apprend à manager, organiser un gros événement, communiquer, négocier avec les parties prenantes, réagir aux (nombreux) imprévus… J’apprends énormément dans le cadre de mon mandat. Le Forum m’apporte à la fois l’adrénaline dont j’ai besoin et les bons moments entre amis. Je ne regrette pas le jour où j’ai mis pour la première fois les pieds dans le local de l’association ! » Camille Aucouturier, présidente du Forum Rencontre (Centrale Lille)

© Gus Sev

« En intégrant les Mines d’Alès à la sortie d’une classe préparatoire, je n’aurais jamais pensé devenir le président du 2e plus gros festival étudiant de France. Les coulisses de l’événementiel m’ont toujours attiré, ainsi que le management et la gestion de projet, outre la volonté d’intégrer une école d’ingénieur telle que les Mines. Aujourd’hui, je fais ce qui me passionne, même si cela requiert une grosse charge de travail : énormément d’attention sur les préparations, la prise de décisions puis sur le déroulement de l’événement et enfin beaucoup de volonté. Aujourd’hui, en complément de ma formation d’ingénieur, ces compétences m’ont permis de beaucoup gagner en maturité, en confiance en moi, et je suis persuadé qu’elles m’aideront dans le monde professionnel. Enfin, une bonne gestion est primordiale pour le bon déroulement d’un tel évènement dans un milieu aussi compétitif : les enjeux et les risques sont grands. » Thibault Lopes, vice-président de la 16e édition et président de la 17e édition du festival de la Meuh Folle (IMT Mines Alès)

©KMC

« En tant que présidente, je me dois d’être impliquée partout et dans tout ce que je fais : que ce soit en communication, en démarchage et en interne. J’ai à cœur d’être un bon leader. Un leader engagé, motivé et exemplaire. » Léa Leclercq, présidente de Kedge Motors Club (KEDGE Business School Bordeaux)

 

« Être président de Junior EIDD Conseil m’a offert l’opportunité de développer des compétences humaines dans un cadre professionnel comme par exemple le leadership et la gestion d’équipe. Ces compétences, qui ne sont pas au cœur des cursus scolaires, sont très appréciées des recruteurs. Se retrouver à la tête d’une association étudiante m’a aussi fait découvrir de nouvelles personnes avec qui j’ai pu créer des liens forts. Enfin, grâce à cette expérience enrichissante, j’ai confirmé mes choix professionnels et je souhaite à tout le monde de s’engager dans ce mouvement des Junior-Entreprises. » Julien Vincent Dit Mahaut, président de Junior EIDD Conseil (Ecole d’ingénieur Denis Diderot)

© Zineb Lahrichi

« J’aime prendre les devants, gérer les choses, m’occuper des autres : le poste de présidente était fait pour moi. Avant, j’étais en binôme avec mon prédécesseur, sur lequel je m’appuyais beaucoup. Maintenant que je suis seule à la barre, je me rends compte que c’est vraiment beaucoup de travail. Mais ça m’a forcée à apprendre très très vite et à travailler sur moi. Bien sûr, ma fonction a un peu changé ma relation avec le reste de l’équipe. Désormais, je dois choisir et décider pour les autres. Un challenge que je relève avec envie auprès de cette équipe au top et dans laquelle on s’entend tous hyper bien ! » – Pia du Bourguet, présidente de Junior CentraleSupélec

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.