« Venez structurer les nouveaux modèles économiques de l’agriculture ! » lance aux jeunes talents Dominique Chargé, (École supérieure d’agriculture d’Angers 88), Président de La Coopération agricole. Laissez tomber vos clichés et rejoignez un secteur en pleine transformation. Vous êtes en quête de sens ? C’est ici que ça se passe.

 

Des adhérents rois

© La Coopération Agricole

Le modèle coopératif agricole a de beaux jours devant lui ! C’est la conviction de Dominique Chargé, Président de La Coopération agricole qui représente les coopératives de toutes les filières, des activités de l’amont agricole jusqu’aux produits plus ou moins transformés. « La coopérative est un outil collectif au service de l’activité économique et sociale de l’agriculture d’un territoire. Notre marqueur différentiel ? Chaque agriculteur qui a des parts sociales dans une coopérative en devient un décideur. La coopérative n’est pas délocalisable et appartient à ses adhérents. »

 

Passion agricole

Pour ce fils d’agriculteur, le monde rural est une vocation. « Depuis 1992, je suis éleveurs de vache laitières, de volailles et producteur de céréales en Loire-Atlantique. J’ai eu besoin très tôt d’aller chercher les attentes des marchés pour mieux orienter et organiser la production dans les exploitations. J’ai pris des responsabilités dans la coopérative pour être acteur du destin collectif. Mon crédo ? Tout seul on peut aller plus vite, mais ensemble on va forcément plus loin. »

 

Transition d’avenir

Et il le prouve chaque jour à la tête d’une coopérative qui accompagne les éleveurs dans les transitions alimentaires et agro écologiques. « L’agriculteur fait face à de nouvelles attentes des consommateurs qui remettent en cause les modèles historiques de production et de transformation. La consommation de viande bovine diminue, celle du poulet augmente et la demande en production bio explose. Le challenge ? Répondre aux grands enjeux climatiques, de biodiversité, et de préservation de nos ressources naturelles tout en restant compétitifs. »

>>>> Pour aller plus loin : Management, entreprise, Covid, c’est en temps de crise qu’on reconnait les meilleurs leaders !

Matière grise

Un défi qui nécessite des recrutements tous azimuts. « Nous avons besoin de matière grise car la transformation se situe à tous les échelons de la chaîne alimentaire, de la fourche à la fourchette. En 2019, les coopératives ont embauché 13 300 jeunes soit 10 % de plus qu’en 2018. Nous recrutons dans les métiers d’accompagnement et de conseil auprès des agriculteurs et dans la transformation et la commercialisation des produits. Nous avons aussi besoin de talents digitaux car le métier d’agriculteur se numérise via les Outils d’Aide à la Décision et le traitement de la donnée qui permettent de suivre l’état de santé des végétaux ou des animaux et d’intervenir en préventif. Enfin, nous recrutons des architectes capables de convertir un besoin nouveau en modèle économique coopératif structuré et rentable. »

 

Œuvre utile

Son message aux étudiants ? « Travailler dans une coopérative, c’est mettre en adéquation son désir d’épanouissement professionnel et une certaine forme d’utilité pour la société et la planète. » Dominique Chargé est d’ailleurs président du conseil d’administration de I’Institut Agro créé l’an dernier par le regroupement de Montpellier SupAgro et d’Agrocampus Ouest. « Cet engagement rejoint mon action en faveur d’une transformation de l’agriculture. Nous avons besoin d’une connaissance fondamentale puissante pour trouver des solutions alternatives. Nous avons une augmentation de 85 % des contrats d’apprentissage en 2020 par rapport à 2019. »

 

 #BonSensPaysan : « Le bon sens paysan, c’est comprendre ce que sont les évolutions de notre monde et avoir une forme d’intuition pour décrypter les grands courants porteurs qui se dessinent et trouver les moyens de s’y positionner. »

 

Chiffres clés

2 300 entreprises

190 000 salariés

93 % de TPE/PME

 

Contact : dcharge@lacoopagri.coop