Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

GOYER ouvre la porte à l’innovation – L’interview de David Labardin

GOYER ouvre la porte à l’innovation - L’interview de David Labardin
photographe : Sylvain Mestre

Chez GOYER, l’expertise n’est pas qu’une façade, c’est une réalité éprouvée depuis près d’un siècle. Avec David Labardin (CentraleSupélec 97), Directeur Général du groupe GOYER, relevez le défi d’un bâti plus durable et construisez la ville de demain !

Arrivé en 2019 en tant que directeur général adjoint, David Labardin a pris les rênes du groupe en 2020 succédant à trois générations familiales. Son moteur de motivation : industrialiser la construction !

Une fenêtre sur le monde de demain

GOYER ouvre la porte à l’innovation - L’interview de David Labardin

GOYER joue les premiers rôles dans la construction de la ville du futur. À ce titre, le groupe a fait du développement durable son principal axe de développement. Spécialiste de l’aluminium, le façadier a mis en œuvre une stratégie « bas carbone » afin de limiter son impact environnemental. Et sur ce point, David Labardin attend beaucoup de ses jeunes recrues. « L’une des principales qualités des jeunes talents repose sur leur vision différente des choses. Ils ont cette capacité à apporter de nouvelles sources d’inspirations et à nous guider vers de nouvelles façons de faire, de gérer les projets, d’interagir… »

Le mix intergénérationnel, facteur d’innovation

Plus que les jeunes recrues, c’est dans la diversité des profils et le mélange entre générations que GOYER puise ses nouvelles idées. Dernière innovation en date issue du Comitek, entité qui intègre des collaborateurs de tous les départements : une calculatrice pour estimer au plus près le bilan carbone. Le mot d’ordre de GOYER dorénavant : Think out of the box! « Nous avons lancé un concours Innovation. Les jeunes talents se sont montrés particulièrement moteurs sur la robotisation mais aussi l’utilisation de matériaux biosourcés… Et ils n’étaient pas les seuls ! Le mix intergénérationnel permet d’ouvrir les esprits. Un de nos collaborateurs a ainsi émis l’idée de valoriser des éléments vitrés issus de la déconstruction pour des serres agricoles ! »

Nouveaux profils pour nouveaux métiers

À l’image des nouveaux matériaux, GOYER est à la recherche de profils très variés. Ingénieur d’affaires, ingénieur de production, ingénieur en bureau d’études, ingénieur travaux, spécialiste thermique, acoustique ou en calcul carbone… Vous avez tous une place au sein du groupe ! « Nous souhaitons faire bouger les lignes à tous les niveaux. Nous mettons tout en œuvre pour favoriser l’évolution transverse de nos collaborateurs au sein du groupe. Mon ambition dans les années à venir est d’asseoir notre leadership au-delà de nos frontières, entre autres grâce aux jeunes et à leurs idées. » Avis aux intéressés, GOYER vient de remporter l’un des projets de façade les plus ambitieux jamais réalisés en France : celui des futures tours The LiNK, les plus hautes de la Défense.

CentraleSupélec : d’ingénieur à directeur

« La formation d’ingénieur à la française octroie de nombreuses qualités inhérentes à la fonction de directeur général, à commencer par l’esprit de synthèse et la forte adaptabilité au contexte. Avant de rejoindre GOYER, je connaissais le monde de la façade d’un point de vue généraliste, aujourd’hui je le vois du côté industriel. Grâce à une formation comme celle que j’ai eu à CentraleSupélec j’ai pu aborder des problèmes aussi complexes que variés. »

Pensez à vous faire plaisir en priorité !

Ce qui ne cesse d’épater David Labardin chez les jeunes talents ? Leur approche du travail basée sur le plaisir et leur transparence dans les échanges. « Mais n’oubliez pas d’écouter, d’observer, de vous remettre en cause et de vous confronter à d’autres cultures. C’est ainsi que vous grandirez ! »

20 ans à l’international

Hong Kong, Chypre, Prague… David Labardin a effectué une grande partie de sa carrière à l’étranger. Une expérience qu’il recommande. « Le 1er prérequis dans un pays étranger est de rester humble pour convaincre et faire évoluer les autres mais surtout évoluer soi-même. Il faut savoir se diluer dans une culture différente sans parfois en maîtriser la langue. C’est une remise en cause perpétuelle mais qui vous permet de relever sans cesse de nouveaux défis. »

« Nous avons la chance d’effectuer un métier très visuel. Aucun autre corps d’État dans la construction ne se voit autant que la façade. »

Contact : labardin@goyer.fr

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter