Leader mondial de l’optique, Essilor innove et entraine le marché vers l’avenir. Sur l’égalité Femmes – Hommes, le groupe aussi montre l’exemple depuis de nombreuses années, avec des initiatives ambitieuses, comme nous l’explique Chrystel Barranger (ESSEC Business School 93), Présidente Europe Essilor international & Présidente Essilor Global Photochromics et Transitions Optical dans son interview.

 

« En tant que leader sur le marché de l’optique ophtalmique, nous devons montrer la voie en matière d’excellence technologique et d’innovation, mais aussi rendre nos produits accessibles au plus grand nombre » commence Chrystel Barranger, Présidente Europe Essilor international, Présidente Essilor Global Photochromics et Transitions Optical. « Travailler chez Essilor est porteur de sens : celui d’aider chacun à mieux voir, à protéger ses yeux si précieux, sa santé visuelle et contribuer à repousser les limites pour prévenir la myopie croissante, en particulier chez les enfants. C’est aussi étroitement collaborer avec l’ensemble de la filière optique et nos partenaires opticiens, être tournés vers le futur pour construire ensemble le marché de demain ». Né il y a plus de 170 ans et ayant grandi par acquisitions, Essilor (74 000 collaborateurs dans le monde) est resté un groupe entrepreneurial avec des Business Units indépendantes. C’est par exemple le cas de Transitions Optical, spécialisée dans les verres intelligents qui s’adaptent à la luminosité et protègent les yeux de la lumière. Une entité dont Chrystel Barranger a pris les rênes en 2017 : « Ces verres technologiques de dernière génération sont très adaptés à notre époque. Clairs à l’intérieur, ils se teintent au soleil. Ils sont donc pratiques et offrent une protection complète pour nos yeux aussi bien à la lumière bleue des écrans qu’aux rayons UV. Enfin avec leurs multiples couleurs, ils s’adaptent à tous les styles. Mon objectif est de mieux les faire connaître car une fois essayés, ils sont définitivement adoptés. Nous avons un immense potentiel devant nous et c’est un challenge passionnant ! »

 

 Une carrière sur la méritocratie

Et en matière de challenges, Chrystel Barranger en connaît un rayon ! Elle qui, au sortir de l’ESSEC, s’est vue proposer un poste avant même la fin de son stage au sein du département marketing de Kraft Foods (Carte Noire, Milka, Toblerone, LU, Oreo …). « J’ai adoré le marketing, il est au centre de la création de valeur : l’anticipation des tendances et besoins produits, la construction des expériences, des émotions de marques et la collaboration directe avec toutes les fonctions. J’y ai acquis une vision transversale de l’entreprise ». Et d’ajouter : « j’ai eu la chance d’être dans un groupe qui m’a fait confiance, j’ai pu grandir et prendre rapidement de plus larges responsabilités » De Chef de produit à Directrice de Catégorie, de Milka à Carte Noire puis Lu, Oréo ou Philadelphia ; de la France à la Suède puis la Suisse… Efficace, elle accède rapidement à de nouvelles responsabilités sur un périmètre européen et multi catégories pour devenir Vice Présidente Marketing Services Europe. « Quand j’ai commencé à monter dans la hiérarchie, que je suis finalement passée du marketing au business, j’ai senti que j’avais passé un cap. D’un coup, je me suis retrouvée à la tête d’un compte d’exploitation, avec la responsabilité des résultats commerciaux, de la R&D, des Opérations…». Une position qui lui convient où elle s’épanouit tout en emmenant ses équipes à se dépasser. Sa participation à l’International Women Forum lui a permis d’assumer pleinement sa capacité à prendre les responsabilités de Présidente Europe Fromages et Epicerie : « j’étais la première femme européenne du groupe à obtenir un poste de P&L au niveau régional ! »

 

De l’agroalimentaire à l’optique

En intégrant le Comité de Direction Europe, Chrystel est confrontée à certains comportements condescendants très vite « calmés » par d’excellents résultats opérationnels obtenus avec ses équipes se souvient-elle en souriant. Quelques temps après, elle décide de revenir en France à la recherche d’un nouveau challenge. Après un bref passage dans le consulting, elle rejoint le groupe Essilor. « Je souhaitais me tourner vers une industrie porteuse de sens et en forte croissance. L’optique cochait toutes les cases ». Et d’ajouter : « J’ai vu dans la filiale Transitions un vrai potentiel de marque, une forte tradition technologique et un périmètre global ». Ce changement réussit à Chrystel Barranger puisqu’elle s’est vu proposer fin 2019 la présidence de la division Europe d’Essilor International (en sus de ses responsabilités sur Transitions Optical). Là encore un sacré défi puisqu’il lui revient d’amener les équipes d’Essilor à se réinventer dans un contexte de marché en forte évolution, de transformation du groupe au sein d’EssilorLuxottica sur fond de crise sanitaire. « C’est intense, je ne m’ennuie pas une seule seconde ! »

>>>> Pour aller plus loin : Management, entreprise, Covid, c’est en temps de crise qu’on reconnait les meilleurs leaders !

Des initiatives porteuses

D’autant que chez Essilor, la place des femmes et leur bien-être professionnel font l’objet de nombreuses initiatives depuis plus de 10 ans. Avec un score de 94/100 à l’index de l’égalité Femmes-Hommes, le groupe fait même figure d’exemple à suivre. L’égalité salariale y a été instaurée depuis 2010 et un système de mentorat permet aux jeunes femmes d’être accompagnées dans leur progression. Le réseau Women@Essilor est aussi un bon moyen pour les femmes du groupe d’échanger. Enfin, un soutien à la parentalité permet d’envisager les grossesses de façon plus sereine, avec un retour accompagné et des conditions facilitées. « Toutes ces initiatives vont dans le bon sens : nous avons de très beaux potentiels féminins dans le Groupe, nous travaillons à les faire évoluer vers des postes de direction de l’entreprise. »

 

Energie, travail et… fun !

Sur la discrimination positive, Chrystel Barranger se montre partagée. « Certes, le talent devrait être le seul critère de progression. Mais il faut forcer cet équilibre pour qu’ensuite il puisse s’ancrer et perdurer » estime-t-elle. « Les postes de top management sont difficiles en soi : si les femmes doivent sans cesse combattre pour prouver qu’elles sont à la hauteur… ça peut être décourageant ». Aux jeunes diplômées qui s’apprêtent à rentrer dans la vie professionnelle, Chrystel Barranger réserve quelques conseils. D’abord, avoir de l’énergie, travailler à élargir ses expériences et ne jamais cesser d’apprendre et se développer. « Il faut pouvoir s’adapter. Garder un cap mais rester ouvert ». Bien sûr, il faut aussi du courage « car on a parfois envie de tout lâcher ». Mais le plus important est de ne jamais oublier le fun, le plaisir de faire ensemble. « Prendre tout sérieusement, mais sans se prendre au sérieux. Rester léger, authentique et humain. Pouvoir recharger ses batteries sans culpabiliser : savoir enlever son costume pour mieux le remettre ensuite ». Et de conclure : « Des obstacles, il y en aura, mais ne vous laissez pas impressionner. Ayez confiance en vous ! »

Le saviez-vous ?
6 milliards de personnes dans le monde souffrent d’une mauvaise vision.

 

Ma participation au Fellow Program de l’International Women’s Forum

« En 2010, j’ai pu participer à ce forum très sélectif de 3 semaines aux Etats-Unis dont la mission est d’accompagner les femmes leaders. J’y ai rencontré des femmes à haute responsabilité du monde entier, tous secteurs d’activité et administrations confondus. Une expérience incroyable à travers laquelle J’ai compris que les difficultés pour m’imposer en tant que femme, d’autres les vivaient également. Cela nous a permis à toutes de dépasser ce sentiment de frustration et d’injustice que nous vivions au quotidien. »

L’empowerment féminin pour moi…

« … Est un but nécessaire à atteindre! Les femmes ont tellement à apporter : on ne peut se priver des idées et de la dynamique d’une moitié de l’Humanité. Mais cela suppose qu’elles en aient envie. Et que la volonté existe aussi du côté du Comité de direction, car le pouvoir ne se donne pas toujours, il faut aussi savoir le saisir ! J’espère faire partie de cet empowerment et inspirer les plus jeunes. J’ai toujours pensé que je devais performer doublement, pour moi et pour la cause des femmes. »

Contact :

chrystel.barranger@transitions.com

zohra.chikh@transitions.com