À l’occasion de la première édition de son concours Stereotype busters, les référents Egalité des écoles membres et les entreprises  partenaires du concours se sont réunis le 19 mai au sein de l’établissement Arts et Métiers ParisTech, pour remettre leurs prix aux étudiant(e)s lauréats et aux écoles primées. Ce concours est une initiative du groupe Egalité femmes-hommes de la CGE, qui rassemble une centaine de référents Egalité des écoles membres.

Un concours sur les stéréotypes destiné aux élèves des Grandes écoles

 

 

20160519_163149_mayalen

L’objectif du concours était de faire réfléchir les étudiants sur les stéréotypes persistants. Ils étaient invités à présenter un projet original, sous forme de vidéo ou d’affiche, pour dépasser les stéréotypes sur les femmes et les hommes ancrés dans le monde professionnel, la vie quotidienne, la société dans son ensemble.  

Pour sa première édition, une centaine d’étudiants se sont mobilisés et ont envoyé 50 productions dont 33 affiches et 17 vidéos, réalisées soit en équipe soit individuellement. Au total, 21 écoles étaient représentées dont 14 écoles d’ingénieurs (EFREI/ESIGETEL, EIGSI, ENAC, ENSAM Angers, ESSTIN, Grenoble INP – ESISAR, Grenoble INP-PHELMA, HEI, INSA Toulouse, ISEP, ISAE-ENSMA, Mines St Etienne, Télécom ParisTech), 6 écoles de management (ESCP Europe, ESC La Rochelle, ESSEC, ICN, Kedge BS, NEOMA Business School) et une école d’architecture (ENSA de Paris-Belleville). 

Un concours soutenu par cinq entreprises et une association

Ce concours est encouragé par cinq entreprises fortement engagées dans l’Egalité FemmesHommes : Groupe ADP, EDF, SCA, SNCF, Veolia et l’association « Elles bougent », qui suscite des vocations féminines pour les métiers d’ingénieurE et de technicienne dans l’industrie.  Un jury composé de référents d’écoles et des représentants des partenaires s’est réuni en février et a décerné :

Cinq Prix dans la catégorie  AFFICHE remportés par

  • Prix  de la meilleure affiche (participation individuelle) : Cécile Bottero, ESSEC, remis par EDF
  • Prix Jeune public : Timothée Barbot,  Manthiata Sakho, Caroline Chiale  EFREI, remis par l’association Elles Bougent
  • Prix de l’Egalité professionnelle : Pauline Lor,  Avila Breme, Christophe Chieu, Auguste Charlery, EFREI, remis par SNCF Prix Grand public : Dorian Tinarrage, Sibylle Haurou-Bejottes, Kevin Pastier, Alicia Fauvin, Kedge Business School, remis par SCA Prix Coup de cœur : Mayalen Etcheverry, élève de Télécom ParisTech, remis par la CGE

20160519_101827

Deux premiers prix ex-aequo dans la Catégorie VIDEO :

  • Grenoble INP Phelma : Valentin Ramez , Carole Le Goc, Christopher Filosa, remis par le Groupe ADP
    Communiqué de presse Paris, le 24 mai 2016
  •  EIGSI La Rochelle : Thibaud Laloux, Jordan Begaud, Rémi Fouché, Cyril Périé , remis par VEOLIA

Deux écoles ont été récompensées pour la grande mobilisation de leurs équipes et de leurs élèves : EIGSI et groupe EFREI.

La journée annuelle des référents Egalité Femmes-Hommes : perspectives internationales de l’Egalité

La journée des référents a notamment abordé cette année  le thème de l’égalité F/H dans l’enseignement supérieur à l’international avec des interventions de représentantes d’universités étrangères (NTNU, Norvège et université de Gand, Belgique).  Par ailleurs, les réponses sexuées de l’enquête Universum 2016 en France et à l’international ont été présentées, permettant de mettre en lumière les différences d’appréhension du sujet par les étudiants et étudiantes en Europe et l’influence des stéréotypes selon les pays.   À cette occasion, ont également été présentées quelques actions phares des écoles en matière d’égalité F/H et les résultats du baromètre Egalité 2016 de la CGE.

Résultats du baromètre Égalité 2016 de la CGE : progression des indicateurs

Les variations les plus notables sont

  • Féminisation des instances de direction, notamment les Conseils d’Administration (+ 10 points de 19 % en 2015 à 29 % en 206) ;
  • Augmentation du nombre d’actions entreprises en faveur de l’égalité F/H au sein des Grandes écoles ;
  • Progression de la mesure de l’impact des actions (passage de 22 % des écoles qui mesuraient l’impact en 2015 à 39 % en 2016)
  • Féminisation des promotions écoles d’ingénieurs (+ 4% chez les répondants, passant de 24 à 28 %)

Les écarts de salaire entre jeunes diplômés H/F demeurent sensibles, ceux entre personnels des Grandes écoles également, à l’exception des rémunérations des enseignants (catégorie A des établissements publics) pour lesquelles une réduction de l’écart H/F est observée (moins 3 points).

 

20160519_EIGSI