Une nouvelle fois, l’EPITA s’impose comme un acteur incontournable de la formation d’ingénieurs en Intelligence Artificielle. L’école lance un nouveau diplôme pour la rentrée 2019 : Master of Science in Artificial Intelligence Systems. Pour des jeunes diplômés prêts à en finir avec le combat IA VS humain ! Explications avec Rabih Haddah, responsable des Programmes Internationaux.

 

IA par-ci, IA par-là, le mot est sur toutes les lèvres, dans tous les esprits. Buzz word ou arme secrète ? Lors la conférence TIC & Géopolitique organisée par l’EPITA le 13 décembre 2018, on s’interrogeait. Si les uns sont prêts à vivre dans un monde piloté par l’Intelligence Artificielle, d’autres se méfient encore (la faute aux films de science-fiction ?). « L’utilisation malveillante de l’IA est bien réelle. Comme la technique de persuasion des algorithmes utilisée pour diffuser des fake news. Mais ces problèmes peuvent largement être endigués en remettant l’humain dans la boucle », signale Amal El Fallah Seghrouchni – professeure à l’Université Sorbonne, chercheuse en Intelligence Artificielle au LIP6 et au CNRS. Institution humaine et IA, le bon combo !

Amal El Fallah Seghrouchni et Cédric Villani présents lors de la conférence de l'EPITA.

Amal El Fallah Seghrouchni et Cédric Villani présents lors de la conférence de l’EPITA.

Cédric Villani, chargé du rapport Donner un sens à l’Intelligence Artificielle commandé par le Premier ministre, rejoint sa collègue intervenante. « Il faut s’adapter à la technologie et la technologie doit s’adapter à nous, et de nouveaux métiers feront leur apparition. Le futur de la technologie dépend de vous ! » L’IA, plus que jamais au cœur des enjeux sociétaux. La révolution est en marche.

Alors à la question posée durant la conférence, faut-il mettre l’IA au cœur des cursus ? Beaucoup de mains se lèvent parmi les étudiants de l’EPITA. « En tant qu’étudiant, il est encore difficile d’avoir du recul sur les enjeux réels de l’IA, d’un point de vue économique et éthique notamment. Nous avons besoin d’être formés », est convaincu Zinedine Rebiai, étudiant en cycle ingénieur.

Aussitôt dit, aussitôt fait ! L’école d’ingénieurs en informatique, acteur historique de la formation en Intelligence Artificielle, lance un nouveau diplôme pour la rentrée 2019 : Master of Science in Artificial Intelligence Systems, accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE). Rabih Haddah, responsable des Programmes Internationaux, présente cette nouvelle formation pour les talents digitaux de demain.

Une présentation de ce nouveau diplôme ?

C’est un programme inédit sur la data science et l’IA, 100 % en anglais, sur 18 mois (760 heures de cours). Une année à l’école, puis 6 mois de stage. La formation est ouverte à tous les étudiants français et internationaux et dispensée par des professeurs de l’école et des professionnels, venus des quatre coins du monde aussi.

Pourquoi l’avoir créé ?

Rabih Haddad est le responsable des Programmes Internationaux à l'EPITA

Rabih Haddad est le responsable des Programmes Internationaux à l’EPITA

Tout le monde parle de l’IA. C’est un sujet très actuel qui explose dans nos sociétés et les entreprises ouvrent de plus en plus de postes dans le domaine. Mais elles peinent encore à recruter des profils aguerris sur l’IA, ses enjeux et ses objectifs. Surtout en France. A l’international, les formations sont plus nombreuses. Le besoin est urgent.

Vers quels métiers mène-t-il ?

Diplôme en poche, les jeunes diplômés pourront accéder à des postes tels que data scientist, chef de projet, manager, machine learning engineer… Et des postes qui n’existent même pas encore ! Les entreprises ont besoin de spécialistes de l’IA mais généralement, elles ne savent pas encore pour quoi ni comment. Aussi, nous orientons nos étudiants vers la partie business, avec un bagage technique solide, pour qu’ils puissent aider les entreprises à maîtriser l’IA de la façon la plus performante et compétitive qui soit.

Quels sont les types de cours ?

Le programme est basé sur trois axes : les mathématiques, la programmation et les softskills. Les cours sont plus pratiques que théoriques. Et lors du dernier semestre, cinq projets leur seront proposés : cybersécurité, marketing, medical system, NLP (Natural Language Processing), smart building et IoT. Objectif : se spécialiser.

Top 3 des points forts de la formation ?

  • Le mix entre compétences commerciales, scientifiques et humaines
  • Les cours 100 % en anglais et les professeurs à 50 % internationaux
  • Les débouchés et les perspectives d’avenir dans les entreprises

Comment peut-on l’intégrer ?

Tous les étudiants français ou étrangers en Bachelor, diplômés d’un Bac+4peuvent déposer un dossier de candidature, quel que soit leur majeure : informatique, électronique, biomédical… Nous ne voulons pas spécialement privilégier les profils IT. C’est surtout la capacité d’apprendre, la motivation et le niveau d’anglais de l’étudiant qui nous pousseront à sélectionner son dossier, puis à le choisir à l’issu d’un entretien à distance. Pour le lancement à la rentrée 2019, nous n’avons pas limité les places et les frais d’inscriptions s’élèvent à 18 000 €. Une rentrée décalée est prévue en mars 2020.