Ingénieur polytechnicien (X 2000), Romain Beaume a vite troqué son bicorne pour une incroyable collection de casquettes. Docteur en Economie et Sciences sociales, ingénieur au Corps des Mines, enseignant à l’X et aujourd’hui business developer en e-mobilité chez Watt & Well, son parcours a de quoi vous inspirer. Rencontre. 

 

Watt & Well en un pitch ?

Nous voulons équiper  en électronique de puissance et co-innover avec tous ceux qui entreprennent dans des domaines industriels tels que l’Oil & Gas, la mobilité électrique, le spatial. Nous travaillons sur des défis d’actualités qui font rêver les jeunes tels que les nouveaux lanceurs  ,   .

 Votre métier entre dans le dictionnaire 2020 : votre définition ?

Je développe les activités commerciales de mon entreprise… mais ne me limite pas à de la direction commerciale. Je participe aussi à la conception des produits. Evidemment, je ne conçois pas les composants électroniques, mais je connais les paramètres pour qu’ils le soient en fonction des enjeux techniques, commerciaux, règlementaires…

Ingénieur pour toujours donc ?

Absolument ! Quand on est ingénieur, on crée des ponts là où il n’y en a pas et on casse des silos là où ils sont de trop. C’est un travail de connexion et de construction, ce qui synthétise à merveille tout ce qui m’a animé jusqu’à présent.

Sortir des cases, votre marque de fabrique ?

Après ce parcours très carré, j’ai effectivement multiplié les expériences. Doctorat, enseignement et recherche à l’X, direction du partenariat « Institut de la Mobilité Durable » Renault / ParisTech et aujourd’hui business developer chez Watt & Well… Mais ce n’est pas pour autant que je sors des cases. Je participe à leur création, je les adapte à mon profil, même si c’est parfois un peu complexe. Et ce dès mes stages. En première année à l’X, j’ai choisi de faire mon service chez les Commandos de l’Air et de travailler pour la Section d’Instruction Militaire de la BA701. Une expérience unique (il n’y avait qu’un poste de ce type) et géniale. Et j’ai eu la chance de voir la Patrouille de France s’entrainer quasiment tous les jours et même de voler dans un Mirage 2000.

Vous êtes aussi un business angel. Votre conseil à un jeune X tenté par l’entrepreneuriat ?

Sois conscient du risque et fais de l’incertitude ton alliée. L’entrepreneuriat c’est comme le casino, on y va avec ce qu’on est prêt à perdre, pas avec une CB illimitée.

Votre message de mentor ?

Ne vis pas la vie d’un autre. Fais-toi confiance, tu es ton premier ambassadeur. Avant de demander conseil à quelqu’un, ose parler avec toi-même.

La date clé de Polytechnique que vous n’oublierez jamais ?

Le 18 octobre 2001. La Nuit de la Rentrée et ma première sortie officielle avec celle qui allait devenir mon épouse elle aussi promo 2000. Nous nous sommes rencontrés lors de l’installation dans les Caserts. Elle m’a vu arriver avec mes carreaux de moquette et mes pinceaux pour refaire ma chambre et ça l’a interpellée ! Elle avait la télé, moi un frigo ce qui nous a valu de belles soirées débats lors de la présidentielle de 2002, la première fois que nous avons voté. Je pense aussi à juillet 2000, la date des résultats du concours d’entrée. J’étais très heureux et c’était la première fois je voyais mon grand-père pleurer. Quelle émotion.

#SouvenirDePromo Juillet 2002. Malgré l’entrainement, je ne marchais pas assez synchro. J’étais à deux doigts de ne pas pouvoir défiler le 14 juillet et de finir réserviste. J’ai finalement réussi à arpenter les Champs Elysées, mais après des semaines de stress, j’avais besoin d’évacuer la pression. Avec Nicolas, Aurélien, Bruno et Dudule (il se reconnaitra !), des copains du Binet Vélo dont j’étais président, nous sommes partis juste après pour faire Grenoble / Menton en deux roues. Un mois mémorable.

Et dans 20 ans : mon regard sur le monde de demain

 

CONTACT : romain.beaume@wattandwell.com

Generix Group : d’une entreprise française to be au BtoB à l’international

Generix Group édite des logiciels pour la supply chain pour les écosystèmes industriels, logistiques et du retail du monde entier. Success story.

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Intégrer le monde des Nanotechnologies avec Mentor, une société du groupe Siemens!

Leader mondial de l’EDA, Mentor, une société du groupe Siemens conçoit et vérifie des circuits électroniques et des logiciels embarqués, explique Bruno Garnier, Director Operational Programs.

DORIS Engineering : Rejoignez les architectes de l’énergie en mer

DORIS Engineering construit sa réputation sur le design de superstructures pour le monde maritime. Rencontre avec Xavier Grandiaud, Directeur Général Délégué et Olivier Benyessaad, Head of Business Développement.

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.

Talkwalker & Société Générale : la tech made in Luxembourg

Respectivement CEO de Talkwalker et Global Head of Market Solutions and Digital Transformation Officer à la Société Générale, Robert Glaesener et Bertrand Kauffmann ont deux points communs : l’innovation et le Luxembourg.