L’innovation et l’industrie 4.0 pour répondre aux défis environnementaux, préserver les ressources disponibles et les renouveler. Tel est le challenge proposé aux profils IT de Veolia et que relève l’équipe DSI emmenée par son CIO Didier Bove (Centrale Marseille 94).

 

Pitchez Veolia à un jeune diplômé !

L’ex Compagnie Générale des Eaux, c’est plus de 160 ans d’histoire ! Malgré cela, Veolia n’a jamais été autant en phase avec son temps. Le groupe intervient dans plus de 50 pays dans les domaines de l’eau, de l’énergie et des déchets. Notre programme stratégique Impact 2023 ? Devenir  l’entreprise de référence pour la transformation écologique. Comment ? En renforçant nos activités ayant un impact fort dans la protection de l’environnement, comme  le traitement des déchets dangereux ou le recyclage des matières plastiques notamment.

Veolia est déjà rentré dans l’industrie 4.0 ?

Absolument ! Nous remontons les données de nos capteurs dans le cloud pour les analyser, traiter les alarmes et traiter les données historiques pour se projeter dans le futur. Les algorithmes de machine learning nous permettent de largement améliorer nos processus. Dans le recyclage, nos robots font de la reconnaissance d’image grâce à l’IA pour traiter les différents types de plastique de manière automatique.

Le + de Veolia ?

C’est justement d’imaginer des solutions innovantes là où d’autres voient des problèmes. Prenons les déchets dont on ne sait plus quoi faire. Nos usines de traitement récupèrent la chaleur des effluents pour chauffer les ateliers, le biogaz des effluents repart dans les réseaux urbains ou dans des centrales électriques, les résidus de boue sont utilisés comme sources d’engrais dans les champs, etc.

Quels sont les nouveaux terrains de jeu de la DSI ?

A Centrale Marseille, j’avais choisi l’option « Génie des procédés ». L’informatique étant l’outil de base pour décrire ou simuler une usine, j’ai toujours considéré l’IT comme un moyen de transformer le business. C’est dans la proximité avec les activités métier, dans la capacité à comprendre leurs problématiques qu’on peut, ensemble, inventer un futur appuyé sur des nouvelles technologies en adéquation avec les attentes du business.

Le positionnement de Veolia face aux startups innovantes ?

Nous ne sommes pas en concurrence, bien au contraire ! Notre objectif est de mieux scruter et repérer les apports du monde extérieur. Beaucoup travaillent avec nous dans tous les pays car nous visons à nous enrichir mutuellement des expériences et des savoir-faire. Notre « Innovation Initiative »  repose d’ailleurs sur l’open innovation.

Vos « do’s & don’t » pour le recrutement de profils IT ?

Je considère que l’attitude est au moins aussi importante que l’aptitude. Plutôt qu’une armée de mercenaires ou d’experts qui ne cherchent qu’à imposer leur point de vue, je préfère une équipe moins experte qui pousse dans le même sens ! Pour moi, l’état d’esprit l’emporte sur la technologie. C’est la diversité − des profils, des compétences, des genres et des parcours − qui amène la richesse.


L’instant M comme « aime », à jamais gravé dans votre mémoire ?
Lors d’un stage réalisé dans une grosse entreprise de pétrochimie, j’ai vraiment réalisé et touché du doigt ce que voulait dire l’empreinte environnementale des activités humaines et industrielles. Si je me suis ensuite retrouvé chez Veolia, c’est en partie grâce à cela. Je me sens aligné dans l’activité que je gère aujourd’hui avec ce que j’avais ressenti à ce moment-là.

Contact : www.veolia.com/fr/carrieres

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.