Transition énergétique, transformation numérique… EDF est au cœur des grands enjeux sociétaux. Et pour y répondre, le Groupe compte sur François Raynaud (EFREI 85), DSI d’EDF Commerce.

 

C’est quoi être DSI en 2020 ?

Le SI est devenu une activité métier comme une autre, de plus en plus contributrice à la performance de l’entreprise. Le DSI est aujourd’hui « coresponsable » des engagements de l’entreprise et du développement de son activité dans la durée. En ce sens, il fait partie du Comité de Direction au même titre que tout autre Directeur, ce qui n’était pas le cas il y a une dizaine d’années encore.  

Quelles transformations majeures ont affecté la DSI ?

L’évolution de la technologie tout d’abord. Aujourd’hui, tout le monde a accès à la puissance de calcul ou de transfert de données, ne serait-ce que via son téléphone portable. Résultat, les entreprises ont digitalisé leurs processus. Le système d’information constitue l’outil de la relation business en temps réel et la DSI, un moteur de la transformation de l’entreprise. En parallèle, les technologies et les méthodes de travail sont devenues beaucoup plus collaboratives, réduisant la frontière entre les métiers et le SI. Cette proximité amène les équipes à être multi-compétentes.  

Comment manager ces transformations ?

La DSI est une Direction techniquement exigeante, qui évolue vers un centre d’expertises capable de mettre à disposition des compétences spécialisées. Mon rôle est donc d’assurer l’animation managériale en vue d’intégrer de nouvelles compétences, de les articuler entre elles en fonction des besoins des métiers et de développer celles en place. La DSI se positionne ainsi dans une boucle d’amélioration continue. Le portrait du nouveau DSI « Demain, le DSI devra être à la fois stratège et pompier sauveteur de l’extrême (en situations d’urgence). Il devra posséder un esprit très opérationnel, être pragmatique dans ses choix, influenceur et visionnaire. Un vrai couteau suisse capable de travailler à la fois en temps réel et à un horizon de trois ans. Ses compétences humaines lui permettront de motiver ses équipes et de gagner la confiance des métiers. »  

Comment intégrez-vous les jeunes dip’ à la DSI ?

Je leur explique, sans langue de bois, quelle est notre stratégie et les implique dans nos processus de décision. La jeune génération a non seulement besoin de comprendre mais aussi d’adhérer à la stratégie. Il est donc très important de prendre en compte leurs avis. Nous avons également repensé notre organisation et supprimé des lignes managériales pour favoriser un contact direct entre managers et collaborateurs.  

Quels postes peuvent-ils occuper ?

Tout dépend de leur niveau de maturité et de leur envie. Un(e) jeune diplômé(e) avec le sens de la technologie mais aussi des compétences humaines aura l’opportunité de piloter un petit projet tel que le renouvellement d’une application ou un PoC. Mais si un informaticien est passionné de technologie, alors il sera amené à intervenir sur des projets techniques. Nous embauchons des profils variés et spécialisés, comme des data scientists, des ingénieurs cyber, des concepteurs-développeurs cloud ou SaaS, des profils orientés IA et bots, ou capables de travailler sur la reconnaissance du langage naturel.  

Parole de manager : ce qui fait la différence en entretien ?

Mon premier réflexe est de me taire et d’écouter. Dès que je sens ce qui fait briller les yeux d’un candidat, alors je lui montre pourquoi il doit nous rejoindre… ou pas. C’est le but de l’entretien : nous faire mutuellement « briller les yeux » et montrer que l’aventure est possible. Et si on ne trouve pas cette étincelle, d’un côté comme de l’autre, alors mieux vaut en rester là. Le coin des alumni « L’EFREI m’a permis de comprendre que les connaissances techniques ne duraient qu’un temps et m’a donné les clés pour me former et m’adapter en continu. L’école m’a fourni la boîte à outils pour être performant demain… et ça fait des années que ça dure ! »    

« On ne fait bien que ce qu’on aime. Si vous hésitez entre le cœur et la raison, le cœur finira toujours par reprendre le dessus, alors foncez ! »

Contact : rubrique Recrutement www.edf.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.