Anne Le Guennec (UTC 99) a intégré Veolia en 1998 en tant que responsable d’exploitation. Aujourd’hui Directrice Générale de l’activité Recyclage et Valorisation des déchets (RVD) de Veolia en France, elle dirige 15 000 collaborateurs et gère un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Rencontre.

 

Parlez-nous de l’activité Recyclage et Valorisation des déchets de Veolia. Est-ce une entreprise 100 % « green » ?

©Médiathèque Veolia

Cette activité de Veolia couvre toute la chaîne de valeur de la gestion des déchets : de la collecte, auprès des entreprises et des ménages, au tri, en passant par le recyclage, la valorisation énergétique et le traitement des déchets ultimes. Nous nous inscrivons totalement dans la création d’une économie circulaire, ce qui fait bel et bien de Veolia une entreprise « green ». Cette approche concerne toutes nos parties prenantes – clients, collaborateurs, citoyens, actionnaires – dont la prise en compte est au cœur de notre raison d’être. Chacun se définit comme  un « ressourceur », mobilisé pour protéger l’environnement.

La crise sanitaire a rendu vos métiers encore plus visibles et indispensables. Est-ce le début d’une nouvelle ère ?

Pendant cette crise, pour des raisons sanitaires évidentes, nos équipes ont réalisé un travail remarquable, et remarqué par la population, pour assurer la continuité du service de la collecte et du traitement des déchets. A cet égard, la pandémie sera peut-être un révélateur pour reconstruire un monde plus vertueux, rééquilibrer nos modèles et créer des boucles plus résilientes et courtes, en sécurisant les approvisionnements, notamment de matières premières recyclées. Nous appelons de nos vœux une reprise à la fois sociale et écologique. D’autant que cela va dans le sens des aspirations exprimées de plus en plus fortement par les Français ces dernières années.

Quel sens trouvez-vous à votre métier de Directrice Générale ?

Je travaille chez Veolia depuis 22 ans. J’ai de la chance car le groupe donne beaucoup de sens à ses métiers, en étant utile au quotidien à la société. En tant que Directrice Générale, je m’inscris dans cette logique car j’ai le devoir d’orienter l’entreprise vers les métiers de demain. Et c’est passionnant !

Dans l’ingénierie, peu de femmes… Comment favoriser la montée en puissance des talents féminins ?

Chez Veolia, nous agissons pour plus de diversité. Si nos métiers ne sont pas toujours prisés des femmes, demain, leur évolution les rendront plus attirants. Pour cela, nous devons promouvoir les filières émergentes, comme l’écoconception des produits ou la digitalisation de nos processus. Mon comité exécutif est composé à 33 % de femmes. La diversité des qualités professionnelles et humaines, des formations et des parcours y constituent une complémentarité très importante. Il faut donner la chance aux femmes d’accéder à ces niveaux de responsabilité. Et qu’elles se fassent confiance elles-mêmes.

Selon vous, quel sont les principaux atouts des diplômés de l’UTC ?

L’adaptabilité et la polyvalence sont au coeur de l’état d’esprit UTC. Dans mon cas, cela m’a permis, en 20 ans, de passer au sein de Veolia de l’activité propreté à celle de l’eau puis à l’efficacité énergétique, le tout sur trois continents. Au-delà de son réseau important, c’est l’une des forces de cette école : l’UTC a su adapter ses parcours aux besoins des entreprises. C’est aussi une formation technique rassurante, qui donne des repères pour appréhender les différentes fonctions de l’entreprise. Ce sont des éléments très importants aux yeux de ceux qui recrutent.

Quels défis les jeunes diplômés pourront-ils relever à vos côtés ? 

Les principaux défis prennent racine dans les évolutions liées à la ville de demain, à la ville de l’après Covid-19. A titre d’exemple, la transition énergétique implique de nombreux process : services à la ville, mesure de la performance avec les « smart cities », maintenance prédictive, machine learning… Autant de métiers à opportunités pour les ingénieurs UTC de demain.

A quel poste commencer sa carrière chez RVD ? 

J’attache beaucoup d’importance à un passage par l’opérationnel, sur le terrain. 35 % de nos effectifs sont des agents de collecte, il faut savoir ce que cela signifie. Peu importe le type de contrat, l’essentiel est de s’y confronter. Derrière, les passerelles sont nombreuses. Veolia est une communauté engagée avec un esprit d’équipe et un enthousiasme très marqués. Quand on y a goûté, il est difficile de s’en défaire. Venez chez nous, et devenez vous aussi des ressourceurs !

 

Contact : servicerecrutement.vrvd@veolia.com

 

Chiffres clés : 15 000 collaborateurs / 2,5 milliards € de CA / 450 installations

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.