La multiplication des plateformes 3.0 n’impacte pas seulement nos modes de consommation. Elle bouscule également notre façon de travailler. Équilibre vie privée/ vie professionnelle, relation au travail et à la hiérarchie, rapport au temps :  pour attirer et fidéliser les talents, les entreprises vont devoir changer de logiciel pour adapter leurs modes de fonctionnement aux aspirations des jeunes diplômés.

 

Le sens avant le statut

Remise en question du statut de salarié ou mutation du rapport au travail ? Ce sont désormais le sens du travail en lui-même et les valeurs portées par l’entreprise qui s’affirment au cœur des priorités des fameux Millennials, avant la stabilité ou les conditions strictement matérielles. Acquérir de nouvelles compétences, développer leurs « soft skills », bénéficier d’une diversité de missions : ils sont avant tout à la recherche d’un poste qui stimule leur curiosité et leur ouvre l’esprit.

La bête noire : l’ennui !

Moins à la recherche d’un CDI que d’un épanouissement personnel, les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à préférer aux carrières balisées une succession de CDD, synonyme de liberté. Ou pourquoi pas cumuler statut salarié et statut free-lance : l’essentiel est de pouvoir développer toujours plus de savoir-faire et de nourrir leurs passions.

« S’engager à titre personnel passe souvent avant l’engagement pour l’entreprise. »

Un rapport au temps différent

Si le CDI subsiste parmi les voies possibles pour s’insérer dans le monde du travail une fois le diplôme en poche, il est souvent perçu comme une première étape pour acquérir de l’expérience professionnelle et du réseau, avant de se tourner vers d’autres modalités au bout de deux / trois ans. Besoin de retourner dans sa région d’origine, envie de tenter pour un temps l’aventure de l’expatriation, volonté de se réaliser en créant sa startup avant de revenir au salariat si le projet ne marche pas, statut free-lance pour pouvoir travailler tout en voyageant pendant plusieurs mois : les raisons de choisir des alternatives au sacré Graal du CDI sont multiples. Les jeunes générations fonctionnent par étape quant à leur carrière professionnelle, avec un rapport au temps différent de celui de leurs aînés.

Changer de logiciel ou ne plus être à jour

Face à ces mutations profondes du rapport au travail, les recruteurs se retrouvent confrontés à des enjeux d’attractivité inédits. Comment attirer et, surtout, comment garder des jeunes talents ? Comment proposer davantage de flexibilité tout en nourrissant le sentiment d’appartenance ? Comment concilier engagement au travail et aspiration à la liberté des « Millenials » ? Une première piste, parmi d’autres, pourrait consister à proposer des CDI à temps partiel, permettant de cumuler plusieurs activités ou de réaliser des projets personnels.

Les auteurs sont :

Nathalie Schwartz

Marianna Gyapay, Directrice de l’insertion professionnelle de l’ISIT et Nathalie Schwartz, Directrice des relations entreprises

www.isit-paris.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.