Communiqué de presse :

En développant son offre de formation continue, Supméca souhaite mettre au service des cadres techniques de l’industrie française son expertise technique et son savoir-faire. En janvier 2020, elle structure son offre autour d’un département dédié.

 

Créée en 1948 en tant qu’école d’application de l’École polytechnique, Supméca (alors Institut supérieur des matériaux de la construction mécanique), avait pour vocation de former des ingénieurs métallurgistes capables de concevoir et de réaliser des chars, des canons, des missiles de qualité au moins équivalente aux armements russes ou américains.
Le contexte géopolitique aidant, l’école — devenue Supméca en 2003 — s’est recentrée sur la formation d’ingénieurs mécaniciens dédiés à l’industrie aéronautique et spatiale. Aux côtés de son cursus ingénieur, accessible sous statut étudiant ou par apprentissage, l’établissement public a développé une activité de formation professionnelle de très haut niveau scientifique.
Jusqu’à présent, l’offre se limitait à l’organisation de séminaires de courte durée (deux à trois jours), sur des thématiques scientifiques et industrielles de niche, pour des auditeurs « triés sur le volet ». En 2020, Supméca franchit un cap dans le développement de ce segment : l’école ouvre un département entièrement dédié à son offre de formation continue.

En 2020, un département dédié à la formation professionnelle

Dirigé par Alain Rivière, directeur de l’école jusqu’au 15 février 2020, le département d’Executive Education proposera à des apprenants français et étrangers des formations de longue durée (douze à vingt-sept mois). Elles délivreront le diplôme d’établissement EME, Executive Master of Engineering, créé par Supméca en 2018 et d’ores et déjà opéré en Afrique.
« Les cadres techniques de l’industrie française ont tous eu une formation initiale supérieure de deux à cinq ans. Mais cette dernière, souvent généraliste, ne leur a pas permis d’approfondir certains champs techniques, qu’ils doivent maîtriser dans le cadre de leur emploi, détaille Alain Rivière. Au cours de leur carrière, ils sont donc confrontés à un besoin de formation complémentaire en finance, en gestion de la complexité, en gestion des données, etc. ». C’est pour répondre à ce besoin que Supméca a imaginé l’offre portée par son département Executive Education.

  • Création d’un nouveau diplôme d’établissement, EME (Executive Master of Engineering), pensé comme un équivalent des MBA. Le diplôme s’adresse à un public de cadres en postes (ingénieurs de métiers occupant un poste d’ingénieurs sans en avoir le titre, cadres supérieurs).
  • Une formation en blended learning : le cursus se déroule en ligne, en pédagogie inversée via la plateforme Moodle, avec des regroupements mensuels notamment pour mener des études de cas.
  • Depuis avril 2018, la formation est opérée en Afrique, majoritairement en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Le cursus a fait ses preuves sur place : le premier EME, consacré à la logistique, a d’ores et déjà formé 200 apprenants. Dès avril 2020, les EME seront ouverts au public français.
  • Le modèle EME permet de réduire les coûts de formation, l’EME étant proposé à 2700€ pour l’EME 2 (d’une durée de 12 mois) et à 1400€ pour l’EME 1 (d’une durée de 8 mois environ). C’est une volonté de Supméca de proposer des formations accessibles, dans une démarche de promotion sociale.