POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

L’Interview Initiales de Florence Legros, ICN BS

Interview Florence Legros ICN
crédit ICN

Trois mots répondant aux initiales ICN pour résumer les ambitions et les projets de la 14e business school française à avoir reçu la triple couronne ? C’est le pari que relève sa directrice Florence Legros dans son Interview Initiales.

Indispliscinarité

Interview Florence Legros ICN
© ICN BS

L’idée de casser les silos disciplinaires est dans l’ADN de l’ICN depuis sa création. Aux termes d’hybridation, d’interdisciplinarité ou de transdisciplinarité je préfère celui d’indisciplinarité. Une dynamique incarnée par le dispositif ATM (pour Arts, Technologie et Management), déployé sur tous nos campus avec nos partenaires locaux. Celui-ci permet à nos étudiants de passer 20 % de leur formation à travailler avec des étudiants d’autres écoles sur des projets proposés, pour la plupart, par des entreprises partenaires. Des projets portant sur des thématiques classiques (comme la ville de demain par exemple) ou plus originales, comme ce projet récemment proposé par Givaudan autour de la création du contenant d’un parfum pour les JO 2024. Un projet réalisé avec des élèves de Politecnico di Milano. Fiers d’avoir été pionniers sur cette dynamique qu’adressent aujourd’hui de nombreuses business schools, nous poursuivons le développement de nos partenariats. Un développement incarné par Station A, un espace entièrement dédié à la transdisciplinarité, la créativité et l’innovation pédagogique, doté de mobilier très innovant et qui fait la part belle aux salles de projets et à l’innovation sous toutes ses formes.

Pour l’ICN, l’indisciplinarité est une discipline internationale !

Avant même l’obtention de la triple couronne, l’ICN a souhaité recentrer sa politique partenariale autour de partenaires académiques titulaires d’accréditations internationales et ancrés, comme elle, dans l’indisciplinarité. Pour concrétiser cette dynamique, nous sommes en train de créer le Club ATM, un réseau de partenaires privilégiés. Celui-ci permettra notamment d’organiser des semaines internationales entre les étudiants des établissements membres du consortium.

Collectif

Là encore, un élément phare de l’ADN de l’ICN qui mise depuis toujours sur l’accompagnement de ses étudiants. Un accompagnement que nous souhaitons davantage structurer autour d’une direction dédiée, le Student success. Nos élèves auront ainsi accès à la plateforme ASQ pour poser toutes leurs questions, qu’elles aient trait à leur parcours au sein de l’école, à leurs expériences internationales, à leur année de césure, à la préparation à un double diplôme, à la construction de leur projet professionnel etc. Celles et ceux qui en ont besoin pourront également être accompagnés sur des questions plus personnelles (financement de leurs études, bien-être psychologique etc.).

Newton

L’unité de la force et le symbole de la force qu’on entend donner à notre communauté. La force d’entreprendre, d’innover, d’être toujours plus plastiques, de grandes qualités que les entreprises reconnaissent à nos étudiants et diplômés.  

La lettre bonus

Développement Durable et responsabilité sociale

Toutes les études montrent que les étudiants qui se sont frottés à plusieurs disciplines lors de leur formation ont un sens plus aigu de la citoyenneté. Forte de son indisciplinarité, l’ICN est donc naturellement ancrée sur les enjeux de développement durable et de RSE. Notre impact en la matière est d’ailleurs un point central de notre prochain plan stratégique. Preuve de notre engagement DD&RS : l’ICN est la seule école française indépendante à disposer d’une chaire UNESCO, la chaire Arts et Sciences dans le cadre des Objectifs de Développement Durable. Côté RSE, nous sommes aussi très fiers de notre note de 96/100 à l’Index Egalité femmes-hommes (la moyenne nationale des entreprises françaises s’élève à 86/100 en 2022 ndlr). Une très bonne note qui ne tient pas seulement au fait que l’école soit dirigée par une femme !

***

Quoi de neuf à ICN Business School ? – L’interview de Florence Legros

ICN Business School (ICN BS) est devenue en 2020 la 14e école de management française à posséder la triple couronne. Comment compte-t-elle surfer sur ce succès pour accélérer son développement et booster la réussite de sa communauté ? Le point avec sa directrice Florence Legros. Interview réalisée en septembre 2021

ICN BS ressent-elle déjà « l’effet triple couronne » ?

Indéniablement. C’est un vrai facteur d’attractivité pour les étudiants. Pour preuve, nous avons battu le record de France du taux de croissance de candidats BCE avec un bond de + 23 % (vs -1.6 % de candidats en moyenne nationale). Et nous avons aussi fait plus que le plein du côté du Bachelor.

Et au niveau des partenariats ?

J’ai l’habitude de dire que nous sommes « redevenus fréquentables ». Si nous avons connu des hauts et des bas ces dernières années, le mandat que j’ai reçu en arrivant à l’ICN était de conserver son statut de grande école internationale, basée en France et indépendante. Je dois dire que dans ces contraintes-là, la triple couronne est la bienvenue ! Elle nous confère une légitimité libératrice qui nous permet de nouer des partenariats nationaux et internationaux avec de très belles institutions. Nous prévoyons par exemple de jolies choses avec l’Ecole Boule, l’Académie Charpentier ou l’ENSGSI et sommes en train de bâtir un double diplôme avec une école de design italienne.

Le Bachelor d’ICN BS est classé N°1 cette année. Ses atouts ?

Je citerais d’abord la qualité de notre corps professoral et de notre recherche. Ensuite, notre grade de Licence, ICN BS étant une des 13 écoles à l’avoir obtenu cette année. Sans oublier le succès grandissant de notre triptyque Art/Technologie/Management, notre marque de fabrique depuis 1999 et sur laquelle nous sommes suivis aujourd’hui. A l’époque, on me regardait avec des yeux comme des soucoupes quand je parlais de design thinking… alors qu’aujourd’hui ceux qui n’en font pas… sont juste ringards !

Et l’accompagnement ?

A ICN BS, on ne mégote pas sur l’accompagnement, d’autant plus en cette période complexe pour les étudiants. Cela s’est d’ailleurs reflété sur le succès de notre recrutement des candidats BCE et en admissions parallèles. Nos étudiants sont tutorés par des enseignants, notre service PEPS ou même par moi. Les élèves que je tutore ont mon numéro perso… mais savent ne pas en abuser !

Quelles retombées positives Station A peut-elle déjà compter à son actif ?

A cause des contraintes sanitaires, nous n’avons pas pu l’inaugurer officiellement mais nous avons déjà des retombées très positives de la part des étudiants qui s’y sentent comme des poissons dans l’eau ! Ils évoluent dans une architecture et du mobilier très sympas, dans des salles conçues comme des laboratoires d’innovations pédagogiques. Un environnement qu’ils s’approprient tous à leur façon : les jeunes en formation initiale s’installent sur des tables hautes et bougent partout, ceux en formation continue privilégient les meubles bas… Quel que soit leur profil il faut quasiment les mettre à la porte le vendredi soir tellement ils s’y sentent bien !

Le big projet sur votre bureau en cette rentrée ?

D’abord, de faire une rentrée convenable. Nous avons prévu une ouverture à mi jauge et sur un demi semestre, afin de pouvoir boucler des cours dès la fin octobre, une vraie souplesse en cas de 4e vague. Nous allons aussi préparer notre prochain plan stratégique 2022 / 2026, avec en ligne de mire l’atteinte d’une taille critique pour ICN BS. En effet, pour avoir toute la visibilité d’une grande école internationale et indépendante, nous devons doubler le nombre de nos professeurs permanents (ils sont 70 aujourd’hui). Et cela passe par une augmentation du nombre de nos étudiants à Nancy, à Berlin, mais surtout à Paris, où un nouveau campus devrait voir le jour, toujours dans le quartier de La Défense.

Le saviez-vous ?

ICN BS est particulièrement engagée dans de nombreuses actions en faveur de l’inclusion du handicap. Un engagement qui se matérialise en 2021 par un résultat exemplaire : l’école a atteint le taux d’emploi de 6 % de personnes en situation de handicap (vs 3.8 % de moyenne nationale), portant ainsi sa cotisation Agefiph à 0.

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter