POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Le nucléaire, un métier d’avenir qui n’a pas de genre chez Orano – L’interview de Jessica Boutteau

Interview Jessica Boutteau Orano
© Orano,HELSLY CEDRIC

Le nucléaire c’est aussi pour les femmes ! Et pour preuve. Jessica Boutteau (X 00) évolue dans cette industrie depuis 17 ans. La Directrice des Transports et Services d’Orano invite les femmes scientifiques de talent à la rejoindre. Rencontre.

Interview Jessica Boutteau Orano

« On pense souvent que le nucléaire est une vieille industrie qui ronronne. Mais ce n’est pas du tout le cas » introduit Jessica Boutteau. Au contraire, l’industrie nucléaire est en croissance en 2023 et s’impose comme un sujet au cœur des transitions énergétique et environnementale. « Le monde actuel est confronté à deux enjeux majeurs en matière d’énergie : le réchauffement climatique et la rareté des ressources » explique la top manager. En ce sens, le groupe Orano, qui contribue à la production d’énergie décarbonée et recycle le combustible nucléaire sous forme de MOX, est au cœur de ces enjeux.

Ingénieuse et convaincue

Un défi au cœur de l’actualité donc, mais auquel Jessica Boutteau répond depuis 17 ans aux côtés d’Orano en tant que Chef de projet conception à ses débuts, puis Chef de département projet et contrats quelques années plus tard. Diplômée de l’Ecole Polytechnique en 2003, cette ingénieure a su se faire une place puis monter en compétences et en grades au sein du groupe. Hier à la tête de la Stratégie et des Partenariats d’Orano Mining et aujourd’hui Directrice des transports et Services d’Orano NPS, la top manager fait partie des gens « dont les convictions se positionnent sur l’importance du nucléaire et du recyclage des énergies pour répondre aux enjeux environnementaux. Des convictions qui vont de pair avec ses valeurs : exigence, justesse mais surtout jeu collectif » que la top manager met au profit du groupe et de ses équipes.

Femmes de sciences, à vous l’honneur !

Occupant un poste à responsabilités chez ce géant de l’énergie, Jessica Boutteau est en effet la preuve que « les jeunes diplômées ont toutes leurs chances de trouver leur place chez Orano. Et ce, en toute légitimité. « Lors des recrutements, ce qui compte, ce sont les compétences, pas le genre ! La question de savoir si un homme est plus capable qu’une femme ne se pose pas. »

« La féminisation se joue bien avant l’école d’ingénieurs »

Car oui, « le fait d’orienter un garçon vers une filière scientifique et une femme vers des matières littéraires reste malheureusement ancré dans la société et dans notre inconscient collectif quand nous éduquons nos enfants. De fait, le taux de féminisation stagne depuis de nombreuses années dans les écoles d’ingénieurs, alors que les femmes de talent ont toute leur place dans les métiers scientifiques et techniques ! » rappelle Jessica Boutteau. D’ailleurs, rien ne l’a empêchée de s’orienter vers une carrière d’ingénieure. « Les jeunes filles sont tout à fait capables de suivre des cours scientifiques et de poursuivre dans une carrière d’ingénieure. Ce n’est pas une question de capacité mais d’envie. »

Première ?

« J’évoluais au sein de la Business Unit Mines au poste de Directrice de la Stratégie et des Partenariats, une des filiales les moins féminisées du groupe Orano, et implantée dans plusieurs pays (Niger, Canada, Kazakhstan). Un jour j’ai dû assurer au pied levé la présidence du conseil d’administration d’une de nos filiales au Niger. Nos partenaires et collègues Nigériens n’avaient sans doute jamais vu une femme à la tête du Conseil, mais ils se sont très bien comportés ! »

« Mon conseil aux jeunes diplômées ? Ne vous auto-censurez pas et restez-vous-mêmes. Ne rentrez pas dans un rôle masculin en jouant les durs et les gros bras. Restez fidèles à votre identité et vos valeurs, pas la peine d’en faire plus. »

CONTACT

https://www.orano.group/jobs/fr

CHIFFRES CLES

CA 2021 : 4,7 milliards euros

17 000 salariés dont 14 000 en France

1 000 recrutements annuel en CDI dont 300 ingénieurs et cadres

26 % de femmes recrutées dont 36 % parmi les cadres

Une vingtaine d’implantations en France

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter