Depuis de nombreuses années, les collaborateurs internationaux parlent d’un management à la française très marqué par le rapport hiérarchique. Quid du reste du monde ? Comment le top manager interagit-il avec ses collaborateurs en Allemagne, au Japon ou en Angleterre ? Décollage immédiat avec Hélène Langinier, enseignante-chercheuse à EM Strasbourg et le docteur Ricardo Azambuja, professeur à Rennes School of Business.

 

Le modèle japonais

Dans une société rythmée par le travail, où les salariés n’ont que 18 jours de congé par an et n’en posent que la moitié en moyenne, le respect dû à l’âge est un élément très prégnant du management. « Au Japon, il est difficile pour un manager d’être plus jeune que son équipe. Il y a une reconnaissance de la séniorité. J’ai déjà vu un commercial talentueux dont la promotion en tant que manager a affaibli les performances de son service. Il ne se sentait pas légitime dans le fait de gérer une équipe dont les collaborateurs étaient plus vieux que lui », observe Hélène Langinier.

Ich bein ein manager

Si le manager allemand ressemble au français, notamment dans son rapport aux responsabilités, la grande différence réside dans l’expertise que le chef germanique se doit d’avoir. « En Allemagne, la légitimité vient de la connaissance technique sur un sujet. Par conséquent, les parcours sont plus linéaires. Il est très rare pour un collaborateur germanique de changer de métier ou de secteur au cours de sa carrière », décrypte Ricard Azambuja. Malgré tout, le manager allemand fait plus appel à la coopération et au collectif que ses compatriotes anglo-saxons. 

Kit de survie à destination du manager scandinave

Dans les pays nordiques, la tendance est à la QVT. « Cette notion est très importante pour le manager. On trouvera un management plus soucieux de l’impact écologique, mais aussi de l’égalité femmes-hommes. Les congés paternité sont beaucoup plus répandus dans les pays scandinaves », explique l’enseignant-chercheur d’EM Strasbourg.

To be or not to be a manager

En Angleterre, comme aux États-Unis, le manager est plus coordinateur qu’expert. « Il délègue, budgète et motive ses équipes. Le manager est tourné vers le qualitatif et très soucieux du feed-back de ses collaborateurs ou de ses clients. C’est aussi un modèle dans lequel vous pouvez manager assez rapidement, deux ou trois ans après votre diplôme », constate le professeur de Rennes School of Business.

Le modèle chinois

L’empire du Milieu est marqué par une caractéristique : garder la face. Derrière cette expression se cachent deux réalités : le fait de ne pas vouloir humilier quelqu’un, ou se retrouver en situation d’être humilié soi-même. Un collaborateur ne vous dira jamais qu’il n’aime pas votre idée. « Lorsque je travaillais dans une entreprise du conseil, il m’arrivait d’envoyer des dossiers à un confrère chinois sans avoir de retour de sa part pendant plusieurs semaines. On m’a expliqué que c’était sa manière de me faire comprendre que le contenu ne convenait pas. Ce n’est qu’après avoir soumis une proposition qu’il me répondait et que nous commencions à échanger sur le sujet », raconte Hélène Laginier.

Une grande importance est ainsi accordée à l’apparence. Les rencontres physiques et les réunions formelles prennent une grande place, même si les décisions ont déjà été prises en amont.

 

Generix Group : d’une entreprise française to be au BtoB à l’international

Generix Group édite des logiciels pour la supply chain pour les écosystèmes industriels, logistiques et du retail du monde entier. Success story.

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Intégrer le monde des Nanotechnologies avec Mentor, une société du groupe Siemens!

Leader mondial de l’EDA, Mentor, une société du groupe Siemens conçoit et vérifie des circuits électroniques et des logiciels embarqués, explique Bruno Garnier, Director Operational Programs.

DORIS Engineering : Rejoignez les architectes de l’énergie en mer

DORIS Engineering construit sa réputation sur le design de superstructures pour le monde maritime. Rencontre avec Xavier Grandiaud, Directeur Général Délégué et Olivier Benyessaad, Head of Business Développement.

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.

Talkwalker & Société Générale : la tech made in Luxembourg

Respectivement CEO de Talkwalker et Global Head of Market Solutions and Digital Transformation Officer à la Société Générale, Robert Glaesener et Bertrand Kauffmann ont deux points communs : l’innovation et le Luxembourg.