Chez Cham, « happy work place » est une ambition qui se construit au quotidien. Une façon de générer efficacité et motivation au service de la transition énergétique, comme nous l’explique Jean-Bernard Terrier (IAE Lille 93, University of Chicago 11), directeur général de Cham depuis janvier 2019.

 

Jean-Bernard Terrier (Photographe Adnane Tragha)

« La pompe à chaleur et la chaudière gaz sont les deux piliers de notre activité » explique d’entrée Jean-Bernard Terrier, DG de Cham, acteur majeur de la transition énergétique. Née il y a 16 ans, et constituée de rachats successifs d’entreprises, cette filiale d’EDF compte aujourd’hui 950 collaborateurs, avec un objectif stratégique de 1 200 collaborateurs en 2022. Forts de cet ADN d’artisans, les techniciens de Cham se déplacent chez les particuliers pour assurer l’installation et le dépannage, mais surtout la maintenance des équipements. Un point crucial pour maintenir leur rentabilité énergétique.

Implantation locale… ouverture internationale

« Nous ne sommes que 40 personnes au siège, le cœur du réacteur est vraiment dans les agences » confie Jean-Bernard Terrier, qui passe 2 jours par semaine sur le terrain, au contact des équipes et des clients. « Nous exerçons avant tout un métier de services et de proximité ». Les 70 agences du groupe sont d’ailleurs réparties sur l’ensemble du territoire et leur nombre devrait encore augmenter d’ici quelques années. « Nous venons de racheter une petite entreprise au Havre, très dynamique, avec laquelle nous partageons valeurs et vision du métier » explique le DG, qui admet aussi avoir un œil sur les opportunités de croissance externe en Europe, « pour le moyen terme ». Des perspectives de carrières en France, mais aussi dans le monde grâce à l’ouverture internationale de la maison-mère EDF et de ses nombreuses filiales. « Les passerelles vont se développer, et elles seront de plus en plus importantes pour évoluer. »

Responsable d’agence : un défi gagnant pour les jeunes dip’

En parlant d’évolution, un chiffre frappe les esprits. Chez Cham, 40 % des managers sont issus de la promotion interne. Technicien, chef d’équipe, puis responsable d’agence : un parcours classique pour celles et ceux qui ont envie de prendre des responsabilités. Mais un poste de responsable d’agence peut aussi être proposé à un jeune diplômé avec première expérience.

Véritable patron de business unit (15 personnes en moyenne), il est autonome sur son marché et sa zone géographique, et gère l’ensemble du développement de l’agence, compte de résultat compris ! « C’est une excellente école. Les compétences métiers peuvent vite s’acquérir ; mais il faut avoir envie de se frotter au terrain, être prêt à se mettre en danger, et aussi être réactif et savoir prendre des décisions quand il le faut » explique Jean-Bernard Terrier, qui a lui-même fait l’expérience du management très tôt dans sa carrière. « Bien sûr, nous les formons au management et à la finance, et ils auront accès à l’université du groupe EDF. Mais il est primordial d’être à l’écoute et de savoir se remettre en question, c’est comme ça qu’on progresse comme manager. Avec en ligne de mire des postes de directeurs de région ou de pilotage fonctionnel au siège ».

DG : donner du bonheur au travail

Et le pilotage, c’est essentiel pour ce diplômé de l’IAE de Lille et d’un MBA de l’université de Chicago, qui voit dans le DG celui qui donne le sens, fixe les priorités, tranche parfois, mais, surtout, incarne l’entreprise. « Pour moi, la mission d’une entreprise n’est pas de gagner de l’argent, mais de soigner ses clients de façon rentable. Il me paraît essentiel que mes collègues soient heureux au travail. Car, quand on se sent bien dans son entreprise, on est plus efficace et on s’auto-motive ». Et de compléter : « Cham a la chance d’être composé de personnes qui vivent leur métier et qui adorent leurs clients. Malgré l’intensité et la fatigue de l’activité hivernale, ils vivent pleinement cette « période de chauffe » car ils se savent utiles à leurs clients. »

Etre « fun et pro »

« Je suis convaincu qu’un manager peut être fun et pro. C’est d’ailleurs la bonne attitude à adopter avec les Millennials, qui fonctionnent à l’envie, au plaisir et à l’autonomie. Les deux seules choses sur lesquelles je ne transige jamais : le respect et le travail. »

Contact : ksempere@groupecham.fr