Senior Vice President Marketing International de Lancôme, Vania Lacascade (ESSEC promotion 2002) précise que ce secteur est en pleine transformation, impulsée par l’émergence d’enjeux tels que le digital et la « beauty tech ».

 

Un double diplôme tout en beauté

Forte de plus de 15 ans d’expérience en stratégie de marque, Vania Lacascade a pu compter sur sa double casquette scientifique et marketing pour construire une carrière internationale dans le monde de la beauté. En effet, Docteur en Pharmacie, elle a dans un premier temps travaillé dans l’industrie pharmaceutique aux Etats-Unis et au Japon et c’est à l’ESSEC qu’elle développe un intérêt prononcé pour le marché de la beauté et du luxe. Elle se rapproche alors de groupes reconnus pour leur expertise marketing et intègre LVMH. « J’ai toujours été sensible à la beauté dans ce qu’elle exprime de positif pour les femmes. Et l’aspect créatif du marketing m’y a tout de suite plu. »

Un futur à inventer

Rejoignant L’Oréal en 2010, Vania Lacascade s’installe dans un premier temps à Shanghai pour découvrir l’incroyable dynamisme du marché chinois. Elle poursuit par ailleurs son aventure à Londres, où elle part à la rencontre d’une industrie de la beauté mûre et exigeante. De retour en France en 2017, elle rejoint le comité de direction de Lancôme, première marque de beauté au monde sur le marché sélectif. Au sein de la Maison, elle dirige la stratégie internationale de l’activité soin de la peau, un rôle clé puisque Vania Lacascade a pour mission de « définir les orientations stratégiques globales, le plan d’innovations et les campagnes de communication en veillant à créer une expérience de marque intégrée et cohérente à 360 degrés sur tous les points de contact, media et hors media. » Le plus excitant ? « Créer les innovations cosmétiques qui vont séduire des consommatrices exigeantes et toujours plus éduquées à l’ère du digital. Mon rôle est d’inventer la beauté de demain et de donner une nouvelle impulsion au marché. La révolution des technologies qui s’opère aujourd’hui nous ouvre de vraies perspectives en termes d’innovation, de performance produit et d’expérience consommateur. ».

 L’intuition créative du marketeur

La créativité, l’innovation et l’entreprenariat sont véritablement au cœur de l’ADN et de la culture L’Oréal, des valeurs portées par la diversité des expériences et des profils qui constituent ses équipes. « Nous responsabilisons très vite les jeunes talents innovateurs et entrepreneurs. Le marketing demande de l’intuition créative mais aussi une intuition consommateur et business pour saisir les ‘shifts’ du marché et s’adapter avec agilité pour innover. Cela suppose de bien s’entourer, d’écouter, de prendre des risques, et surtout d’avancer en team ! »

Qu’avez-vous le plus apprécié dans la pédagogie de l’ESSEC ? « C’est l’une des meilleures écoles parisiennes ! Au-delà de la qualité de la formation, l’école met les étudiants en connexion directe avec les entreprises en leur faisant découvrir leur activité, leurs produits et leur culture. L’Oréal soutient la Chaire Leadership et Diversité créée par l’ESSEC. Ce groupe de réflexion favorise les échanges entre chercheurs, dirigeants d’entreprise et étudiants afin de développer de nouvelles approches du leadership et de la diversité à travers la diffusion de connaissances, du savoir-faire et du savoir-être. »

Contact mail : vania.lacascade@loreal.com

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.