Kronenbourg SAS : une entreprise bienveillante et innovante dans l’égalité professionnelle hommes-femmes

Nathalie Brochand (IEP Paris 92 et Master marketing and strategy IEP Paris 94) Vice-President Marketing
Nathalie Brochand (IEP Paris 92 et Master marketing and strategy IEP Paris 94) Vice-President Marketing

Nathalie Brochand (IEP Paris 92 et Master marketing and strategy IEP Paris 94) est une Vice-President Marketing qui a plusieurs cordes à son arc ! Également diplômée en English law and French law, elle revient de 10 ans en Asie pour intégrer Kronenbourg SAS, une entreprise qui œuvre contre les inégalités femmes-hommes. Par Maximilien Arengi

 

Quels principes ont jalonné votre parcours ?

Mon parcours est jalonné par mon envie d’avoir un vrai impact sur les organisations et les hommes et les femmes tout en restant fidèle à mes valeurs. J’aime le fait d’être stimulée par des expériences originales de leadership. J’aime également me dépasser, être en constant développement tout en conservant une liberté de procéder. Je suis très attachée au fait de pouvoir travailler au sein d’une équipe, cela permet de se confronter et de se mettre en miroir avec les autres.

« Mon parcours est jalonné par mon envie d’avoir un vrai impact sur les Hommes tout en restant fidèle à mes valeurs »

Et vous ont conduit à rejoindre Kronenbourg SAS ?

J’avais jusqu’à là toujours travaillé dans le domaine de la santé et j’ai décidé de rejoindre Kronenbourg SAS au sein du Groupe Carlsberg car c’est un nouveau marche pour moi, en très fort développement et mutation, un business-model bar-supermarché que je ne connaissais pas. J’arrive à m’épanouir dans mon poste qui répond pleinement à tous mes principes : j’ai un réel impact sur l’entreprise car le schéma de décision est court, il y a une bonne marge de manœuvre et je suis stimulée par cette expérience qui permet d’élargir mon scope. Je suis également en prise directe avec les gens et surtout, je travaille dans un cadre convivial. La convivialité est vraiment au cœur de Kronenbourg SAS, c’est dans les gènes des employés.

Est-il plus difficile pour une femme d’atteindre des postes à hautes responsabilités ?

De nombreuses statistiques le prouvent : les femmes sont peu nombreuses dans ces postes clés. Elles font face à plusieurs obstacles : il y a beaucoup de préjugés envers les femmes, elles sont aussi plus facilement critiquées lorsqu’elles sont managers, elles perdent leur capital sympathie. Les employés disent d’un homme qu’il sait trancher, qu’il a de l’autorité, qu’il se fait respecter, qu’il est charismatique. Alors que pour une femme ce sera plutôt perçue comme de la dureté, de l’agressivité. (Enfin, les femmes sont encore plus souvent chargées des tâches ménagères et des enfants.)

Quels autres freins doivent être levés ?

Il y a également de nombreuses barrières psychologiques que les femmes se mettent elles-mêmes : elles n’osent pas exprimer leur ambition et s’affirmer, elles se placent parfois en retrait et elles n’ont pas beaucoup de modèles féminins. Il leur est donc plus difficile de se projeter. Pour lutter contre cette inégalité, il faut que les femmes puissent se tisser un réseau interne, aller chercher des mentors pour apprendre à se faire confiance. Les entreprises doivent aussi prendre en compte le fait qu’une femme ait aussi une vie de famille à gérer.

Avez-vous personnellement subi l’un de ces freins ?

J’ai toujours travaillé dans des entreprises qui m’ont montré qu’être une femme n’était pas un problème. J’ai même déjà été nommée à un très beau poste en Asie alors que j’étais en congé maternité. Mais parfois, j’ai dû faire des arbitrages, choix personnels qui ont mis en retrait mon parcours professionnel car je ne voulais pas qu’il se fasse au détriment de mes enfants et de ma famille.

L’équilibre vie professionnelle-vie privée, une problématique exclusivement féminine ?

Je pense que c’est surtout une question de génération. Les jeunes générations ne laissent pas leur carrière guider leur vie et ne veulent pas sacrifier leur carrière à leur vie personnelle. Les générations plus âgées en revanche essaient de tout concilier et luttent pour trouver cet équilibre. Les femmes veulent toujours tout bien faire : réussir sa vie professionnelle, sa vie privée. Un jour elles se rendent compte qu’il faut faire des choix et c’est un retour à la réalité complexe à gérer. Quand je suis partie de France, il y a 10 ans, il y avait un gros chantier sur la question de l’égalité homme-femme. Aujourd’hui, je constate que des progrès ont été réalisés.

Qu’en est-il chez Kronenbourg SAS ?

Les femmes savent qu’elles peuvent gérer des imprévus. Nous programmons les horaires de nos réunions de manière à ce qu’elles puissent gérer les contraintes personnelles du matin ou du soir. L’entreprise a également passé des accords avec les crèches de la ville pour que les mères de familles soient à proximité en cas de problème.

Qu’apportent les femmes aux postes de top management dans la gouvernance des entreprises ?

Je pense que globalement, il faut de l’hétérogénéité dans les entreprises. Plus cette dernière est diverse et riche, plus elle est performante ! Les femmes, quant à elles, apportent des compétences et des styles de management qui sont complémentaires à ceux des hommes. Elles ont des qualités féminines et des pratiques différentes qui enrichissent l’entreprise : elles ont plus d’empathie, d’intuition, elles sont plutôt dans le partage.

Comment Kronenbourg SAS valorise cette diversité ?

L’entreprise met en place beaucoup d’actions en faveur des femmes. Il n’y a pas de différence de salaire avec les hommes. Il y a des aménagements spéciaux pour que les femmes puissent être à 100 % dans le travail, elles peuvent faire du télétravail de temps en temps par exemple. Je pense que cette politique de l’égalité est encouragée par la maison-mère, le Groupe Carlsberg, qui est danoise. Au Danemark, l’égalité homme-femme est très importante, tout comme l’équilibre vie personnelle-vie professionnelle.

Les valeurs de Konenbourg SAS :

Convivialité

Bienveillance

Excellence

Innovation

Quels profils ont vocation à s’épanouir au sein de Kronenbourg SAS ?

Nous recherchons des diplômés de haut niveau, mais pas exclusivement. Nous sommes dans une quête de diversité car l’entreprise et même les compétences métiers, évoluent en permanence. Kronenbourg SAS donne donc sa chance à des profils variés. Kronenbourg SAS vend des produits qui sont symboles de convivialité, nous recherchons donc des profils :

  • Ouverts, qui aiment aller vers les autres, qui aiment partager
  • Souples, curieux et adaptables
  • Forces d’idées et de propositions
  • Nous appartenons à un groupe global, une bonne maîtrise de l’anglais est également obligatoire, pour communiquer

 

« Osez ! Exprimez-vous ! N’attendez pas que l’on vous donne la parole ! »

 

Comment encourager les étudiantes qui n’osent pas projeter dans des fonctions à responsabilités ?

Il faut vraiment pousser les jeunes femmes à travailler sur les barrières qu’elles se posent. Il faut le faire très tôt à travers le mentoring, le coaching ou la construction d’un réseau. C’est très important de leur montrer qu’elles ne sont pas seules à affronter ces préjugés. Je pense notamment au programme EVE. C’est un super programme de femmes leaders auquel adhèrent de nombreuses entreprises. Osez ! Exprimez-vous ! N’attendez pas que l’on vous donne la parole !

 

 

Chiffres clés de Kronenbourg SAS : Date de création : 1664 / CA 2016 : 932M€ / Nombre de salariés : 1 200 / Production : 7 millions hl soit 40% de la production française / Portefeuille de marques : Kronenbourg, 1664, Grimbergen, Carlsberg, Skoll, Tourtel Twist / Part de marché France : 30 %

Contact : Anne.DACUNHA@kronenbourg.com

Heureux comme le DRH de bioMérieux

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter