Que ce soit pour avoir de l’argent de poche ou financer ses études, le choix d’un job étudiant n’est pas anodin ! Valérie Deflandre, conseillère au CIDJ vous donne tous ses bons conseils, étape par étape, pour faire le bon choix. 

 

Le choix d’un job étudiant commence avant même de postuler. Vous vous engagez sur plusieurs mois : il est donc primordial de réfléchir aux missions que l’on souhaite effectuer, au salaire que l’on veutgagner ou encore au type de contrat qui convient le mieux.

1er étape : je borde ma recherche

Définissez le périmètre géographique. L’idéal est de choisir un job situé près de votre domicile ou de votre établissement scolaire. « Avoir un job étudiant prend du temps, inutile de se rajouter une contraire supplémentaire avec un trajet trop long », prévient Valérie Deflandre. Vous pouvez par exemple postuler dans des lieux que vous avez l’habitude de fréquenter (restaurants, supermarché, boutiques…) ».

Définissez le volume horaire que vous êtes prêt à accorder à ce job. « Il faut y réfléchir par rapport à la charge de travail personnel et à son organisation. » Attention, le choix d’un job étudiant ne doit pas se faire au détriment de ses études.

Définissez le salaire que vous souhaitez gagner. « Pour cela, réalisez un tableau de vos charges / dépenses pour avoir une fourchette du volume horaire et du salaire ciblé », propose la conseillère au CIDJ.

 

Le CIDJ vous accompagne dans vos recherches d’emploi

Le Centre d’information et de Documentation Jeunesse est une association créée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il fait partie d’un réseau national composé de 1 300 structures Information Jeunesse. Il coordonne en direct le réseau francilien des Bureaux et Points Information Jeunesse (BIJ et PIJ).

Des conseillers y sont à votre disposition pour vous aider à construire votre parcours professionnel : choix des études, formation mais également accompagnement sur la recherche d’employeurs pour des stages, alternance, jobs.
Des offres d’emploi sont mises en ligne sur le site Internet. Vous pouvez aussi vous rendre à l’accueil pour un conseil, sans rendez-vous du lundi au vendredi, de 13h à 17h. La permanence téléphonique  se tient du lundi au vendredi de 10h à 12h au 01 44 49 29 32

CIDJ, 101 quai Branly, 75015, Paris

 

2e étape : Je rédige mon CV et ma lettre de motivation

« Attention, un job étudiant n’est pas anodin, prévient Valérie Deflandre. Le recruteur ne sera pas moins vigilant ou plus souple parce qu’il embauche un jeune ».

Alors, quoi mettre en avant sur son CV ? Si vous n’avez pas d’expérience dans le poste, pas de panique ! « Le savoir-être dans le cadre d’un job peut être très important, voir plus important que le savoir-faire, assure la conseillère du CIDJ. Si vous postulez pour être serveur, hôtesse de caisse ou animateur, par exemple, demandez-vous quelles sont les qualités que vous appréciez chez ce professionnel et si vous les avez. Cela peut être un bon fil conducteur pour apprendre à se présenter et mettre les bonnes qualités en avant ».

Autre idée, vous pouvez mettre en avant des qualités acquises grâce à vos études et qui serviront pour le job. Exemple, si vous êtes étudiant ingénieur, vous pouvez insister sur votre réactivité, votre capacité à rebondir. Pour être serveur, vos centres d’intérêt peuvent prouver que vous êtes endurant et réactif.
Dans la vente, cherchez des expériences durant lesquelles vous avez développé un bon sens du contact, la capacité à aller au-devant des gens, le sens de l’écoute ou encore une affinité avec la marque visée et la bonne connaissance de leurs produits.

Quel contrat ?

A vous de choisir mais ayez en tête que l’intérim nécessite des disponibilités assez importantes. En effet, on peut vous appeler à n’importe quel moment.

Le contrat en CDD donne lui de la flexibilité car ne vous engage pas sur une année.

 

3e étape : je postule

L’idéal est de se déplacer pour donner son CV et sa lettre de motivation.
Si vous avez lancé une candidature spontanée, vous pouvez relancer l’employeur une semaine après pour demander plus d’informations sur ses besoins et les délais de réponse.
Si vous avez répondu à une annonce, vous pouvez reprendre contact en demandant combien de temps l’employeur se donne pour examiner les candidatures reçues et savoir s’il a besoin d’informations supplémentaires. « Il faut que la relance soit stratégique et ne donne pas l’impression au recruteur d’être mis au pied du mur ni lui faire sentir votre impatience », prévient Valérie Deflandre.

4e étape : je passe le cap de l’entretien

Le jour de l’entretien, il est important d’être à l’écoute, authentique et de répondre de manière simple et claire aux questions posées. Vous devez exprimer votre capacité à vous intégrer, à être opérationnel, rigoureux. « C’est important de rassurer sur ses compétences et son sérieux dans les missions qui vous seront confiées, mais également sur sa possibilité à d’être présent régulièrement, ne pas avoir de contretemps de cours ou de transports », expose la conseillère.

Avant l’entretien, vous pouvez préparer les questions les plus fréquemment posées : présentez-vous, pourquoi pensez-vous être le candidat idéal ? Que connaissez-vous du poste et de l’entreprise ? Quels sont vos qualités et défauts ?

Quelques exemples de secteurs pleins de jobs étudiants :

– Auprès d’enfants/adolescents : organismes de soutien scolaire, animateur dans des structures municipales (BAFA demandé), baby-sitting…

– Hôtellerie, restauration, conciergerie, veille de nuit

– Nettoyage industriel et de bureau

– Grande distribution

– Associations

– Plateformes téléphoniques, télémarketing, téléassistance pour des mutuelles

– Mairies

– Plateforme de e-commerce pour devenir préparateur de commandes

– Parkings d’aires d’autoroute

– Animation commerciale

– Distribution de flyers

– Tests de produits

– Service à la personne

– Accueil dans l’événementiel

Le petit + : On active son réseau ! « On demande à la famille ou aux amis s’ils ont des opportunités. Mais attention ! Ne dites surtout pas que vous êtes prêt à tout. Au contraire, on délimite les tâches sur lesquelles on se sent opérationnel. Cela permettra à votre entourage de mieux cerner vos attentes et de vous trouver le contact adéquat », conseille Valérie Deflandre.