Vous avez envie de donner du sens à votre carrière et d’œuvrer à l’amélioration de la qualité de vie de millions de patients ? Suivez l’exemple de Dominique Laymand (Université de Montpellier 83, Paris Sud 96), Vice-Président exécutif, Ethique et Responsabilité Sociétale chez Ipsen. Elle nous révèle la formule gagnante de ce groupe biopharmaceutique résolument tourné vers l’humain.

 

Ipsen : un groupe biopharmaceutique pas comme les autres ?

©NicolasGouhier/ Ipsen

Notre différence, c’est d’être vraiment à l’écoute, 100 % centré sur les patients. Nous apprenons énormément des interactions que nous avons avec eux ou avec les associations qui les représentent. Chez nous, la patient centricity est tout sauf un buzzword, c’est une réalité : Ipsen est dans l’action.

Challengeant le secteur de la santé ?

Pour un jeune diplômé, c’est un milieu extraordinaire qui donne immédiatement un sens à sa vie professionnelle. Nous sommes à la croisée des chemins de l’innovation, des nouvelles technologies de la biotech… Ipsen relève également le challenge de présenter une croissance soutenue depuis plusieurs années, tout en conservant une taille humaine, une véritable histoire de croissance peu commune aujourd’hui !

La RSE : incontournable dans votre entreprise ?

Nous sommes engagés dans la recherche de solutions nouvelles à des maladies invalidantes ciblées et dans l’amélioration de la qualité de vie du patient. Notre responsabilité sociale est donc pleinement intégrée dans la stratégie de l’entreprise. Elle repose ainsi sur trois grands piliers : les collaborateurs, les patients et la société et enfin l’environnement.

Un exemple d’action pour embarquer les équipes ?

En 2019, Ipsen a par exemple permis à ses collaborateurs de contribuer, sur un jour offert par l’entreprise, à une activité sociétale dans une association ou établissement de santé. Pour cette première édition, près de 1 400 salariés se sont impliqués dans des activités solidaires.

La tâche que vous préférez dans votre métier ?

Faire vivre l’éthique et la responsabilité sociétale à travers ma force de conviction et des actions concrètes, que ce soit au sein du comité de direction comme dans toutes les strates de l’entreprise. Je ne peux pas travailler seule, j’ai la passion de travailler avec les autres !

Et celle pour laquelle le regard des jeunes diplômés vous serait utile ?

Ce serait en RSE… pour connaître les attentes des jeunes générations en matière de fonctionnement de l’entreprise de façon à ce que demain ils créent leur propre bien-être. Un bon collaborateur et une bonne entreprise, c’est la rencontre d’une vision et d’une passion. A défaut, c’est risquer d’avoir des collaborateurs mercenaires ou de s’assécher rapidement.

Rejoindre Ipsen, c’est maintenant ?

Absolument. Nous offrons d’ailleurs des voies d’entrée multiples aux jeunes générations. Nous sommes très ouverts à l’apprentissage, aux contrats d’alternance et aux VIE. Un moyen privilégié de transférer les compétences et de favoriser l’intergénérationnel, un véritable vecteur de performance. De par notre taille, le jeune collaborateur sera très vite placé au plus près du centre de décision, assez vite en capacité de prendre des responsabilités importantes. Ce sera extrêmement challengeant et passionnant : un vrai accélérateur de particules… ou plutôt de carrière ! Côté métier, nous proposons beaucoup de nouvelles opportunités passionnantes dans la data ou le marketing digital, sans oublier les domaines de l’éthique, des affaires réglementaires et de la RSE.

Le meilleur moment de votre formation ?

C’est une rencontre avec le professeur Jean-Marc Mousseron lors de mon DESS en droit des affaires à Montpellier. Cet homme truculent et visionnaire m’a appris que la vie en entreprise, ce n’est pas le pays de la théorie. J’ai encore en mémoire ses moments d’échange fabuleux.

Contacts : https://www.ipsen.com/francehttps://careers.ipsen.com

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.