François Riston (ETHZ 87, IMD 95, INSEAD 99), President Hanes Europe, est fier de diriger un groupe dont chaque collaborateur est partie prenante de l’entreprise et de sa croissance. Rencontre avec un leader au management éclairé. – Par Fanny Bijaoui

 

 

Le groupe américain Hanes Brands Inc a récemment racheté les entreprises du groupe Dim Branded Apparel et notamment DIM sas en France avec les sites d’Autun. Le Groupe porte ainsi des marques référentes en France et à l’étranger comme DIM, Wonderbra, Playtex ou Champion qui sont depuis longtemps dans l’inconscient collectif des européens.

 

L’humain au coeur de l’entreprise

Un changement de nom et de structure porté par François Riston dont le leadership est empreint d’une forte dimension sociale. « Je crois beaucoup au respect et à la valeur de chaque personne, de sa diversité et de la richesse qu’elle apporte. L’entreprise doit expliquer son projet pour que ses membres puissent décider s’ils veulent faire partie de la nouvelle aventure ou non. Ensuite, elle doit agir avec dignité en accompagnant chacun. Le rôle du dirigeant est de permettre à tous de se développer fructueusement. Chez Hanes Europe, nous avons la chance de travailler pour de belles marques, sur une palette de métiers très différents couvrant toute la chaine de création de valeur. L’engagement des collaborateurs est incroyable, à un niveau que je n’ai jamais rencontré avant au cours de ma vie professionnelle. »

© campagne print

© campagne print

 

Expérimenter des métiers et des langues

Avant d’entrer chez DIM, François Riston a occupé un éventail de postes à responsabilités chez Sony, Gillette et Procter & Gamble en France, en Allemagne, en Angleterre et au Danemark. « Gérer une entreprise est complexe du fait de la multiplicité de ses métiers. En connaitre et en avoir expérimenté quelques-uns aide à asseoir son leadership. Le bon rythme pour apprendre est de deux à trois ans par poste. Gérer une entreprise en Europe est encore plus complexe car chaque pays est différent dans les habitudes de ses consommateurs, ses canaux de distribution et la manière dont les personnes travaillent ensemble. Je recommande aux jeunes de vivre plusieurs expériences professionnelles dans différents pays étrangers. La parabole des talents consiste à aller au bout de ses rêves, sans quoi rien ne s’accomplit. »

« C’est en essayant et en apprenant de ses erreurs que l’on grandit et que l’on devient un meilleur leader »

Capture d’écran 2017-02-22 à 15.23.05

Un mix d’intelligences

Tout en modestie, François Riston reconnaît que ses diplômes obtenus à l’École polytechnique fédérale de Zurich (ingénieur), à l’IMD (MBA) et à l’INSEAD (formation exécutive) lui ont permis d’élargir son périmètre professionnel. « Pour leader une entreprise, il faut un mix d’intelligence analytique et émotionnelle. La formation d’ingénieur est excellente pour structurer sa pensée, mais une formation business est indispensable pour appréhender les rouages de l’entreprise, humain et financier. Enfin, l’individu doit se frotter à la réalité de la vie de l’entreprise et de la vie tout court. » Pour le dirigeant, être promu trop vite génère le risque de prendre des décisions sans en comprendre les conséquences. « La capacité à prendre des décisions difficiles est le vrai différentiateur entre un bon leader et un manager. » 

 

Chiffres clés :
600 M€ de CA en Europe
5000 collaborateurs en Europe
1500 en France

 

Contacts recrutement :
http://www.carrieres.dbaeu.comulrike.lehmann@hanes.comkarine.spender@hanes.com