Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Grand Paris Aménagement : LE chantier qui vous attend…

Passerelle jardin Valmy (c) Atelier 234 architecte Artefactory
Passerelle jardin Valmy (c) Atelier 234 architecte Artefactory

Ce que l’on vous demande ? Organiser le cadre de vie de tous vos concitoyens (aux intérêts forcément divergents). Pour aujourd’hui mais également… pour dans 30 ans ! Un chantier d’une complexité « vertigineuse, certes, mais tout aussi passionnante ! ». Rencontre avec Stéphane de Faÿ (X 96), Directeur Général de Grand Paris Aménagement.

Le Grand Paris est un immense projet. Quelle part y prend votre entreprise ?

Stéphane de Faÿ ©Michael Barriera

Au-delà de l’actuel chantier du Grand Paris, notre structure est depuis 60 ans le fer de lance de l’urbanisation de l’Ile-de-France. D’Aubervilliers aux confins de Nemours, nous accompagnons les territoires dans leur transformation, cherchant à créer non seulement un cadre de vie agréable, mais – tendance plus récente – équilibré et mixte : habitats, commerces, zones d’activité et de détente, etc.

Diriger un tel chantier doit être enthousiasmant, mais quelle responsabilité !

En 2008, le hasard m’a conduit au cabinet de Christian Blanc à qui le Président de la République venait de confier le chantier du Grand Paris. J’en étais encore à me demander ce que je ferai « quand je serai grand ». J’ai arrêté de chercher. Le coup de foudre pour l’aménagement urbain fut immédiat et je ne souhaite plus faire autre chose. Mais de fait : l’influence sur la vie des autres y est telle que la responsabilité est considérable. Surtout au regard de certaines erreurs tragiques du passé. D’où mon unique certitude : il faut demeurer humble.

Qu’est-ce qui vous passionne à ce point dans ce secteur d’activité ?

Au-delà de l’impact concret évoqué, il y a cette complexité vertigineuse à prendre en considération : rien de moins qu’organiser la vie d’acteurs (habitants, commerçants, entreprises…) aux intérêts aussi variés que contradictoires. Système qui, de plus, ne cesse d’évoluer. Quels seront nos modes de vie dans 30 ans ?! L’équation étant à considérer d’un point de vue humain, financier, contractuel, juridique, etc. C’est passionnant !  

En quoi ce secteur vous semble-t-il idéal pour qu’un X s’y épanouisse professionnellement ?

Deux choses m’ont frappé à l’école. Comment justement on nous apprenait à ne pas avoir peur de cette complexité, mais à l’aborder de front. Ce, en nous ouvrant un maximum de champs d’action : de la biologie à la philosophie. Et avec quels enseignants ! Les X sont donc parfaitement adaptés à la complexité d’un secteur qui réclame également quelques convictions fortes ainsi que l’envie de servir l’intérêt général. 

Quels types de challenges et satisfecit un jeune X trouvera-t-il à l’occasion d’un premier poste chez vous ?

Il s’y frottera à des gens passionnés et hyper-compétents, apprenant chaque jour. Surtout : il sera lui-même très vite en responsabilité (celle d’une opération d’aménagement par exemple). Avant de maîtriser son sujet et bien que pouvant s’appuyer sur de plus expérimentés, il y commettra ses premières erreurs tout seul, comme un grand. Une étape indispensable à toute croissance saine.

La « leçon d’avance »

Qu’avez-vous compris sur la vie professionnelle dont vous n’aviez aucune idée, étudiant ?

Qu’il existe un écart considérable entre l’idée que l’on se fait d’un poste et sa réalité. Le seul critère fiable, selon moi, réside dans la qualité de la relation avec son supérieur. Déterminante. Ayant découvert cela, j’ai ensuite toujours choisi mes postes en fonction de chefs que j’admirais. Et je m’en suis chaque fois félicité !

>>>> Pour aller plus loin : Pourquoi Polytechnique a-t-elle toujours un coup d’avance ? Les réponses dans l’interview de son président, Eric Labaye

25 ans déjà, il en reste quoi ?

L’image d’une parenthèse enchantée. Je n’ai pas fait que travailler, tant s’en faut. Si cela suscite quelques regrets au vu de la qualité de l’enseignement prodigué, l’esprit potache que nous partagions me semble précieux (il faut réellement que jeunesse se fasse). Entre la tentative de réintroduction du mouflon sur le plateau de Saclay et la pêche nocturne des Ernests dans les fontaines de Normale Sup, nous avons dignement célébré la tradition estudiantine !  

Chiffres clés

  • CA : 200 M€
  • 220 collaborateurs
  • Une centaine d’opérations actives

Contact : Stephan.DE-FAY@grandparisamenagement.fr

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter