Troisième assureur européen, Generali est un groupe d’envergure mondiale à la fois solide et innovant. Engagé de longue date dans le développement durable, le mécénat et la solidarité, Generali cultive en interne comme en externe ce « petit supplément d’âme » qui fait toute la différence. Rencontre avec Roland Sire (INSA Lyon 84), Directeur des Systèmes d’Information de Generali France.

 

Roland Sire (INSA Lyon 84), Directeur des Systèmes d’Information de Generali France

Roland Sire (INSA Lyon 84), Directeur des Systèmes d’Information de Generali France

 

 

A assurer depuis près de deux siècles des millions d’êtres humains contre les aléas de l’existence, on en retire forcément quelques leçons fondamentales. Comme celle de savoir mener sa barque en toutes circonstances. Tout en continuant de croître et se développer, le groupe Generali a donc adapté sa voilure à la situation économique actuelle. Depuis 18 mois, il se concentre sur son coeur de métier, l’assurance, effectuant des acquisitions et cessions d’activités dans ce sens, améliorant ses résultats sur les marchés européens et investissant sur les marchés à croissance prometteuse d’Europe Orientale, d’Asie et d’Amérique du Sud. L’occasion également pour cette entreprise présente dans plus de 60 pays de passer d’un fonctionnement multidomestique à une gouvernance véritablement internationale qui prenne en compte les atouts puissants que lui offre son envergure planétaire. « Generali a toujours su innover et se transformer, c’est une de ses grandes forces, explique Roland Sire, DSI de Generali France. Notre organisation a ainsi été revue l’an dernier ; elle renforce considérablement notre capacité à travailler en transversal, à partager nos meilleures pratiques à tous les niveaux (de l’expertise technique à la distribution en passant par le commercial et l’opérationnel) et à conduire de véritables programmes communs à l’échelle du groupe, tout en respectant les géographies. Je réponds ainsi à deux responsables, l’un en local (la Direction Générale de Generali France) et l’autre en global (le Group Chief Operating Officer) pour travailler véritablement sur les deux dimensions, au bénéfice final du client. »

 

« Nous n’oublions jamais notre but : protéger activement
et améliorer la vie
des gens ! »

« Les technologies passent, l’humain reste »
Tandis que les technologies de l’information évoluent de plus en plus vite, la fonction de DSI, on le sait, acquiert une dimension toujours plus capitale. Roland Sire est ainsi amené à se partager entre le bon fonctionnement informatique quotidien (près de 1 000 personnes dans les services informatiques français), la définition de stratégies des lignes métiers en France, et les synergies de long terme à mettre en place avec ses collègues des autres pays. Une double casquette habituelle aux postes de direction qu’il résume joliment : « Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles ». Mais, selon lui, les jeunes diplômés ne doivent pasêtre effrayés par les révolutions informatiques successives qui se sont empilées depuis quatre décennies, même si c’est un cas unique. « D’autant plus sensible dans l’assurance qu’on ne peut jamais y tirer un trait sur le passé, nos produits étant les plus durables qui soient puisqu’ils nous engagent parfois sur plus de 30 ans !… La meilleure façon de s’y préparer est de parfaitement maîtriser les fondements de l’informatique, de la conception au développement et à l’exploitation. Peu importe la technologie du moment qui sera toujours dépassée, seules comptent ces bases solides qui permettront justement, ensuite, de pouvoir suivre toutes les évolutions ». Et de revenir à ce qui, selon lui, demeure l’essentiel : « Au-delà de la technique, de la complexité du métier et d’un environnement de plus en plus vaste, ce sont toujours les hommes et les femmes qui, au final, assurent la réussite de l’entreprise. Quand on a la chance de travailler au sein d’expression est vivement encouragée, travailler devient vite une affaire de dialogue, d’équipe, de rencontre, de collaboration et de réussite collective. »

 

Heureux qui communique…
Aujourd’hui, Generali recrute dans tous ses métiers, spécifiques ou supports, dont l’informatique bien sûr, et dispose d’un système de formation interne très complet, pédagogique et convivial. La communication étant une de ses valeurs managériales clés, de très nombreux forumsexpliquant aux nouvelles recrues la stratégie du groupe sont organisés en interne tandis qu’une web TV présente les différents métiers. Souhaitant attirer à elle les meilleurs étudiants, l’entreprise s’est donné les moyens de les faire progresser ensuite, selon leurs aspirations et talents, sur les voies managériales ou d’expertise, proposant au passage à ceux que cela intéresse des expériences à l’international. « De nombreux équipiers issus de la DSI France travaillent en Italie ou ailleurs, la langue de travail de nombre d’entre nous est l’anglais et il n’est pas rare de se retrouver dans des réunions avec 6 ou 7 nationalités différentes ». Quant aux qualités personnelles requises, Roland Sire pense que les termes « d’engagement et d’ouverture » les résument bien, déclinés à travers les quatre valeurs fondamentales de Generali qui explicitent parfaitement l’état d’esprit dans lequel ce groupe conçoit sa mission : « Deliver on the promise – Value our people – Live in community – Be open ».

 

Une entreprise engagée
En raison certainement de son rôle historique d’assureur responsable, oeuvrant pour un avenir meilleur, Generali s’est affirmée comme une entreprise sociétalement engagée depuis longtemps, qui soutient (entre autres) les femmes chefs d’entreprise, accompagne les autres entreprises vers davantage de durabilité et finance fondation et mécénat. « Or, ce qui s’affiche à l’extérieur se vit vraiment ici de l’intérieur, témoigne Roland Sire. Il ne s’agit pas de quelque vitrinecommerciale ou effet de mode mis en place pour se construire une image parce que c’est utile d’un point de vue marketing, mais véritablement d’une conscience collective et individuelle cultivée en continu par l’entreprise et ses salariés. C’est quelque chose de palpable ici, au quotidien, qui crée une véritable cohésion, une certaine fierté d’oeuvrer ensemble à des fins utiles et également une excellente ambiance de travail. Cela s’est imposé à moi dès mon arrivée et n’a fait que se confirmer depuis. »

 

« Le A de l’INSA »
« Il y a 30 ans, l’INSA Lyon était déjà une école d’ingénieurs très complète dont je garde surtout en mémoire le A d’« Appliquées », cette implication voulue dans le concret. Bien sûr, on acquérait qui permettent, plus tard, d’être agile partout, mais on entrait également dans le concret et les vrais stages ouvriers qu’on faisait par exemple m’ont vraiment conforté dans ma motivation. L’ambiance était très conviviale et je reste en contact avec de nombreux anciens. Il faut dire qu’on ne rentrait chez nous que pour les vacances, partageant à deux des chambres de 9m² (et la douche avec la chambre voisine !), bref, cette belle vie de campus en internat qui crée des liens solides. »

 

Generali-tés
Fondée en 1831 à Trieste ( Italie ), Generali s’implante en France dès l’année suivante. Aujourd’hui troisième marché du groupe derrière l’Italie et l’Allemagne, notre pays représente un CA de 13,8 milliards d’euros ( contre 69,6 milliards d’euros pour le monde ) – Generali France emploie 7000 salariés ( 80.000 pour l’ensemble du groupe ) et compte 6 millions de clients ( 65 millions dans le monde) – Generali est implanté dans plus de 60 pays

 

JB

 

Contact : recrute@generali.fr