Communiqué de presse :

ENSTA Bretagne est entrée dans le cercle restreint des écoles d’application de l’École polytechnique. Dès la rentrée 2020, l’école d’ingénieurs brestoise rejoint l’offre de formation « de 4e année » de l’X qui réunit 19 grandes écoles d’application françaises, auxquelles s’ajoutent de nombreux parcours internationaux.

 

Les parcours originaux de l’ENSTA Bretagne, comme la pyrotechnie, la robotique autonome, l’hydrographie et l’architecture navale, intéressent les élèves de l’École polytechnique, qui en faisaient déjà la demande. Avec l’intégration au catalogue de l’X, les procédures d’accueil se trouvent facilitées. Pour cette année universitaire 2020-2021, deux élèves de l’X font ainsi leur rentrée en année d’approfondissement à l’ENSTA Bretagne.

 

Pour rejoindre l’ENSTA Bretagne, il suffit désormais aux élèves de l’X, civils et ingénieurs de l’armement, d’en faire la demande, pour qu’ils puissent intégrer la dernière année de formation à l’ENSTA Bretagne. Les élèves de l’X partagent ainsi un enseignement scientifique et technologique de pointe avec les élèves de l’ENSTA Bretagne.

Pour Bruno Gruselle, directeur de l’ENSTA Bretagne, « l’École polytechnique a fait le choix de nous inclure dans son catalogue de formation de 4e année, qui compte désormais 19 grandes écoles. Nos spécialités en pyrotechnie, hydrographie, robotique autonome et architecture navale intéressent tout particulièrement les élèves de Polytechnique. C’est une grande fierté pour notre école, qui pourra ainsi accueillir un ou plusieurs ingénieurs de l’X chaque année. »

 

Une reconnaissance supplémentaire de la qualité de la formation de l’ENSTA Bretagne

Sous tutelle du ministère des Armées et de la direction générale de l’armement, comme sa consœur l’École polytechnique, l’ENSTA Bretagne réunit une grande école d’ingénieurs et un centre de recherche. Solidement implantée depuis 50 ans dans l’univers des hautes technologies, l’ENSTA Bretagne forme des ingénieurs qui exercent rapidement d’importantes responsabilités. On retrouve les diplômés de l’ENSTA Bretagne dans de nombreux secteurs d’activité. Ils conduisent des programmes d’innovation, mènent des expertises et pilotent des projets industriels. Leurs compétences étendues, incluant la maîtrise de disciplines originales et uniques en France, leur permettent d’évoluer vers les plus hautes responsabilités, en particulier dans le monde maritime et la défense, où le diplôme ENSTA Bretagne est très apprécié.

Implantée à Brest, l’école est au cœur du principal pôle d’expertise maritime français. Proche de la marine nationale, du SHOM, d’IFREMER, l’école a su nouer des liens forts avec les acteurs économiques, institutionnels et académiques du domaine maritime, sur le plan local, mais aussi national et international, comme l’illustre les nombreux partenariats avec les universités d’Australie du Sud, soutenus par Naval Group et Thales.

 

Un champ d’expertises scientifiques étendu et inédit

L’ENSTA Bretagne couvre un champ d’expertises scientifiques étendu et inédit, en relation directe vers les réalités opérationnelles et industrielles. Les élèves polytechniciens, civils et militaires, peuvent rejoindre l’ensemble des cursus de spécialisation de l’ENSTA Bretagne, qui recouvrent 10 domaines d’expertise. Parmi ces enseignements, 4 disciplines plus atypiques intéressent tout particulièrement les élèves de l’École polytechnique.

  • L’architecture navale et offshore
    La formation ENSTA Bretagne en architecture navale est la plus importante de France par le nombre de diplômés et la complétude des enseignements : hydrodynamique navale, modélisation des structures navales, architecture des navires, conception des systèmes offshore. A noter, la possibilité de suivre une spécialisation complémentaire dans le domaine des sous-marins en double diplôme avec l’université d’Adélaïde.
    La formation vise à concevoir tous types de navires et de plates-formes offshore, en respectant un cahier des charges et la réglementation, qui incorporent de plus en plus de préoccupations environnementales et qui nécessitent des innovations technologiques (par exemple dans le domaine de la propulsion). Ceci est réalisé dans le cadre de multiples projets de conception conduits dans les conditions réelles des bureaux d’étude, avec les outils numériques de calcul et de modélisation professionnels. L’ENSTA Bretagne est également partenaire de l’école d’architecture de Paris-La Villette dans le cadre du DPEA sur la conception et le design de voiliers. La formation d’architectes navals ENSTA Bretagne reçoit chaque année une reconnaissance du RINA britannique et est parfaitement identifiée des industries navales dans le monde.
  •  La pyrotechnie
    ENSTA Bretagne propose cette spécialité unique en France qui permet l’analyse, la conception de dispositifs pyrotechniques et l’intégration dans un système mécanique, en particulier de propulsion, tenant compte des contraintes phénoménologiques et réglementaires.
    Cette expertise cruciale est particulièrement recherchée par les industriels du secteur de la défense, l’aérospatiale, l’automobile ou le génie civil… L’équipe d’enseignement et de recherche est une des composantes du laboratoire de recherche IRDL. La poursuite en thèse et la recherche en pyrotechnie sont des voies de professionnalisation possibles et prisées.
  • La robotique autonome
    L’école forme des ingénieurs capables de concevoir des robots mobiles autonomes, pour la conduite de missions de tous types, dans différents milieux (marin, terrestre et aérien). L’expertise de l’école tant pour les applications militaires que civiles, doublée de compétences étendues en systèmes d’observation, en acquisition de données, en programmation informatique, en intelligence embarquée, en plateformes automatisées reconfigurables, navigation, en modélisation/simulation, en guidage… permet d’acquérir une formation appliquée de très haut niveau, et de se distinguer dans les compétitions internationales de robotique autonome, en particulier marine. Ces technologies d’avenir répondent à une demande forte des entreprises, pour faciliter les interventions en environnement à risque et accroître les dispositifs de surveillance ou de veille environnementale. Le réseau de recherche comprend des partenaires européens, américains et australiens. En complément, il est possible de suivre le master « systèmes dynamiques et signaux » de l’université d’Angers. La poursuite en thèse est fréquente, en France ou chez les partenaires internationaux.
  • L’hydrographie/océanographie (cat. A)
    C’est la formation historique des ingénieurs hydrographes du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM), la seule formation de catégorie A en France (accréditation internationale la plus élevée, par la FIG-OHI-ACI), la plus importante d’Europe et l’une des plus renommée au monde. La France, et Brest en particulier, sont le berceau de l’hydrographie moderne. Les enjeux de connaissance et d’exploration des fonds marins sont innombrables. A peine 5% des surfaces immergées ont été cartographiées avec précision, c’est dire l’importance que représente cette formation pour l’économie maritime, en particulier la sécurité de la navigation ou la préservation des ressources des littoraux et océans. Ces ingénieurs maîtrisent et développent les méthodes et technologies de mesure, conçoivent et expertisent les levés bathymétriques, et modélisent les principaux mécanismes dynamiques de l’océan. Un parcours de double diplôme avec l’Institut Universitaire Européen de la Mer (à Brest) et de poursuite en thèse est également proposé.

 

 

 

54e rentrée ENSTA Bretagne : retour des étudiants sous vigilance et reconnaissance des pairs donnent le ton à cette nouvelle année