Contribuer activement à l’accélération digitale de Renault, transformer l’IT, avec agilité, tout en assurant l’excellence opérationnelle, c’est ainsi que Philippe Paban (Ensimag 83, Master of Science, Operations Research de l’University of California, Los Angeles 85), Chief Information Officer de Renault conçoit sa fonction.

JDE N°78 p1-112

© MILLIER Sébastien

Un parcours structuré

Après un parcours structuré au sein de différentes entreprises et SSII, où il pilote des projets variés, peaufinant son futur de DSI, Philippe Paban souhaite avant tout réussir les transformations. « Ce qui m’a toujours intéressé, dans l’informatique, c’est d’apporter des solutions innovantes qui permettent aux business units d’être plus performantes. » Fort de son background, il devient opérationnel et réalise des transformations informatiques. Entré chez Renault en 2008 pour piloter les systèmes d’information manufacturing, de la supply chain, puis de l’ingénierie et de la qualité, il est nommé chief information officer en janvier 2015. Un job d’autant plus intéressant et stratégique, qu’il évolue avec la révolution du numérique, la nécessité d’accélérer la mise à disposition des technologies et des solutions digitales, de susciter de nouveaux usages, de transformer les modes de fonctionnement et de recruter de nouveaux talents.

L’IT doit être encore plus force de proposition

La plupart des entreprises sont confrontées aux mêmes challenges. Elles doivent proposer une expérience client d’exception, exploiter et valoriser les données, être de plus en plus collaboratives en maîtrisant les outils numériques, et proposer un véritable parcours client interne. L’IT doit renforcer ses compétences technologiques et s’appuyer sur un écosystème avec des partenariats forts. L’IT doit saisir l’opportunité du numérique afin d’accélérer les transformations des usages, développer de nouveaux services de mobilité, des solutions et des façons de travailler, en se positionnant comme architecte et « connecteur ».

JDE N°78 p1-112

© LE FLOC H Frédéric / DPPI Media

Le DSI doit être au centre de la transformation…

… Pas seulement pour fournir des services informatiques, il doit être au minimum le socle ou la plaque tournante de la transformation digitale. Son rôle est bien entendu d’assurer l’excellence opérationnelle, de délivrer les solutions agréées avec ses collègues métiers. Pour entrer dans le concret, Philippe Paban a créé un comité de pilotage, élaboré une vision et une roadmap et lancé une trentaine de pilotes, qui sont en phase de déploiement et d’enrichissement. Au programme figurent un plan de transformation de l’informatique avec pour objectif d’atteindre 100 % de projets agiles, la généralisation du « continuous delivery » à l’ensemble des projets qui le méritent, l’industrialisation du lab « Big Data » lancé en mode garage et la refonte de l’architecture qui doit migrer vers le cloud et s’appuyer sur l’internet des objets. Des objectifs qui s’accompagnent de nouveaux modes de travail avec les partenaires, d’un allègement des processus de sourcing, d’une démarche active d’open innovation et d’une mise à niveau des compétences. Nommé administrateur du Cigref en octobre, Philippe Paban est en veille permanente. Il s’inspire de ce que font les startups et les « pure players » du Digital, des avancées du centre de recherche de l’Alliance Renault- Nissan de Silicon Valley qui planche sur les véhicules autonomes et connectés.

L’IT : une entité apprenante

« Pour moi, l’informatique est une entité apprenante qui doit former les plus seniors, les faire évoluer et intégrer de nouveaux talents. » 30 personnes ont rejoint l’IT de Renault. Le recrutement continue, dans les domaines des data, des nouvelles technologies, des projets digitaux, de l’industrie 4.0, de l’architecture, de la mobilité, de l’internet des objets, etc. Il privilégie les profils d’ingénieurs généralistes, les diplômés des filières IT des écoles d’ingénieurs, les doubles cursus, école d’ingénieur – master supply chain ou master digital et les profils écoles de gestion. « Ce qui m’intéresse au delà du cursus, c’est le comportement, l’envie de faire bouger les lignes. C’est très rafraîchissant d’écouter les nouveaux pour un retour d’expérience. L’IT reste un formidable endroit qui donne une vision globale de ce qui se passe dans l’entreprise, et qui permet d’être acteur du changement. »

Chiffres clés : Présent dans 120 pays – Informatique de Renault plus de 2 000 personnes dont 900 en France

 

A.M.O.

Contact : philippe.paban@renault.com