Filiale du groupe Crédit Agricole, Crédit Agricole Group Infrastructure Platform (CA-GIP), regroupe 80 % de la production informatique, des infrastructures et des plates-formes technologiques du Groupe. Partons à la découverte de cette nouvelle structure avec son Directeur Général, Emmanuel Sardet (Télécom Paris 93).

 

CA-GIP, c’est… ?

Incarner la plate-forme technologique et responsable, au service du groupe Crédit Agricole, de ses collaborateurs et de ses clients. Travailler chez CA-GIP, c’est être acteur de la transformation du groupe Crédit Agricole et de ses métiers. C’est travailler dans une entreprise technologique de 1er plan en Europe, au service des Entités du Groupe.

La force de ce pôle technologique ?

Nous avons la notoriété, les volumes et les compétences pour aborder les grandes ruptures technologiques, avec l’ensemble des bénéfices et la gestion pointue des risques. L’an dernier par exemple, nous avons créé une plateforme digitale hybride, permettant aux entités du groupe Crédit Agricole d’accélérer leurs développements d’applications « cloud native », plus agiles, et en toute sécurité. Cette combinaison, technologies et métiers, nous permet d’être plus proactifs et pertinents pour accompagner les grandes transformations en cours et de demain.

Des exemples ?

Les Caisses Régionales, les Services Financiers Spécialisés, les Assurances ou bien LCL ont tous des travaux en cours avec nous pour bénéficier de la puissance de la technologie « nativement cloud et digitale ».

Votre secret pour faire réussir ces projets ?

Bien évidemment, il y a la prise d’initiatives, l’innovation, l’exercice de la responsabilité et l’accompagnement jusqu’aux résultats. Il y a surtout la quête de sens. Si tout au long du processus, les acteurs technologiques et métiers partagent un sens commun, une volonté d’orchestrer la dynamique, alors, le projet sera réussi. Cela place l’humain au cœur de la transformation digitale.

Fondamental l’humain ?

C’est éminemment important. Cela fait partie de l’ADN du groupe Crédit Agricole. In fine, c’est toujours l’humain qui rehaussera la technologie. Nous faisons nôtre ce principe et le portons haut et fort au quotidien en travaillant avec les Entités du Groupe.

Transformateur, entrepreneur, inventeur : quelle figure vous correspond le mieux ?

Je me reconnais dans cette polyvalence : à la fois transformateur, entrepreneur et, je dirais, créateur. Cette navigation du métier à la technologie, c’est quelque chose que j’ai fait tout au long de ma carrière et qui fait sens. Il faut faire l’expérience des deux pour bien incarner la responsabilité des ruptures technologiques.

Comment imaginez-vous le futur de la tech ?

Forcément innovant ! Et surtout, en phase avec la société et les métiers. Nous voyons bien qu’il y a un rôle important pour l’humain dans la Tech. Nous aurons de plus en plus besoin de profils techno qui ont cette compréhension métier et sociétale, pour pouvoir encadrer, stimuler et faire progresser l’adoption utile de la technologie.

En parlant de profils technologistes, à quels postes les recrutez-vous en ce moment ?

Aujourd’hui nous avons besoin d’expertises : cybersécurité, IA, cloud, DevOps… Et nous avons aussi besoin de savoir-faire spécifiques aux métiers. Nous recherchons des candidats qui sont prêts à se passionner pour la technologie et pour les métiers des entités du groupe.

Comme peuvent l’être les étudiants de Télécom Paris dont vous êtes diplômé ?

Les diplômés de Telecom Paris sont particulièrement pertinents pour nous. Parce qu’ils ont à la fois un bagage technique pointu et des compétences beaucoup plus générales, qui inscrivent l’ingénieur dans sa responsabilité sociétale.

Un message pour eux ?

Prenez le temps et ayez la passion d’expérimenter. Construisez votre expérience d’entrepreneur, cherchez à comprendre ce qui fait le succès d’une idée. Profitez de l’environnement de l’école, pour maximiser et multiplier vos expériences, c’est une opportunité rare.

Chiffres-clés : 80 % de la production informatique, des infrastructures et des plates-formes technologiques du groupe Crédit Agricole / 1600 collaborateurs / 17 sites en France

 

Contact : philippe.maherault@ca-gip.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.