Grâce à notre partenariat avec Probono Lab, laboratoire de l’engagement citoyen et du partage de compétences en France et à l’international, les étudiants de 4ème année de l’EMD School of Business conseillent gratuitement des structures à finalité sociale : réinsertion professionnelle, accompagnement dans l’entreprenariat ou lutte contre l’exclusion.

 

C’est un format d’engagement qui mobilise des équipes d’étudiants dans une logique de coopération et de transmission de compétences. Cela se passe en 3 étapes :
Une première  journée marathon réunit étudiants, associations et bénévoles issus du monde professionnel dans le but de défricher les sujets.
Ensuite, les équipes travaillent 3 mois sur la définition et la mise en place de stratégies commerciales, de communication ou encore d’implantation dans notre région.
Enfin, l’accompagnement se termine par une restitution orale devant les différentes parties impliquées.

 

L’intérêt pour nos étudiants ?

Comprendre que l’on ne peut plus travailler dans le monde économique sans s’occuper du monde social.
Mettre en pratique  de façon concrète des théories apprises en cours.
Toucher du doigt les enjeux et l’exigence du monde professionnel.
Se mettre au service de grandes causes et de valeurs humaines qui sont l’ADN de l’EMD School of Business.

C’est l’occasion pour eux de mettre en oeuvre un projet professionnel dans  des conditions réelles et de présenter leur travail. 

Les différentes équipes doivent d’abord définir les besoins de l’association puis respecter le planning, communiquer avec les différents acteurs du projet, faire avancer leurs recherches. Ils interviennent parfois dans des secteurs qu’ils méconnaissent, comme par exemple l’étude d’implantation d’une association sur le territoire de notre région.

Si le travail en groupe est un exercice récurrent de notre pédagogie, le faire dans un contexte professionnel est une première et se retrouver avec un groupe non choisi est parfois déstabilisant. Apprendre à expliquer ses idées, faire progresser le projet de façon collective en additionnant des individualités n’est pas toujours naturel et nécessite une dose d’adaptation et d’accompagnement.

Enfin, la présentation orale finale les prépare à défendre leurs partis pris et leur bilan devant l’ensemble des associations. Un bon aperçu de leur future vie professionnelle !

C’est l’occasion pour eux d’apprendre et d’oser.

Confronter son travail au regard de professionnels est le meilleur moyen de progresser. Les étudiants, au contact des associations et des professionnels qui les accompagnent peuvent se nourrir de leur expérience et de leurs expertises. Dans cet environnement bienveillant, ils sont encouragés à apporter des idées et des solutions nouvelles, autrement dit de sortir du cadre dans lequel les associations sont habituées à évoluer.

C’est l’occasion pour eux de s’engager et de mettre du sens dans leurs études.

L’EMD School of Business forme les futurs managers à bien faire ce qui est bien. Lors des Pro Bono, les étudiants donnent à leur tour de leur temps pour accompagner les associations et s’inscrire dans le bien commun en se mettant au service du collectif. Au delà de la technique, cela leur permet de développer leurs vertus et leur caractère, ce qui fera d’eux des managers intégraux. C’est dans cette direction que nous voulons les former.

Pour conclure, voici un témoignage de Pierre Ringeval, qui s’est occupé de Face Sud Provence (fondation qui lutte contre l’exclusion en Provence :

“Ce qui m’a plu se résume en quatre points :

  • pouvoir participer à un projet qui a du sens, en lien avec des professionnels de tout horizon,
  • découvrir de l’intérieur les problématiques d’une association porteuse de grand projet,
  • avoir un vrai rôle de conseil stratégique, parfait complément pratique de nos cours,
  • faire partie d’une belle expérience humaine dans la découverte des projets portés par Face Sud.

 

l’auteur est : Arnaud Déchelette, EMD School of Business, Responsable de Programmes, www.emd.fr

 

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

Le management de la culture, ça se cultive !

Alors que la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal à la vie culturelle mondiale, l’industrie française de la culture et de l’évènementiel a plus que jamais besoin de managers ultra spécialisés pour revenir en force. Mais comment les diplômés des business schools peuvent-ils truster les pages Culture ?