Filiale du groupe SNCF, AREP a fait de la complexité des mouvements urbains une expertise. Concepteur et réalisateur d’espaces urbains et de lieux, le groupe a fait de la ville son terrain de jeu. Des flux permanents dont Thierry Chantriaux (Supélec 89), directeur général d’ AREP, a également fait sa spécialité. Violaine Cherrier

 

Comment AREP Groupe fait-il la différence sur le marché ?

AREP a un positionnement unique. C’est une société pluridisciplinaire qui intègre des architectes, des ingénieurs, des designers, des experts de flux, des programmistes, des urbanistes, des conducteurs d’opération… qui interviennent en France et à l’international. Aujourd’hui, la société dans laquelle nous vivons est en forte rupture, en pleine accélération alors qu’une ville se conçoit dans la durée. Cette dichotomie entre l’immédiateté que permet la technologie, qu’attendent les citoyens et le temps long de la construction de la Ville impose d’intégrer dans nos conceptions un flux ininterrompu d’innovation. Il faut créer des lieux dans lesquels les échanges soient facilités à travers une approche réellement intégrée de la mobilité. C’est avec cette philosophie que nous avons réalisé des projets aussi différents que le master plan de silicon valley russe à Skolkovo que les pôles d’échanges de gares comme Saint-Lazare à Paris ou Wuhan en Chine.

 

« AREP est un groupe qui génère des idées et qui agit. »

Thierry Chantriaux (Supélec 89), directeur général d’AREP

Comment abordez-vous ces challenges ?

Notre structure unique composée d’équipes pluridisciplinaires mobilise et fait travailler ensemble des experts qui permettent de concevoir ces lieux « nouveaux » à travers une approche innovante et différentiante. Nous avons ainsi créé pour le design du tramway d’une grande ville française, une équipe intégrant designer, urbaniste et anthropologue. Le résultat est une approche réellement nouvelle du rapport d’un tramway à la ville. Par ailleurs, nous structurons l’entreprise pour continuer à croître à l’international grâce à la richesse que nous tirons des expertises des équipes et des cultures très différentes de nos équipes (30 nationalités). C’est ce brassage de cultures et d’expertises qui nous permet d’aborder les projets avec une approche différente. Nous avons ainsi mis en place des principes d’animations au sein desquels nous réunissons les équipes présentes sur les 3 continents où nous sommes implantés. Nous favorisons ainsi l’échange d’idées, d’approches et bâtissons nos concepts de demain. Nous nous démarquons ainsi sur le marché français mais aussi à l’international car peu d’acteurs ont ce mode de fonctionnement et regroupent de telles compétences.

 Gare de Casa Port (Casablanca, Maroc) - Le hall et son espace d'attente (c) AREP/Stéphane Tricaud

Gare de Casa Port (Casablanca, Maroc) – Le hall et son espace d’attente (c) AREP/Stéphane Tricaud

Quelle place pour les jeunes ingénieurs dans votre structure ?

Aujourd’hui, 150 ingénieurs travaillent dans nos équipes sur des projets de bâtiments intelligents et de smart cities. Nous leur demandons d’aller au-delà de l’utilisation des seuls savoirs académiques qu’ils ont pu acquérir. L’ingénieur de demain se doit de mixer sciences dures et sciences molles. D’être capable de comprendre les approches d’un designer, d’une anthropologue par exemple.

Les jeunes Supélec me semblent avoir souvent cette capacité. Ils possèdent une réelle appétence pour l’international et sont capables, à partir d’une ligne directrice, de développer, de proposer et de tracer leur sillon. C’est un atout majeur pour évoluer au sein du groupe, à l’international comme en France.

 

Conseils aux jeunes diplômés : « Une carrière est faite d’une succession de rencontres et d’aventures. Elle ne se pilote ni ne se programme. Parmi ces rencontres, Jean-Marie Metzler, un des dirigeants de la SNCF, m’a ainsi marqué. Sa droiture, son dynamisme, son ouverture d’esprit et sa capacité à agir m’ont inspiré. Il faut donc se montrer à l’écoute, actif et saisir les opportunités. Allez au bout des choses et soyez fiers de ce que vous faites. »

 

Chiffres clés : Filiale de la SNCF créée il y a 19 ans / Effectif : 850 collaborateurs / CA : 94 M€ dont 23 % à l’international / Présent au Maroc, Qatar, Émirats Arabes Unis, Russie, Vietnam, Inde et Chine

 

Mini-CV : Depuis 2016 : Directeur Général – AREP / 2012 – 16: Directeur des Operations – AREP / 2010 – 12 : Directeur production du territoire atlantique – SNCF / 2008 – 09 : Directeur Délégué Infrastructure Midi Pyrénées – SNCF / 2003 – 07 : Chef du département ingénierie télécom – SNCF / 1996 – 03 : Chef de département – Telecom Developpement / 1989 – 96 : Chef de groupe – Compagnie générale des eaux

 

Contact : thierry.chantriaux@arep.fr

 

AREP, une approche créative de l’espace centrée sur la mobilité