Communiqué de presse:

La cérémonie de remise des prix de la 7e édition d’Ingénieuses, co-organisée en partenariat avec le groupe RATP et le programme « RATP au féminin », s’est tenue, vendredi 19 mai 2017 dans  l’espace du Centenaire de la Maison de la RATP.

 

La CDEFI et ses partenaires l’Agence universitaire de la Francophonie, le BNEI, Campus-Channel, la Commission des titres d’ingénieur, Elles bougent, Femmes ingénieurs, le Groupe Orange, Pasc@line, le Groupe Ratp et Social Builder ont attribué six prix devant un large public présent dans la salle, mais aussi devant un live sur YouTube proposé à l’occasion.

 

L’audience composée de directrices et directeurs des écoles d’ingénieurs, de femmes ingénieures, d’élèves, de parents, de responsables des études ou responsables de la communication, de collégiennes de Pantin (Seine-Saint-Denis) participant au programme Wi-FiLLES (fondation FACE) ont assisté au discours d’ouverture de François Cansell, président de la CDEFI, aux conférences de Hélène Périvier économiste, à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), et coordinatrice du programme sur les études de genres (PRESAGE) à Sciences Po (Paris) et de Frédéric Munier, directeur adjoint d’Auteurs de Vues, agrégé d’histoire, professeur en classe préparatoire aux grandes écoles de management au Lycée Saint-Louis (Paris), au discours de Jean Agulhon – directeur général adjoint et Directeur des ressources humaines du Groupe RATP et à la table ronde consacrée aux Elles de l’ING.

 

Cette cérémonie fut l’achèvement de l’appel à candidatures et à projets lancé par la CDEFI le 3 janvier 2017 et qui récompense trois écoles d’ingénieurs, une élève-ingénieure France, une élève-ingénieure Maghreb et une ingénieure diplômée.

 

Le prix de l’école la plus mobilisée, remis par Laurent Mahieu, président de la CTI, a été décerné au projet de l’INSA Toulouse saluant l’ensemble de ses actions organisées du 24 janvier au 2 février 2017 sur la situation des femmes dans différents contextes (une après-midi « Femmes et numérique », et un concours de vidéos sur le thème de l’égalité femme/homme). Module Projet Professionnel Individuel, coaching et insertion de l’INSA Toulouse

 

Le prix du projet le plus original, remis par Rémi Ferrand, délégué général de l’association Pascaline a été décerné au projet des Arts et Métiers ParisTech saluant ainsi son exposition itinérante de photographies, intitulée « Technologie, nom féminin ». L’exposition de photographies Technologie, nom féminin d’Arts et Métiers ParisTech

 

Le prix pour l’enseignement de l’égalité F/H par Marie-Sophie Pawlak, présidente de l’association Elles Bougent a été décerné au projet de l’ENSEA intitulé « Osez l’égalité femmes-hommes au sein d’une école d’ingénieurs » consistant à sensibiliser les élèves, dispenser des formations et ouvrir le dialogue par des débats.  » Osez l’égalité femmes-hommes » au sein d’une école d’ingénieurs de l’ENSEA 

 

B, coordinatrice de projets et chargée de communication à l’AUF a remis le prix de l’élève-ingénieure France à Iris Moulin étudiante de 4e année à l’ENSEA et le prix de l’élève-ingénieure Maghreb à Youssra Essabani étudiante à la faculté des sciences et techniques de Fès, Université sidi Mohamed Ben Abdallah et qui avait fait le déplacement. Ces deux prix saluent l’engagement associatif de ces jeunes femmes.

 

Enfin, le prix de la femme ingénieure remis par Anne de Cagny, vice-présidente de l’association Femmes Ingénieurs a été décerné à Sarah Iman-Labrogère diplômée de l’ESIGETEL et directrice avant-vente dans l’entité Réseau Mobile de Nokia pour son parcours et ses actions en faveur de l’égalité F/H.

 

Cet événement, salué par les participants, fut une nouvelle fois l’occasion d’établir un constat sur l’autocensure des jeunes filles vers les formations scientifiques et technologiques, mais aussi la mise en lumière des avancées en termes de parité, d’ouverture et d’égalité, notamment au sein des écoles et des entreprises. Dans sa présentation, Hélène Périvier a souligné que « l’égalité (au sein des entreprises) peut produire de la performance économique, mais qu’il ne doit pas s’agir d’un argument unique à l’ÉGALITE ». Se faisant l’écho de cette assertion, Frédéric Munier nous a rappelé les mots de Françoise Giroux « la femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente ».

 

La CDEFI remercie chaleureusement ses partenaires qui ont rendu possible l’essor de l’opération Ingénieuses, ainsi que toutes les écoles d’ingénieurs, leur personnel et leurs étudiant-e-s, qui répondent chaque année présent-e-s à l’appel de la CDEFI.