Avec sa nouvelle signature « Imaginative builders », ENGIE donne le ton. Le Groupe en est persuadé : ses 155 000 collaborateurs à travers le monde sont des Talents. Vous voulez en faire partie ? Suivez le guide avec Valérie Gaudart, directrice culture et connexion des écosystèmes, et Rosaline Corinthien, Directrice Développement des Talents et Innovation RH.

 

Pourquoi ENGIE est-elle une entreprise plébiscitée par les jeunes talents ?

  Valérie Gaudart : Nous avons récemment mené une étude auprès de nos jeunes recrues qui a mis en lumière trois facteurs clés. Ils ont d’abord envie de travailler chez ENGIE pour son purpose, sa mission inspirante qui parle à tous (nous avons d’ailleurs été honorés de recevoir le prix Universum de la « plus grande progression sur l’item mission insipirante » cette année). Facteur d’équilibre et de paix à travers le monde, l’énergie s’illustre en effet comme un sujet sociétal fort. La personnalité et la vision d’Isabelle Kocher sont aussi d’importants pôles d’attractivité. Ils sont enfin attirés par la diversité de nos métiers, de nos implantations, de nos expertises et des histoires de nos équipes. Nous allons « beyond energy » pour un progrès harmonieux.

Qui sont les Talents d’ENGIE ?

Rosaline Corinthien : Nous partons du principe que le capital humain et les talents individuels forment le cœur de notre système. Nos 155 000 collaborateurs sont des « Imaginative builders », et ce sont tous des Talents, qui ont des compétences et des softs skills différents, singuliers, qui font la richesse d’un Groupe comme le nôtre. Chacun d’entre eux peut ainsi bénéficier d’un programme de développement en fonction de son profil et de ses aspirations afin d’atteindre le meilleur de ses propres capacités.

 

Quels sont les comportements phares que vous recherchez chez eux ?

VG : Plus que des valeurs, nous avons identifié quatre comportements à mettre en avant. Dans un monde plus que jamais globalisé et vivant des révolutions (énergétique, sociale, sociétale, technologique…) sans précédent, les « Imaginative builders » qui construisent l’ENGIE de demain, se caractérisent par leur ouverture, leur audace, leur bienveillance et leur exigence. Et ce ne sont pas que des mots ! Ces comportements se voient et se démontrent au quotidien. Chez ENGIE, les collaborateurs sont imaginative ET builder. Notre objectif : qu’ils soient hyper pros… et hyper agréables !
RC : On a coutume de parler d’alignement avec nos valeurs, un « alignement tête / cœur / tripes ». Nous avons une tête pour réfléchir et analyser notre écosystème, et nous devons aussi révéler et laisser s’exprimer la personne qui inspire et embarque les coéquipiers en leur ouvrant de nouveaux chemins. ENGIE accompagne ses collaborateurs dans ce travail d’alignement qui permet à chacun de comprendre son moteur personnel, et ainsi mettre sa personnalité au service de cette transformation collective.

Vous fédérez ces « Imaginative builders » autour de communautés, dites-nous en plus

VG : ENGIE veut s’illustrer comme une communauté d’« Imaginative builders » pour un projet harmonieux. Une famille qui travaille ensemble à un meilleur équilibre pour la planète et un meilleur équilibre personnel. Une démarche qui nécessite de réfléchir en écosystèmes afin d’unir les talents complémentaires. Nous avons donc vocation à valoriser et interconnecter des communautés qui existent déjà à travers le Groupe : le Young Professionnals Network, le Women in Networking, les experts clés, les innovateurs, les data scientists… Pour réunir ces écosystèmes à des fins sociétalement utiles, nous développons une initiative avec l’Université ENGIE, que nous avons appelée « l’ENGIE People Lab ». C’est un lieu d’échanges où des change makers internes et externes débattent sur des thèmes spécifiques ou non à l’énergie (bien-être, éducation, jeunesse…) et élaborent des propositions soumises à la Direction Générale. Une belle incarnation de l’engagement de nos collaborateurs citoyens du monde.

Parmi ces talents sommeillent des « ENGIE Boosters », qui sont-ils ?

RC : Des locomotives, des leaders inspirants qui se distinguent par leur capacité à incarner une vision, à préparer le futur en questionnant les certitudes, à améliorer la qualité de collaboration entre nos 25 BU, à trouver des vecteurs de performance durable et, bien sûr, à inspirer les autres. Ces pionniers représentent environ 500 personnes vouées à irriguer à court, moyen et long terme, les postes clés du Groupe.

Comment accompagnez-vous leur développement professionnel et personnel ?

RC : Si nous avons mis en place des programmes d’accompagnement spécifiques pour ces pionniers du leadership, nous accompagnons également bien sûr tous les Talent repérés, au niveau local, par les BU. Nous travaillons d’abord avec eux à l’identification de leurs aspirations et à la réalisation de leur potentiel. Nous établissons ensuite un « contrat de confiance » où nous nous engageons à leur proposer un programme de développement personnel (posture, prise de parole, communication impactante…) et collectif (méthodes de travail, agilité…). Un programme réalisé avec ENGIE University qui se conjugue avec des séances de coaching et des feed-back à 360.

Vous mettez aussi l’accent sur leur diversité ?

RC : Nous avons effectivement développé des programmes spécifiques pour les femmes afin de les mettre en contact avec des « modèles » (femmes ou hommes qui ont pris conscience du rôle crucial de la mixité aux postes à responsabilités) et de les aider à s’extraire des stéréotypes, à faire tomber les barrières mentales. Nous travaillons aussi sur les Talents internationaux. Nous souhaitons identifier les jeunes Talents étrangers et les envoyer en expatriation dans nos équipes pour les aider à devenir les leaders de demain dans leur pays d’origine. ENGIE est présent dans 70 pays. Pour être un employeur de qualité au niveau local, nous devons être ancrés dans les territoires.

Pourquoi rejoindre ENGIE quand on est un.e jeune diplomé.e ?

RC : Pour la richesse des parcours, incarnée par ses 25 BU et ses 300 métiers. Pour son approche du capital humain et sa volonté de développer chaque collaborateur au maximum de son potentiel.
VG : Pour sa confiance et sa bienveillance face aux initiatives de ses collaborateurs. Pour sa capacité à inventer le futur, et à porter en lui cette mission inspirante. Quoi de plus motivant ?

Comment ENGIE s’illustre-t-elle comme une entreprise apprenante ?

VG : J’ai le sentiment que les gens ont un immense besoin d’apprendre en permanence afin de comprendre et décrypter le monde qui bouge et les acteurs de ce monde qui bouge. Et l’entreprise doit être là pour leur permettre de continuer à grandir et à apprendre. Nous nous engageons dans cette voie avec notre université, qui forme 8 000 personnes par an sur des sujets plutôt axés développement personnel et managérial ; et nos ENGIE Schools, des écoles d’application métier formant 18 000 personnes chaque année. Parallèlement, nous développons des partenariats porteurs de sens avec des incubateurs (comme Paris Pionnières) ou encore le Hello Tomorrow Challenge, en coordination étroite avec Rosaline.

« Notre objectif ? Développer chacun de nos collaborateurs au maximum de son potentiel. »

Rejoignez-nous ! www.engie.com/carrieres

 

Le bio : pari gagnant pour la grande conso

Les Français consomment de plus en plus de produits bio. Les grandes et moyennes surfaces les mettent alors en avant dans leur rayons. Alors, green-washing ou pas ?

Applications responsables : des éco-gestes à portée de main

Gratuites et disponibles sur IPhone et Android, téléchargez ces applications mobiles 100 % green et faites un pas vers un style de vie plus écolo.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.