Avec près de 10 % du PIB français et 1,9 million d’actifs, la logistique est désormais un poids lourd de l’économie, comme du recrutement. Laissez-vous transporter par des métiers porteurs d’avenir !

 

Un secteur qui roule

  • 5e activité économique en France derrière l’industrie, la construction, le commerce et l’hôtellerie-restauration.
  • La France occupe la 6e place du classement de l’e-commerce mondial et le 2e rang du marché européen derrière l’Allemagne
  • Plus de 141 000 entreprises, environ 670 000 salarié.e.s dont 400 000 dans le transport routier de marchandise.
  • 540 000 postes à pourvoir d’ici 2022 : développeur web, cariste, chauffeur, préparateur de commande, chauffeur, roboticien, data scientist, expert IA ou technicien de maintenance
  • Le marché devrait croître à hauteur d’environ 1,5 % par an

(Source : Régions Job, 2019)

 

Faites le plein d’avenir

  • 16 % des salarié.e.s du transport et de la logistique ont moins de 25 ans et un tiers ont moins de 40 ans
  • 70 % sont embauché.e.s en CDI : chiffre qui monte à 91,7 % hors intérim et à 96,9 % dans le transport aérien
  • Le secteur recrute à tout niveau de formation… et donc de salaire ! Salaire moyen à bac +2 : de 20 à 24 K€ brut annuels
  • Un agent de transit junior gagnera ainsi entre 25 et 28 K€ brut pour atteindre 45 K€ brut en fin de carrière
  • Un responsable d’exploitation entamera sa carrière avec un salaire annuel compris entre 38 et 42 K€ brut
  • Un cadre à bac +5 minimum peut gagner > 60 k€ brut annuel
  • Les fonctions de direction (directeur de Site ou des Opérations…) atteignent 100 K€ brut par an, et plus

 

Un secteur qui carbure au digital

La transformation numérique touche ainsi l’ensemble de la supply chain. Parmi les technologies les plus disruptives du secteur :

  • L’internet des Objets (IoT) : collecte des données en temps réel pour améliorer la traçabilité, la gestion des stocks, le suivi global des envois…
  • L’intelligence artificielle (IA) pour faciliter la prise de décision, améliorer les opérations logistiques, optimiser l’expérience client…
  • L’automatisation des processus pour simplifier les tâches les plus complexes et chronophages

Objectif : adapter la logistique urbaine à la ville du futur grâce à une meilleure gestion des flux de bout en bout, notamment lors du dernier kilomètre.

 

Le chiffre clé

Si le nombre d’appareils connectés dans le monde est estimé autour de 31 milliards en 2020, plus de 75 milliards d’appareils seront en service d’ici 2025 !

(Source : Statista 2019)

 

3 questions à Thomas Desplanques, directeur de la division Transport et Logistique de Reed Expositions France

 Comment se porte le secteur de l’industrie ?  L’industrie se porte bien pour plusieurs raisons. Premièrement, parce que l’e-commerce vient doper le transport du fait de l’immédiateté qui touche même le btob. Avec  la robotisation, les systèmes connectés, l’automatisation… c’est un marché qui évolue à grande vitesse. Le digital progresse également sur ce secteur et vient simplifier le travail : le robot vient au collaborateur. La technologie embarquée assure enfin une meilleure gestion et sécurité des flux dans une ville qui ne cesse de se développer, réduisant ainsi l’empreinte carbone liée à la logistique urbaine.

Les opportunités du secteur ? 50 000 emplois sont non pourvus, principalement dans les métiers techniques et ingénieurs. Mais il y a un travail RH à faire car l’image du secteur n’est pas bonne. Le métier change et devient moins fatiguant avec les nouvelles technologies, comme les exosquelettes par exemple.

et dans 10 ans ? Le secteur sera multimodal voire quadrimodal. Chaîne de valeur plus diversifiée en termes de livraison, stockage de colis, nouveau système d’entrepôts plus innovants et agiles… Les transports routiers aussi se diversifient, et deviennent plus autonomes et intelligents. À la clé : une meilleure adaptation et moins de pollution.

Devenez le roi de la négociation commerciale !

Vous voulez être incollable sur de la négociation commerciale ? Didier Roche vous donne tous les termes à connaitre pour maitriser le sujet dans son Lexique du bon négociateur commercial.

Le génie de Clairefontaine ? Savoir se recycler !

Comme l’explique le pdg de Clairefontaine Guillaume Nusse, c’est en se diversifiant et s’adaptant sans cesse que son groupe a franchi les générations et continue de croître…

Biogroup : testez votre réactivité !

« Ce groupe est un condensé de technicité et de savoir-faire, il y a forcément de la place pour vous ! » lance aux jeunes diplômés Stéphane Eimer (Université de Strasbourg 97), PDG de Biogroup. Rejoignez le numéro un français des laboratoires privés de...

Communicator : qui sera le communicant du monde d’après ?

Cas pratiques, théories, témoignages, données chiffrées… La 9e édition du Communicator dresse le portrait du communicant de demain !

L’application TousAntiCovid est-elle vraiment safe ?

Un expert en cybersécurité de l’école d’ingénieurs en intelligence numérique EPITA répond à nos questions sur l’application TousAntiCovid.

I.P.C dépoussière le monde du nettoyage

« Entrez dans une entreprise où tout est possible ». Ce sont les mots de Hervé Dohollou, Président d’I.P.C, société de fabrication de produits d’hygiène et de maintenance sains, pour les utilisateurs comme pour la planète.

Misez sur l’humain à la MACIF

Ophtalmologue, Pascal Michard a débuté son aventure MACIF comme sociétaire en 1986. Plus de 30 ans plus tard, il est en devenu le Président.

BNP Paribas Personal Finance: The good and safe place to work !

« Rejoignez une entreprise responsable et inclusive », assure Frédéric Thoral, DRH BNP Paribas Personal Finance

Alternet donne vie à votre énergie

Le Président ‘Alternet nous fait découvrir son entreprise… dont chaque collaborateur est actionnaire !

Prenez goût à une carrière all over the world chez Danone

Aujourd’hui Senior Vice President Global Sales chez Danone, Ayla Ziz a déjà une belle carrière derrière elle, marquée par des postes dans des multinationales dans le monde entier.