Challenges et innovations font partie de leurs itinéraires quotidiens. Pas de métro-boulot-dodo pour les collaborateurs de la RATP ! Sébastien Hauvespre (Supélec 98, Université du Michigan 99), Directeur de l’unité de maintenance des équipements, confirme.

 

Un chiffre ?

©Nicolas Lartigue

La RATP investit chaque année 1.7 milliard d’euros en Ile-de-France pour moderniser ses lignes et prolonger quatre d’entre elles.

Votre dernière innovation ?

Nous automatisons nos lignes centenaires, sans interruption majeure du trafic. Il s’agit de refaire les quais, d’y mettre des portes palières, d’accueillir de nouveaux trains, d’installer et de tester les automatismes, de transformer l’exploitation de la ligne… La ligne 1 a été la première à se transformer et accueillir des navettes sans conducteur en 2011. Maintenant, c’est au tour de la ligne 4.

Travailler dans le secteur Transport et Logistique : votre objectif professionnel depuis les bancs de l’école ?

Pas du tout ! Après quelques temps de recherche en micro-électronique puis d’industrialisation dans le même domaine, j’avais envie de plus sur le plan humain. Je suis arrivé par hasard à la RATP en répondant à une annonce et j’en suis tombé amoureux. 17 ans que j’y suis !

Pourquoi ce coup de foudre ?

Pour son potentiel humain indéniable.

De quoi s’occupe votre unité de maintenance ?

De l’entretien et de la réparation du matériel électronique et électropneumatique. Par exemple, si un train tombe en panne, nous diagnostiquons, démontons, nettoyons et réparons les équipements en cause. Puis, nous remontons le tout.

Reste-t-il de la place dans vos équipes ?

Oui, je serais ravi d’accueillir dans mon unité de maintenance de nouveaux ingénieurs électroniciens. Il y a un plan de recrutement ambitieux à l’échelle de l’entreprise : ingénieurs infrastructure, ingénieurs méthodes, ingénieurs en mécanique, en sûreté de fonctionnement, en automatisme… Bien sûr des profils d’ingénieurs généralistes et des chefs de projets industriels sont aussi recherchés.

Pourquoi autant d’opportunités ?

Parce que la RATP est une société intégrée qui combine trois grands métiers : ingénierie, maintenance et exploitation. C’est rare. Et c’est surtout source de nombreuses opportunités. De plus, nous avons une vision à long terme. Nos projets de grande ampleur prennent des années à se concrétiser et nous anticipons le recrutement de nos collaborateurs et leur montée en compétences.

RATP : une entreprise qui permet d’évoluer rapidement ?

C’est une entreprise dans laquelle il y a beaucoup à faire, où chacun peut dessiner le parcours qu’il souhaite, de façon transversale ou non. J’en suis presque à mon 10e poste ! C’est une des raisons pour lesquelles les collaborateurs restent autant d’années chez nous.

Pourquoi un jeune diplômé devrait s’orienter vers ce secteur ?

Le secteur Transport et Logistique est en plein boom avec l’expansion des mégalopoles. Une multiplication par deux des besoins de mobilité d’ici à 2050 et donc, des effectifs dans les entreprises concernées. Directement impliqués dans les enjeux du développement durable, les transports publics font aussi face à des enjeux challengeants et passionnants. Plus écologique, la RATP s’engage à consommer moins d’énergie grâce à des bus électriques ou biogaz. Autre exemple : mon unité de maintenance met un point d’honneur à réparer plutôt qu’à jeter et acheter de nouveau. C’est un savoir-faire qui nous permet d’aller à l’encontre de l’obsolescence programmée. Enfin, ce secteur est au cœur de la ville et ses salariés représentent une grande diversité. Nous rassemblons des profils très divers mais tous très impliqués dans leur rôle social. Il n’y a qu’à constater la continuité de service pendant la période de confinement.

 

« Fait rare : les deux ateliers de maintenance dont je suis directeur sont au cœur de l’urbain, à Saint-Ouen et à Paris 20e. Et nous le serons encore plus après notre déménagement du côté de Vaugirard ! »

Chiffres-clés : 4e acteur mondial du transport public / 5,7 milliards € de CA en 2019 / 63 000 collaborateurs / Une présence dans 12 pays sur 4 continents / 16 millions de voyageurs par jour en France et dans le monde / 300 collaborateurs dans l’unité de maintenance

 

Contact : sebastien.hauvespre@ratp.fr

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.