Avec le Projet Amiral, Total accélère son développement au Moyen-Orient. Son directeur, Jean-Jacques Mosconi (ENS 77), dévoile les contours de ce nouveau complexe pétrochimique et les challenges qui attendent les jeunes diplômés.

 

Après avoir piloté le pôle Raffinage et Pétrochimie en Europe puis au Moyen-Orient et en Asie, vous dirigez désormais le Projet Amiral. À quelles ambitions répond cette infrastructure ?

crédits – Fatima Jallaoui TOTAL

Ce complexe pétrochimique géant s’intégrera en aval de la raffinerie de SATORP située à Jubail sur la côte Est de l’Arabie Saoudite. Supporté par Saudi Aramco et Total, le projet Amiral sera centré sur un craqueur pétrochimique qui permettra d’alimenter des unités de chimie de spécialités à haute valeur ajoutée. Ce projet est une très belle illustration de la stratégie de Total dans l’aval pétrolier de développer des plateformes intégrées de raffinage et de pétrochimie. L’investissement du projet Saudi Aramco / Total est de l’ordre de 5G$ tandis que les unités aval devraient représenter 4G$.

Où en est le projet aujourd’hui ?

Les deux actionnaires Saudi Aramco et Total ont décidé le 8 octobre 2018 de lancer les études d’ingénierie (FEED= Front End Engineering Design). Ces études préciseront le profil et le coût du projet. La décision finale d’investissement qui lance la construction des installations est attendue pour fin 2020.

Amiral : un projet épanouissant ?

Ce projet est structuré autour d’un axe franco-saoudien mais de nombreuses sociétés chimiques de différents pays y sont associées (USA, Russie, Chine, Japon, Corée). C’est d’une grande richesse multiculturelle.

 En 2017, Total évoquait sa volonté de se rapprocher du scénario deux degrés. Comment respectez-vous cette ambition ?

Total a une conscience aiguë des enjeux du changement climatique et prend progressivement ses marques dans le domaine des énergies renouvelables. Après l’acquisition de la majorité de l’entreprise SunPower, spécialiste du solaire, Total s’est tourné vers l’éolien (Eren RE) mais aussi le stockage de l’énergie (achat de la compagnie spécialisée de batteries Saft). Cette liste n’est pas exhaustive.

 À quoi ressemble le talent susceptible de vous accompagner pour répondre à ces défis ?

Face à ces enjeux, nous sollicitons des diplômés aux profils techniques mais qui ont aussi des connaissances business et managériales. Les profils internationaux sont bien sûr bienvenus.

L’ENS, la meilleure école pour devenir top manager ? C’est une école d’excellence dont la formation nous permet d’appréhender les problématiques techniques, managériales et culturelles associées à un grand projet industriel.  Ce sont là des atouts importants pour aider Total à relever les défis liés aux profondes évolutions en cours du monde de l’Energie.

#DigitalImpact : Comment faites-vous du numérique votre allié numéro un ? Total a accru ses efforts en matière de digitalisation. Par exemple, Total étudie la raffinerie du futur 4.0 dans le cadre d’un partenariat en Inde avec Tata Consulting. Saudi Aramco et Total sont parfaitement alignés pour faire d’Amiral une plateforme du 21e siècle bâtie sur l’intelligence artificielle et la robotisation des tâches.

Chiffres clés : 98 000 collaborateurs / CA 2017 : 152,6 Mds€ / + de 8 M de clients chaque jour dans ses stations-service dans le monde / Présent sur tous les continents

 Contact : careers.total.com

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.