SUEZ, groupe international leader dans les services à l’environnement, mène une politique RH favorisant la diversité et l’inclusion. L’entreprise se fixe notamment des objectifs ambitieux en termes de parité. La diversité des talents et des compétences, une source de valeur ajoutée selon Ana Giros (Universitat Politècnica de Catalunya 97), Directrice Générale Adjointe.

 

Deux initiatives récentes de votre entreprise pour favoriser l’émergence ou la reconnaissance des talents féminins dans ses équipes ?

Ana Giros

Notre groupe est expert dans les métiers de services à l’environnement, à savoir la gestion de l’eau et des déchets. Des métiers industriels qui peuvent être très techniques. Aujourd’hui, SUEZ compte 20,6 % de femmes dans ses effectifs globaux mais seulement 15 % dans les métiers dits opérationnels, et 18 % au sein du TOPEX (le top management du Groupe).

La première étape pour féminiser davantage nos équipes : attirer des talents et les encourager à prendre des postes dans des métiers plus techniques. Dans cette dynamique, nous veillons à systématiquement rédiger des offres d’emploi neutres (non genrées) et nous nous imposons d’avoir 50 % de profils féminins dans les short lists lors des recrutements et des promotions pour chacun de nos postes opérationnels. Nous travaillons également en amont avec des écoles ou des associations comme Elles bougent qui propose un service de « marrainage » de jeunes étudiantes pour les attirer vers les métiers de l’industrie.

Nous avons également mis en œuvre des mesures concrètes pour accompagner les talents féminins dans leur développement afin de les positionner sur des postes à responsabilités. Un système de People Review, processus RH qui identifie les talents pour leur proposer des programmes de mentoring (formations au leadership par exemple). Aujourd’hui, les femmes représentent une partie significative des « talents » du groupe et dans certaines géographies, nous avons instauré un système de plans de succession pour positionner ces talents à des postes de directions. Objectif : atteindre 33 % de femmes parmi les managers d’ici 2021.

Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail, les entreprises qui privilégient la mixité dans leur comité de direction ont une meilleure croissance.

Très sincèrement, je pense qu’il faut rester prudent sur ces résultats car plusieurs facteurs très divers contribuent à une meilleure croissance des entreprises. Par contre, je reste persuadée que la diversité sous toutes ses formes (genre, culture, âge, formation…) représente une vraie valeur ajoutée pour une entreprise. Cela lui permet une compréhension beaucoup plus fine des enjeux sur chacun de ses marchés géographiques. C’est également le gage d’une innovation et d’une dynamique de travail collective plus holistique et efficiente. La diversité permet à une entreprise de mieux anticiper, de s’adapter aux nouveaux enjeux et en cela, elle accélère le développement commercial et sert la croissance.

Le « leadership féminin » selon vous ?

Le leadership ne repose pas, à mon sens, sur des seules prérogatives liées au genre mais plutôt sur des valeurs propres à chaque personne. Est leader la personne qui a pleinement conscience de ses propres qualités et limites, qui sait s’entourer de personnes complémentaires et surtout qui sait transmettre son énergie à ses équipes.

C’est le premier jour d’une jeune collaboratrice dans votre équipe : que lui dites-vous ?

De ne pas remettre en question ses connaissances et compétences, ni de douter de sa légitimité mais savoir se positionner d’abord en tant que professionnelle experte.

 #MentorMentor « Mon parcours a été ponctué de plusieurs rencontres. J’ai eu la chance d’être soutenue par quelques grands directeurs qui ont cru en mes compétences et mon potentiel. En évoluant dans des postes très différents j’ai pu développer des compétences diverses et complémentaires tant d’un point de vue technique que managérial. Ces expériences m’ont permis de renforcer ma légitimité pour candidater et réussir à des postes de direction générale. »

Contact : https://www.suez.com/fr/carrieres

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.