Économètre de formation, Céline François (Sorbonne 96) n’avait qu’une ambition : placer son expertise des chiffres au service de la connaissance client. Peu répandue dans les années 90, cette stratégie était pourtant au cœur des préoccupations d’une jeune entreprise de crédit à la consommation alors peu connue : Cofidis. Un véritable coup de foudre pour celle qui en est aujourd’hui la Directrice Marketing.

 

Pourquoi avoir dit oui à Cofidis ?

J’avais envie de travailler sur la donnée pour mieux comprendre le comportement des clients et pour nourrir une réflexion globale sur le marketing d’une entreprise. Aujourd’hui, cela paraît une évidence, mais il y a vingt ans, peu d’organisations marketing adoptaient cette stratégie. Pour cela, il me fallait trouver une entreprise qui plaçait le client au cœur de ses préoccupations.  Elle se positionnait sur une activité réellement passionnante : les Français et leur budget. Elle offrait un challenge incroyable pour une passionnée de chiffres. En gérant la relation client à distance, la donnée était un vecteur de connaissance indispensable pour la stratégie de l’entreprise.

 

« Quand j’ai débuté, mon avis était toujours pris en compte. Savoir qu’on a le pouvoir de changer les choses, peu importe sa position dans l’entreprise, ça donne des ailes ! »

En poste depuis plus de 20 ans, quel est le secret de votre fidélité ?

Je ne pensais pas rester chez Cofidis deux décennies. J’avais l’intention de me forger une première expérience avant de m’orienter vers d’autres organisations. Mais j’ai découvert une entreprise qui avait de vraies valeurs, dont le respect. Respect des clients bien sûr, mais aussi des collaborateurs.  En effet, la considération des employés est une valeur fondamentale chez Cofidis. Par ailleurs, Cofidis sait se challenger et innover, tout en se donnant les moyens de son ambition. Quand j’ai débuté, mon avis était toujours pris en compte. Savoir qu’on a le pouvoir de changer les choses, peu importe sa position dans l’entreprise, ça donne des ailes !

Plus qu’un job, Cofidis vous a offert une belle carrière.

L’entreprise m’a effectivement permis de progresser sans aucune routine et d’élargir mes compétences et mes responsabilités. Cofidis m’a confié mon premier poste de manager deux ans après mon arrivée, alors que j’étais enceinte de 6 mois. Le groupe m’a permis d’avoir une vie de famille très épanouie sans sacrifier ma carrière. Et je ne suis pas un cas isolé ! Cofidis a à cœur d’aider les jeunes à se former et à progresser. Pour preuve, nous accueillons dans notre direction une douzaine d’apprentis chaque année : Pour Cofidis il est important d’accompagner les étudiants vers leur vie professionnelle.

Qu’est-ce qui fait de vous une Directrice Marketing épanouie ?

Je suis au cœur d’un changement de paradigme dans le marketing. S’il n’a jamais été aussi scientifique et rationnel qu’aujourd’hui, il doit aussi être de plus en plus intuitif pour trouver les contenus, les formats et les canaux dans un contexte d’hyperpersonnalisation ceci pour nous permettre de nous démarquer dans un terrain médiatique encombré. C’est un terrain de jeu formidable !

Un terrain de jeu impacté par le digital ?

Si la data a toujours été au cœur des préoccupations de Cofidis car la relation est gérée à distance, nous faisons face aujourd’hui à un flot de données inégalé. Notre défi : réussir à croiser la data issue de notre CRM, de nos campagnes, de notre site internet et toutes autres sources pour mieux comprendre le client. Mais cet enjeu représente en réalité des opportunités pour nous. Grâce à la mise en place d’une plateforme dédiée pour analyser et exploiter ces données, nous avons désormais une vision 360 de nos clients pour personnaliser au mieux nos campagnes marketing.

 

« Si nous avons été élus Service Client de l’année, six années de suite, c’est grâce au collectif ! »

 

Qui dit nouvelles perspectives dit donc nouvelles opportunités ?

Nous cherchons de nouveaux collaborateurs hyper-spécialistes dans leur domaine pour affronter au mieux les défis qui nous attendent. Dans ma direction, nous misons avant tout sur les data scientists ou les diplômés issus de formations en marketing, marketing web ou communication.

Les 3 qualités du collaborateur parfait ?

La simplicité. Une valeur historique chez nous.
L’expertise. Avec l’essor du digital, nous avons un besoin accru de spécialistes de la donnée, des réseaux sociaux, du web…
L’esprit d’équipe. Si nous avons été élus Service Client de l’année, six années de suite, c’est grâce au collectif !

LE conseil pour les jeunes étudiantEs qui pensent que les postes clés leurs sont fermés parce qu’elles sont des femmes ?

Osez, tout simplement ! Les femmes attendent souvent d’être prêtes à 100 % pour accepter ou demander une évolution professionnelle. Chez Cofidis, j’ai eu la chance d’avoir des managers, souvent hommes d’ailleurs qui ont cru en moi et qui m’ont poussée. Mais ce n’est pas le cas partout et il faut savoir saisir sa chance. Prenez les devants, croyez en vous, postulez et revendiquez !

Une qualité transmise par votre formation ?

Lors de mon tout premier jour à la Sorbonne, je me suis retrouvée dans un amphithéâtre surpeuplé ce qui illustrait bien les propos du professeur. A savoir que  le marché du travail ne nous attendait pas et qu’il fallait savoir se démarquer et sortir du lot. Cela m’a poussé à être une battante et à toujours revendiquer ce que j’avais d’unique.

La force de la Sorbonne ?

J’en suis sortie avec une très bonne culture en économie, associée à de vraies compétences d’économètre. La Sorbonne m’a apporté un vrai métier,  cela m’a permis d’être rapidement opérationnelle et d’avoir confiance en moi. Quand on est un jeune diplômé, cette capacité vous crédibilise rapidement.

#JoinMyTeam : le petit plus qui fait toute la différence ?

Chez Cofidis, nous essayons de faire vivre une aventure professionnelle enthousiasmante et humaine forte à nos collaborateurs. Depuis plus de 20 ans, nous avons chaque année une équipe cycliste présente sur le Tour de France, accompagnée de chars publicitaires sur la caravane du Tour de France. Une douzaine de collaborateurs partent une semaine sur le Tour pour distribuer les goodies avec la caravane. Cette immersion dans notre sponsoring au cœur d’un des plus grands événements de la planète sort de l’ordinaire et renforce la cohésion des équipes.

Chiffres clés : Créé en 1982 / 2,5 millions de clients / 350 enseignes partenaires / 5 419 M€ d’encours bruts / Société appartenant au Groupe Cofidis Participations, avec Monabanq et Creatis / Présent dans 9 pays d’Europe (France, Portugal, Hongrie, République Tchèque, Pologne, Slovaquie, Belgique, Espagne et Italie) / « Élu Service Client de l’année » 7 fois dont 6 fois consécutives (2014 à 2019) / 4 277 collaborateurs en Europe dont 1386 en France (siège de Villeneuve d’Ascq)

Contact : celine.francois@cofidis.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.